Publié dans Coups de gueule

Au conditionnel de la connerie humaine

 

10846298_10152631035409482_7256558913034927232_nDepuis quelques temps ( je crois que ça coïncide avec l’avènement du net, vers 2002 en fait ) je remarque que « les gens » s’arrêtent de faire des choses pour des prétextes étonnants. Pire, ils interdisent aux autres de faire ce qu’ils veulent pour ce genre de prétexte fallacieux qui se répand comme de la poudre.

Cela concerne principalement le net, les bonnes actions, et les fêtes.

L’internet : ce pays du Maaaaaaaaaaaaaaaaaaaaal

Cela a commencé avec le courriel et les élèves. Il ne fallait pas donner son courriel aux élèves car  » tu ne te rends pas compte, ils pourraient remonter jusqu’à ton numéro de téléphone, et te harceler ». J’ai un scoop : mes élèves ont même carrément pour certains mon numéro de téléphone portable. Je n’ai pas été harcelée une seule fois. Mais au moins quand on sort au théâtre le soir , ils ne sont pas sans ressource s’ils se perdent.

Et puis, il y a eu la question des photos , et surtout des albums Facebook. Personnellement, ayant beaucoup d’amis loin de moi, j’aime regarder leurs photos. Certains voyagent beaucoup, d’autres ont agrandi leur famille, un troisième groupe a fait les deux. Je ne dis pas que je trouve toujours cela passionnant ( les photos des plats du restaurant, je m’en passe), mais nous gardons ainsi le contact et quand nous nous revoyons, nous avons des choses à nous dire. Ces photos, ou ces statuts, qui dévoilent notre vie privée, sont le point de départ de la conversation. Une sorte d’ancrage qui nous permet de rester amarrés les uns aux autres malgré les traversées et les croisières. Avant tout cela, quand on revoyait quelqu’un après un an d’absence, on avait plus rien à se dire, on avait tellement changé, on allait de surprise en surprise au point de ne plus se reconnaître.

Vous avez sans doute déjà vu ce genre de statut qui vous prévient que Facebook, les entreprises, les services secrets peuvent utiliser vos  » contenus » sans votre accord. A cause de ce genre de paranoïa, les gens te disent  » tu ne te rend pas compte, il ne faut pas faire ça, tu t’exposes à… » Mais à quoi ? Bien sûr, nous exposons notre fille, c’est vrai que n’importe qui peut trouver sa photo. Pensez-vous vraiment que ce soit plus dangereux que de la laisser faire le trajet à pied jusqu’à l’école ? Il y aura toujours des mal pensants, des pédophiles, des détraqués . Malheureusement j’ai bien plus peur pour elle quand je me balade avec elle dans un centre commercial et qu’elle s’échappe que quand je la mets en photo sur mon profil Facebook .

Résultat des courses : je me suis laissée dire ( en fait c’est arrivé à une amie) que  » parce qu’on ne sait jamais  » un parent avait interdit à tous les parents d’une école de faire des photos du spectacle de fin d’année. Résultat : aucun souvenir de ce merveilleux moment, pour personne. Parce que  » on ne sait jamais » des fois que les vilains parents voudraient les placarder sur le net !

Je ne dis pas qu’il n’y aucun risque, je dis juste qu’il faudrait quand même ne pas s’empêcher de vivre pour autant, de garder de bons souvenirs, de partager. Je ne dis pas qu’il faut participer à tous les concours de beauté de bébé du monde, mais qu’on me laisse libre avec ma page Facebook, mon blog, mes chroniques.

Mais je ne doute pas un instant que j’aurais des commentaires assassins du genre  » tu verras quand ta fille se fera enlever » parce que c’est toujours drôle d’être méchant et de faire du mal aux gens en leur mettant en tête le pire des scénarios.

Les bonnes actions

Mais il y a pire encore, ce sont les bonnes actions. Une amie avait lancé un appel récemment pour aider une autre personne via leetchi. Vous faites un petit don, cela forme une cagnotte, pour venir en aide à quelqu’un d’ans une situation précise. Dans notre cas il y a deux mois, nous avons failli avoir besoin de ce genre de générosité parce qu’on devait faire un examen de santé qui coûte 600 euros. J’ai donc aidé l’amie de mon amie. Moi j’aurais été contente à sa place. J’ai été surprise de voir les commentaires :  » ouais, si c’étaient des immigrés on les aiderait pas » ,  » pourquoi donner à elle et pas aux autres donc je donne rien ». Dans le même genre, quand nous avons parrainé Carmen notre filleule du Mexique j’ai eu droit à  » y a des enfants en France qu’en ont besoin »,  » ça pourrait être détourné » ,  » tu la berces d’illusions, elle pourrait croire qu’elle va venir en France » ou plus absurde  » tu crées des inégalités et des jalousies, que vont penser les autres enfants de sa communauté, c’est dégueulasse ce que tu fais ». Alors qu’en fait notre argent va à toute la communauté. C’est vrai que rester à rien faire et en avoir rien à foutre c’est pas dégueulasse. Une petite recherche  » parrainer un enfant » sur les forums vous montrera que je n’exagère pas.

Finalement, vous trouverez toujours des raisons de ne pas faire.  » On pourrait penser que »  » Des fois que »,  » Tu ne te rends pas compte »  » si tu réfléchis bien, ce serait » ( parce que je réfléchis mal, je suis conne en fait !)  » on ne sait jamais ». Ce que j’appelle  » le conditionnel de la connerie humaine ». Parce qu’au conditionnel on peut tout inventer.

