Publié dans Coups de coeur, Coups de gueule, Spiritu santo ...

Faire baptiser son enfant ( épisode 1)

le-platier-d-oye-62215-oye-plage-france-nord-pas-de-calais_86636Il y a un an environ, nous avons pris la décision d’organiser le baptême de notre petite fille. Le plus difficile, le plus important nous semblait-il, était le choix du parrain et de la marraine, que nous avons effectué très peu de temps après la naissance. Mais il fallait encore leur demander et qu’ils acceptent ! Cette étape effectuée, nous voilà lancés dans l’organisation de l’événement : que faut-il réserver en premier ? La date ? la salle ? L’église ? Après plusieurs coups de téléphone et plusieurs hésitations, retours en arrière, annulation, et reprise, nous avons décidé 1° d’organiser la réception à domicile 2° de réserver la date plus que le lieu ( il faut une dérogation parce que ce n’est pas NOTRE église qui célèbre les baptêmes ce dimanche là, ils font ça à tour de rôle). Une fois tous les papiers en règle, nous avons appris que le 20 juin de l’année suivante, nous nous préparerons au baptême. Dans l’absolu, je trouve que cette réunion est une bonne chose, cela permet de remettre quelques valeurs et symboles en place… Mais…

Vendredi  20 juin, nous avons dû nous rendre à la préparation du baptême. Nous y sommes allés ensemble, tous les trois, et ce ne fut pas une mince affaire. Evidemment, Bébé Comète a beaucoup bougé, elle est allée se promener avec son papa. Les autres enfants étaient la plupart absents. Nous avons regardé un film, discuté des symboles du baptême, de ce que nous attendions de ce baptême, pourquoi nous le demandions etc.

Evidemment, il y a eu encore débat sur la  » pratique » religieuse.

 

Ce qui m’énerve prodigieusement, de la part d’un prêtre, c’est que l’on puisse dire qu’il n’y a qu’une forme de pratique religieuse alors que les prêtres eux-mêmes sont divisés en différents ordres et que chacun des hommes religieux s’engage à sa façon, dans une pratique religieuse différente. Certains font vœu de silence, et de solitude, d’autres s’engagent à être un relai entre les gens et Dieu, d’autres font des pèlerinages et partent en mission… Alors pourquoi, nous, Chrétiens catholiques ( et je dis bien catholiques, car il y a d’autres Chrétiens, déjà !) serions-nous obligés de pratiquer d’une seule et même façon ?
Bref, c’est toujours le même débat, et pourtant je ne me sens pas moins pratiquante qu’une personne qui irait chaque dimanche à la messe mais ne ferait rien des enseignements du Christ dans sa vie de tous les jours. Les grenouilles font  » croa croa » elles aussi.

Pourquoi demande le baptême religieux ? Tout d’abord parce que je ne vois pas de quel baptême il est question autrement, puisque le baptême a été instauré par saint Jean Baptiste et pérennisé par le Baptême de Jésus. Non, nous n’allons pas à la messe. Nous n’en ressentons pas le besoin et je dois avouer que les messes d’adulte me laissent de marbre, ayant fréquenté pas mal les messes de jeunes. Pour moi, ça n’a pas de sens si j’y avais par obligation. Les chants me paraissent sclérosées, morts, alors que le chant, c’est la vie. Dans les messes de jeunes, tu chantes avec tes tripes et tu penses tous les mots que tu dis. Souvent la messe clôt une soirée de réflexion, de débat, de communication, autour d’un sujet précis. On fait de la philo religieuse, quoi. mais on sait de quoi on parle !

