Publié dans Avant t'avais des principes...

Non merci, pas d’étiquette !

babydosJe suis dans les préparatifs pour accueillir baby dos et ça me remet dans les mêmes problématiques que pour Comète sauf que depuis j’ai un peu roulé ma bosse.

Pour commencer, il y a deux ans, j’ai lu pas mal de bouquins sur les méthodes en vogue : principalement le maternage et Montessori.

Il y a avait des choses qui me convenaient, d’autres moins.

J’ai lu aussi la Leche League.
Et finalement je n’ai pas allaité.

Il faut savoir qu’à la maternité on ne m’a pas du tout culpabilisé quand après deux jours de souffrance et de n’importe quoi j’ai dit stop. Mais j’ai quand même dans leurs yeux changé de camp. Les recommandations ne sont alors plus les mêmes en matière de rythme de biberon par exemple. Mais honnêtement, je n’ai pas été traité de mauvaise mère, on ne m’a pas forcée à continuer, tout le monde a été très compréhensif.

Pour autant, je souhaitais toujours cododoter et porter en écharpe. Or, dans la tête des gens, soit tu prends le package complet ( tu allaites, tu portes, tu cododotes) soit non ( tu biberonnes, tu le fous dans une chambre à part, tu vas jamais le voir, tu le laisses pleurer, tu ne le prends pas dans tes bras). Evidemment je caricature mais c’est en réaction à la caricature que l’on a voulu m’imposer. Tu peux bien faire dormir bébé dans sa chambre et être un bon parent, einh. Et même je te félicites car toi tu dormiras parce que bébé fait tellement de bruit que moi je ne dors pas. Porter c’est pratique pour allaiter. Cododoter c’est pratique pour allaiter. Oui, mais cela ne veut pas dire que ce n’est pratique que dans cette situation-là !

Du coup, je me suis retenue, j’ai un peu fait les choses à moitié : j’ai porté en sling sans fomation et j’ai cododoté avec un cosy. Résultat des courses : je me suis explosée une hernie discale déjà en présence. Non je n’allaite pas, mais en fait quand tu as des problèmes de dos, le cododo et le portage sont de bonnes solutions ( là encore sans doute contre toute idée reçue). Pourquoi ?

8936550924318Le cododo :

Je parle surtout de la pratique avec un lit accolé à celui des parents. Je ne voulais pas que ma fille fasse sa nuit dans mes bras de peur de l’écrabouiller. Du coup je me relevais pour la mettre dans son cosy, mais avec elle dans mes bras. Elle avait des coliques et ne s’endormait que de cette façon. Ou recouverte de peluches. Mais la nuit, impossible de la laisser avec des tonnes de peluches sans surveillance.  Mauvaise posture en se levant, poids du bébé = craquage d’hernie discale. Ajoutons à cela qu’avec la maison à deux étages je me suis amusée à trimballer poussette et cosy d’un étage à l’autre et vous avez le topo. Tout ça pour économiser le prix du lit cododo qu’on a dû payer trente fois avec ma perte de salaire et mes frais médicaux  ( j’ai été opérée d’urgence, j’ai eu des rééducations sur plus d’un an). Bref, avec le lit cododo tu fais glisser le bébé à côté de toi, il est à la même hauteur et c’est réglé. Tu peux même le rassurer un peu s’il se réveille un brin. Tu tends la main et c’est tout. J’ai choisi un modèle à roulettes et avec une paroi amovible pour l’utiliser la journée en berceau pour l’étage. Cela permet de faire dormir bébé juste à côté de toi, quel que soit l’endroit de la maison où tu es ( au rez de chaussée il y aura la poussette et le cosy, mon pote le cosy).

L’écharpe :

J’avais opté pour la sling mais ça me tirait sur les cervicales, même bien mise. J’ai fait une initiation la semaine dernière avec une association de portage et j’ai clairement vu la différence. J’ai couru acheter une écharpe extensible jeportemonbébé et c’est que du bonheur. Limite si je n’ai pas envie de porter mon grand bébé de 12 kg avec ! L’écharpe évite de trimballer une poussette pour un petit voyage en voiture à la pharmacie ( tu passes du siège auto à l’écharpe plus rapidement et sans porter ce grand machin de poussette ). J’ai pourtant pris la poussette la plus légère du marché et le cosy aussi ( j’ai porté le cosy d’une amie une fois c’était à pleurer !). Et çà la maison, dans la ombre époque des coliques ça libère les bras et permet de lire en portant par exemple. Ou de cuisiner. Ou de manger. Bref ça libère l’esclave ! Parce que ma fille aînée ne dormait que dans mes bras. Et que je l’aime alors je la gardais contre moi. Mais je ne mangeais plus.

Et quoi d’autre ?