Moi, ce que je pense, c’est que chacun est libre d’aider qui il veut quand il veut ou de ne pas aider. Mais aller dégoûter les autres de l’aide qu’ils apportent je trouve ça carrément malsain. Qu’est-ce que ça peut vous faire au final, Messieurs  » les gens » ???

Les fêtes

On en arrive à la question épineuse des fêtes. Je ne suis franchement pas une grande fana des fêtes  » à la con ». Pâques où l’on fête le retour du mort vivant, Les fêtes des mères-pères-grands-mères-grands-pères qui sont des inventions commerciales… La saint valentin, qui n’est pas mieux et met mal à l’aise les célibataires. Oui, il y a toujours deux versants aux choses et aux fêtes également. Mais laissons les gens libres de faire ce qu’ils veulent. Cela fait des années que nous n’avons rien fait pour la saint Sylvestre et ce n’est pas un drame. Si on nous invite on vient mais on ne vas se rendre malades car personne ne nous invite. Quand j’étais étudiante c’était le grand stress : tout le monde était là, à chercher quoi faire et avec qui, pour le nouvel an. Certains avaient honte de ne rien faire du tout. Bref, on ne va pas aller se mettre la pression pour ça. On préfère mater un bon film.

Cependant, depuis la naissance de bébé Comète, les choses ont changé : pour elle, je fais des efforts, qui ne me coûtent pas d’ailleurs : je fête Pâques et Noël. Nous faisons un sapin dès le 1e décembre, nous investissons dans de jolies décorations, nous préparons des repas, nous allons voir le papa Noël et nous avons même fait une petite crèche païenne grâce au calendrier de l’avent playmobil en attendant l’an prochain pour la vraie crèche. Dans la voiture résonnent les chants de Noël.

Et je découvre que la phobie du  » tu ne te rends pas compte » et du  » si on réfléchit bien » a frappé Noël. Il y a eu cette histoire de Crèche dans la mairie d’une ville en vendée. Puis ces Pères Noël interdits à l’école dans le Nord. Et maintenant une collègue qui accuse le sapin du hall d’un lycée de ne pas être laïque.

A force de vouloir défendre la laïcité à tout prix, on en arrive quand même à de sacrées conneries.

La vérité ?

Le sapin de Noël est païen.

Le Père Noël est une légende partagée par presque tous les pays du monde. Il n’a strictement rien à voir avec Jésus et même à la limite l’Eglise est contre car il lui fait concurrence.

Seuls Saint Nicolas et les Mages sont chrétiens. ce sont les Mages qui devraient apporter les cadeaux si on étaient vraiment dans le christianisme pur. Le père Janvier de mon enfance est morvandiau. Mes amis musulmans fêtent d’ailleurs Noël et offrent des cadeaux.

La date du 25 décembre a été fixée pour reprendre des coutumes païennes de renaissance liées au fait qu’à cette date à peu près les jours rallongent ( en fait c’est plus le 21 décembre).

Jésus est cité par le Coran . Il est juif. Sa maman, Marie, est plus souvent citée dans le Coran que dans la Bible. Jésus n’est pas un sapin de Noël.

Fêter sa naissance grâce à une crèche est en effet un acte chrétien, mais beaucoup d’athées vous diront qu’ils trouvent la symbolique jolie.

Peu de chants de Noël parlent de Jésus, en fait.

Je réfléchis pas bien ? Euh, pardon, j’ai beaucoup étudié les légendes, les mythes, les croyances, et je pense être à même de dire que ma boule de Noël et ma guirlande ne sont pas chrétiennes. Surtout celle de la petite souris qui fait du patin à glace.

 

Bref, au final :

1° Cultivons-nous avant d’ouvrir notre gueule et dire  » tu ne te rends pas compte »

2° Laissons chacun libre de faire ce qu’il veut

3° Foutons la paix aux sapins et au Père Noël, réalisons que Noël est riche de symboles chrétiens ET païens.

 

Dans cette période fatigante ( nous dormons tous sur les tables du lycée, sachez-le !), après le stress de ce premier trimestre, nous avons besoin, enfants, ados, adultes de REPIRER. Oui, certains collègues de langue font le vocabulaire de la Nativité en cours. Oui, nous parlons des légendes et croyances de Noël, parce que c’est au programme ( moi non mais d’autres matières oui). Mais surtout, nous aimons lâcher prise, prépare des surprises ( l’an dernier ma collègue d’anglais a débarqué en plein cours avec ses élèves pour me chanter du Gospel j’ai adoré !) . On mélange tout, il y a un repas de Noël ( tiens, aucun collègue n’a parlé de laïcité face à sa bûche et ses chocolats !)  on s’habille en vert et en rouge certaines années, on fête surtout LES VACANCES. Et on évite de donner des devoirs parce que ce sont les fêtes. Est-ce laïque ? On peut aussi n’avoir aucune considération pour ces fêtes et les pourrir de devoirs si vous voulez !

Quant au débat sur la Laïcité, du sécularisme et de tout ça, il n’a pas fini de nous faire ch…

 Moi ce qui m’importe, c’est que ma fille rêve.

PS : Je remercie vivement mes voisins qui participent à la  » compet’ de Noël  » en illuminant leurs maisons à qui mieux-mieux. bébé Comète adore elle dit  » c »‘est beauuuuuuuuuuuuu ». Visiblement, Noël, fête de la lumière est surtout la fête d’ERDF.

 

Publicités

3 commentaires sur « Au conditionnel de la connerie humaine »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s