En fait, le problème, ce n’est pas la messe en soi, mais les gens qui y vont, la plupart par automatisme, sans penser à ce qu’ils font. Je le ressens, et même si le prêtre de vendredi dit que le ressenti c’est rien, je suis désolée mais c’est pourtant vrai : je ne ressens pas les autres et je ne fais pas partie de leur groupe, parce que je le sens bien, ils s’en foutent. En général, ils sont bien plus présents et croyants quand on discute avec eux. Alors quoi ? Que faire ? Peut-être revoir le contenu des messes qui devraient être plus participatives, plus créatives. On devrait pouvoir proposer à tour de rôle un texte ou un chant et expliquer pourquoi à la communauté. Pourquoi le prêtre serait-il le seul à dire  » tiens, j’ai choisi tel évangile et je vous explique » ? Et puis, je préfère les actes catholiques aux formalités, et pour moi, l’acte, contrairement à ce qu’a dit le prêtre vendredi, ce n’est pas la messe, ou assister à un mariage, une sépulture, l’acte catholique, c’est 1° respecter les valeurs de Jésus 2° faire avec le cœur ( ce que m’a appris un prêtre qui a joué le rôle principal de ma vie dans mon enfance, avec mon Pépé). Faire de son mieux, être honnête avec soi et les autres, aimer, aider, créer. Donner le meilleur de soi, et rester dans les valeurs de l’honnêteté, mais aussi honorer la vie, essayer de se battre pour la vie, pour construire une vie belle, une vie meilleure, malgré toutes les saloperies qui nous font chier. Nous n’allons pas à la messe, mais nous parrainons une petite fille au Mexique. Nous n’allons pas à la messe, mais nous nous battons pour cultiver nos jardins ( extérieurs, intérieurs) exploiter, faire fructifier, les dons que Dieu nous a donnés. Pour moi, les miracles de Jésus, c’est surtout là pour nous dire  » Dieu vous a donnés des dons, servez-vous en, ne les laissez pas mourir ». EXISTER et non vivoter. Vivre notre passion, comme le Christ a vécu pour ses idées. Et c’était quand même un sacré révolutionnaire, cet homme !  Sa passion, sa souffrance, n’est pas vaine, elle a de sens parce qu’elle est là pour défendre ses idées. Nous n’allons pas à la messe mais nous aidons, mais nous aimons. Nous n’allons pas à la messe, mais nous prions et nous brûlons des cierges. Nous n’allons pas à la messe, mais nous avons un Jésus dans la maison, à qui nous parlons, des fois. Nous n’allons pas à la messe, mais nous nous émerveillons de la beauté de la création. Pour moi, les plus chants religieux sont ceux qui honorent la nature, et l’idée des dieux païens n’a rien d’hérétique, ce sont des formes de chant religieux qui honorent Dieu à travers sa création. Nous n’allons pas à la messe mais nous nous interrogeons sur le sens de la vie, nous interrogeons Dieu, nous doutons avec lui, de nous, de tout et puis nous luttons aussi… contre le Mal :  les envies de vengeance, de meurtre, les pulsions, l’adultère, la gourmandise, les tentations, ben oui, quoi, nous essayons d’être meilleur  que nous avons été hier, et c’est difficile, c’est ça être catholique. Pas aller à la messe et ne plus penser à ce qu’on y a entendu le reste de la semaine.

Bref, nous ne sommes pas des gens  » de religion nous ne sommes pas actifs dans la communauté catholique, mais nous sommes actifs dans la vie. Enfin, c’est ce que je crois, et je préfère croire en les hommes qu’en un acte institutionnel.

L’important, c’est qu’en ce jour de 17e mensuversaire, jour de préparation au baptême, Petite Comète sait désormais faire des bisous qui claquent, après 5 jours de bisous  » huuuuuuuum ».

Elle a donc désormais le pouvoir, et le don, de donner des bisous, et ça, c’est plus fort que la messe.

Voici une chanson qui me plairait d’entendre au baptême de ma fille, mais on n’a même pas le droit de choisir nos textes. Alors après, faut pas s’étonner qu’on ne s’investisse pas  dans la messe dominicale !

Advertisements

4 commentaires sur « Faire baptiser son enfant ( épisode 1) »

  1. Bin tu vois ça dépend vraiment des paroisses quand même. A nimes c’est pas du tout comme ça. D’ailleurs à la préparation du mariage, y a une fille qui avait fait la réflexion sur le fait qu’il fallait aller à l’église pour avoir droit de s’y marier. Le prêtre l’a remise à sa place direct. Les prêtres de notre paroisse ont un discours proche du tien.

    1. Oui, c’est bien le problème, chacun est maître de son diocèse. Et ils s’imaginent qu’ils ont la vérité sur tout. jésus n’a pas dit  » allez vous enterrer le dimanche dans une église avec ceux qui pensent comme vous » il a dit  » allez porter la bonne parole ». Pour ce faire, faut vivre et aller à la rencontre des gens, de tous les gens. Pas rester dans son église. J’admirer beaucoup les prêtres missionnaires. Eux, ils font leur boulot. Même si évidemment il faut aussi des prêtres pour les célébrations, c’est évident !

  2. Ici, baptême des enfants négociés avec le papa. J’ai tout préparé toute seule puisque le papa ne se sentait pas plus concerné que cela, ce que je comprends tout à fait !
    Pour ce que tu dis de ce que tu ressens, je suis comme toi : pratiquer n’est pas, pour moi, un gage de morale religieuse (quelle qu’elle soit). Pour moi, c’est ce que tu es, ce que tu fais, qui montre avec des actes quelles sont tes valeurs. Et, tout autant athée qu’il soit, mon mari porte aussi ces valeurs en lui. 🙂
    Bon, et la suite alors ? 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s