Il y a d’autres astuces qui font un peu méthode ancienne ou qui sont dans l’air du temps et que je voudrais essayer : langer bébé par exemple : je l’ai fait tout au début et après j’ai utilisé seulement une gigoteuse mais je crois que cette fois je langerai bébé surtout au moment des coliques, même dans la gigoteuse. Le chaud au ventre calme vraiment leurs douleurs et ils se sentent sécurisés. J’avais un cale bébé mais ça je n’ai pas trouvé très concluant. En revanche j’ai bien aimé le support anti tête plate et je pense le racheter. J’aime bien ce modèle parce que dans la transat il fait réducteur et c’est pratique. J’ai aussi envie d’essayer le doomoo. En tout cas à partir de trois mois la balancelle nous a bien sauvé la vie. On avait le modèle fisher price et je vais tenter d’en retrouver une d’occasion le moment venu. . Mais il faut savoir qu’aucun bébé ne réagit comme un autre. Il y a des trucs universels et d’autres pas. Alors pour certains achats je vais attendre de voir « la bête ». Un truc très bête justement.; Primaire d’ailleurs : nous pensions qu’en ne montrant pas de tétine au bébé il n’en aurait jamais besoin. Une nuit, elle hurlait depuis deux heures, et je devais normalement dormir, c’était le  » tour de garde » de papa. mais au final il me l’a apportée. C’est en la faisant sucer mon doigt qu’elle s’est calmée. DU coup, j’ai mis du papier dans une tétine de biberon et le lendemain nous avons acheté une collection de tétines. Tu peux être contre la tétine, mais ta fatigue aura raison de ton principe.   » Avant  j’avais des principes… maintenant j’ai des enfants ». ET chaque enfant fait tomber des barrières de principes différentes. C’est comme le choix du doudou : on veut que Comète choisisse celui de baby dos mais faut espérer que baby dos sera contente de ce choix. Comète a maintenant deux doudous et aucun n’est celui que j’avais acheté !

maria-montessoriEt puis Montessori

une fois que Comète a grandi, les questions de pédagogie se sont posées : quel type de jouet, quel jeu, quelles activités, comment les pratiquer pour ne pas lui imposer le penser-adulte et la laisser découvrir par elle-même ? J’ai découvert alors le nom de Montessori. Et je n’ai rien compris. Comme le dit cet article :

Coup de gueule! Désolée pour vous Madame Maria Montessori.
On met Montessori à toutes les sauces. J’ai cru comprendre qu’il ne fallait pas inonder les enfants de jouets. OK. Et qu’il fallait fabriquer ses jouets soi-même pour proposer le type d’activité Montessori. Sauf que je ne vois aucune différence entre mes jouets achetés tout faits et les Montessori. Je n’achète pas n’importe quoi pour commencer. Proposer un gobelet à la taille de bébé ? Je ne suis pas débile, je ne lui ai pas donné un verre à bière ! Mettre les choses à sa hauteur ? Non, évidemment, je mets tout très haut pour qu’elle ne puisse jamais utiliser ses livres ou jouets sans que j’intervienne ! Au final, je me demande juste si Montessori ce n’est pas simplement du bon sens, de l’écoute et que à son époque c’était sans doute révolutionnaire, et que ça tranchait avec les types d’éducation pratiqués, mais aujourd’hui fort heureusement ce type d’enseignement est passé dans le  » langage commun  » des parents. Un peu comme les jouets en bois Janod et les peluches Lamaze que tout le monde connaît quand il y a quelques années c’était  » révolutionnaire ».

 

 

Et pour la nourriture ?

Je fais du maison bio. Que j’alterne avec de l’industriel. Parce qu’en fait les normes bio et les normes bébé sont kif kif et que moi au marché bio je n’ai pas la variété que peut avoir un grand industriel qui se fournit chez des agriculteurs homologués bébé. manger toujours des carottes des choix des navets des patates et des courges en hiver, ça lasse. Ah pardon j’oubliais le poireau. Acheter des légumes pas bio c’est pire que les pots industriels en fait. Avec l’industriel, j’ai une base : je sais que ça contient le bon poids d’aliments, les bons nutriments. Avec ma tambouille à moi j’ai une autre base. J’ai même acheté un livre de cuisine mais bon, c’est pas concluant. Et aujourd’hui Comète, ce qu’elle mange, ce sont les pâtes avec une escalope de veau à la crème. Pourtant elle a goûté tous les légumes du monde. A emporter, c’était pratique mes petits plats Nestlé. Mais c’est fini. Maintenant je lui fais sa gamelle ou elle mange comme les autres chez nounou. Et ce n’est sûrement pas du bio. Mais l’important c’est qu’elle soit heureuse de partager un bon moment en famille, une autre famille qui est un peu la sienne quand même.

Alors non, je ne fais pas du  » tout Montessori » ou du  » tout Maternage » ou du  » tout parent de la société de consommation à gadget ». Je fais comme je peux. En fait. Avec mon dos, ma fille, son père, notre maison. Tout cela fait entrer des critères, des chiffres dans l’équation qui aboutit à notre pédagogie à nous. Tant pis pour l’étiquette !

 

Et pour ceux qui aimeraient lire un autre article, voici un texte sur l’allaitement mixte .

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s