Publié dans Coups de gueule

Liberté

charlie_hebdo_c_est_dur_d_etre_aime_par_des_cons_cabuÇa peut commencer par un simple statut facebook : tu le penses tu l’écris. On te lit.
Normalement on peut réagir aussi, mais en aucun cas on ne doit t’écrire «  efface ça » et encore moins «  efface ça sinon ». On peut réagir mais on ne dit ni t’insulter ni te souhaiter du mal, t’envoyer des menaces.
On doit respecter ta liberté de penser et ta liberté d’expression.
Évidemment, toi aussi tu te censures, tu atténues, tu modifies, parce que tu ne veux pas blesser. Tu respectes aussi la liberté de penser de l’autre. Mais il arrive que tes convictions nécessitent de ta part une certaine intransigeance.
Normalement, si les gens sont intelligents on peut même être tous intransigeants avec des opinions divergentes sans se lancer des parpaings à la figure.
Ça peut continuer le jour où quelqu’un t’envoie des menaces pour que tu ne publies pas un article sur un blog, sur un journal, une nouvelle dans un recueil. C’est un degré au-dessus. Il y a ta liberté d’expression, mais aussi la liberté de la presse, ou la liberté artistique qui est en jeu.
J’ai connu ça : je suis partie et j’ai publié ladite nouvelle quatre mois en avance.
Un de mes amis récemment décédé a reçu des menaces de mort pour avoir témoigné et publié des idées sur un thème délicat. Il a tenu bon, il n’a jamais faibli. Des fois, c’est dur, tu as envie de tout laisser tomber. Des fois, tu te sens seul, et tu te demandes à quoi bon. Tu te dis que finalement tu sais quoi penser et que peu importe que les autres sachent. Il te reste la liberté de penser. Mais si tu n’exprimes plus tes pensées, elles vont s’assécher, elles vont s’amenuiser, elles vont disparaître. Tu es comme le narrateur de Matin brun, tu te dis que ce ne sont que de petites concessions qui ne prêtent pas à conséquence et que si tu peux être «  plus tranquille comme ça » mieux vaut fermer ta gueule.
Et puis, toi, tu es petit joueur, parce que dans la Grande Cour, il y a des gens qui publient à des milliers d’exemplaires, il y a des gens célèbres, il y a des dessinateurs. Il y a la presse nationale. Et eux, ils ont le service juridique qui va avec, ils font poids parce qu’ils sont un certain nombre, il on un chef de rédaction pour les défendre. Ils ne sont pas seuls. Ils ont même des fans. Tu te dis que eux, leur liberté d’expression elle est bien gardée.
Tu es fatiguée des fois de devoir répondre à certaines petites attaques à la con.
Les Grands se battent pour toi, et même des fois, ils te font rire, même si ils te choquent aussi un peu. Ils jouent avec le feu, mais il faut bien rester éveillés. Ils te font sortir de ta zone de confort, expression bien à la mode pour décrire le ronronnement agréable du quotidien de la classe moyenne, même si en fait toi aussi tu as des tas de problèmes et que ta vie n’est pas si confortable que ça. Surtout, ils te font réfléchir, parce que d’accord ou pas d’accord, une pensée exprimée est le meilleur tremplin pour que toi aussi tu affirmes tes opinions, tu les forges. Ton cerveau a besoin de gens avec qui tu es d’accord et avec qui tu n’es pas d’accord pour rester éveillé, rester allumé.
Et puis un midi, tu réalises que même pour les Grands il y a des risques. Toi tu as répondu à des petites attaques à la con, tu n’en as pas dormi de la nuit.
Eux, ils ne se réveilleront plus.
Ils sont douze, et ils se sont battus pour rester libres d’exprimer ce qu’ils voulaient. Ils étaient souvent attaqués, mais ils faisaient face. Aujourd’hui, les armes ont répondu à leurs mots et à leurs dessins.
C’est scandaleux, révoltant, injustifiable, inexplicable. C’est juste un crime. Un ami disait que c’était Charlie qui avait commencé. Non. Écrire et tuer ce n’est pas pareil. Tuer c’est abominable.
L’erreur ce serait de répondre, et d’attaquer la religion, la même, les autres, toutes.
Le fanatisme et l’extrémisme ne sont pas des religions.
Certains iront se rassembler. D’autres vont appeler à la haine et à la réplique.
Moi je voudrais juste vous inviter à faire trois choses :
_ exprimez-vous avec des mots, des dessins, de l’art et ne vous laissez jamais museler
_ achetez la presse, lisez-la, et n’oubliez jamais qu’elle est un modèle pour le monde entier.
_ arrêtez de vouloir censurer vos amis ( j’en ferai un autre article) sur leur blog sur facebook ou ailleurs. Respectez la première liberté d’expression, celle de tout concitoyen.
Toutes mes pensées vont aux proches des victimes et surtout à la famille de Cabu qui nous a bien fait rire dès l’enfance.
arton173689

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s