Publié dans projet52

#projet52-2015 #famille #semaine8

8Franchement, j’ai changé trente mille fois le titre de cet article.
Avant de savoir que j’allais l’écrire, j’ai changé trente mille fois de sujet.
Voilà que Millie nous demande de se coller au sujet de la « famille« .
J’ai failli vous demander de patienter après la naissance de baby dos. De tout vous balancer sur mon histoire de famille version roman-fleuve, de vous poster une photo noire, ou blanche, avec rien. Et puis, je me suis dis que j’allais vous raconter l’histoire de La fille du chêne.
Puisque c’est ce que je suis,  Je suis la fille du chêne vous vous souvenez ?
Donc voilà. On va remonter en 2008-2009.
Au moment de mon mariage. Dont les préparatifs ont été une source de conflits et de  » je prends sur moi » constante. Après le mariage, rien ne s’est arrangé.

Je n’arrêtais pas d’être malade. J’ai eu de très très gros problèmes en tous genres, mais surtout de métabolisme et de digestion. Je suis allée consulter tout un tas de personnes et au final, elles m’ont toutes dit un truc assez dingue. J’avais du chêne en moi. Et visiblement ça me rendait malade.
Qu’est-ce que c’est que cette histoire, du chêne en moi ? Ben oui, j’ai du chêne en moi. C’est la naturopathe qui le dit, le kinésiologue aussi et un peu plus tard le gastroentérologue le plus scientifique qu’on peut imaginer.
 Malade comme pas possible, suspicion de cancer : je passe en décembre 2009 une coloscopie et tout un tas de tests d’intolérances alimentaires. Et là, je découvre que je suis intolérante à la lignine.

C’est quoi la lignine ? Une fibre alimentaire, un constituant du bois, ce qui donne sa rigidité aux parties vertes, ce qui entre en jeu dans la croissance de la plante.

D’abord il faut vous parler de cette intolérance à proprement parler. Quand je l’annonce autour de moi, on me prend vraiment pour une conne, ou une folle, ou une débile. Les trois à la fois. Les premiers informés ont justement été ma famille. J’ai eu droit à  » n’importe quoi' » et à  » ouais oh qu’est-ce que tu t’es encore inventée là » . Il y a également  » tu fais ton intéressante » et  » ce n’est pas un cancer ce n’est pas grave ». En règle générale, les intolérances des autres sont méprisés par les gens. Ils sont intolérants aux intolérances. Mais alors, la mienne, c’est une super intolérance qui permet aux autres de vraiment me traiter comme de la merde et comme une tarée. Dire qu’on est allergique/intolérant au lait, c’est assez connu. Au gluten c’est à la mode. Dire qu’on doit réduire ou supprimer les gâteaux de son alimentation, ou les féculents, ok. Mais quand vous annoncez que vous, vous pouvez bouffer toutes les pâtes de la planète ( gluten testé) tout le lait ( lactose testé) tout le chocolat du monde MAIS que vous ne pouvez plus manger de légumes. Alors là, ils ne veulent pas vous croire, vous mentez forcément, vous vous êtes inventé cela:  » oui oh, c’est toi qui le dis pour te trouver une excuse ». Ouais. alors je vais vous raconter mon dernier plat de lentilles ( un des pures aliments en matière de lignine) en août 2009. C’est simple, j’ai cru crever : 4 jours à 39 de fièvre avec des coliques et des diarrhées incessantes, l’impression que mon sang s’était transformé en boue.

Lors de ma première grossesse il y a eu un miracle : je tolérais tout mieux : retour des tomates cerises ( gros ennemi aussi) du concombre ( pas copain) etc. Mais cette fois, c’est un désastre. J’ai du absolument tout bannir et depuis cette semaine je viens de comprendre que la salade, la sauce tomate ( cuite sans peau !) c’est fini. Fini fini fini. jJe suis en train de  » nettoyer » mon corps en bouffant des pâtes et des patates. Mon corps se transforme en un vaste réseau de boue, je suis fatiguée, j’ai mal partout, mes articulations, mes organes sont inflammées. Je ne sais pas si les contractions accentuent le phénomène ou si le phénomène provoque des contractions mais bref, ça fait deux fois que je vis trois jours d’enfer. C’est même pas complètement fini.
Voilà, c’est çà l’intolérance à la lignine. J’ai cherché sur le net, j’ai rien trouvé sur le sujet. En règle générale, les articles vantent le mérite des fruits et légumes. Personne ne crève d’en manger. Seule mon osthéopathe m’a dit très bien connaître cette intolérance. Rien à voir avec la maladie de Chrone, je bouffe le gras que je veux. Ou le colon irritable ( ça y ressemble) parce que je bouffe ce que je veux de leur liste sauf le canard en ce moment. Et sans doute les gibiers.

Franchement ça ne m’amuse pas, moi, de ne pas manger de légumes. Vraiment. Certains fruits également comme la pomme crue, sont à bannir. C’est franchement pas drôle. Et non je ne fais pas mon intéressante, je préfère écrire pour ça ( ah ah ah). Etre intolérante à un truc qui est censée constitué ton alimentation équilibrée, c’est un peu annoncer que tu dois faire tout le contraire de tous les gens qui t’entourent et du coup personne ne te comprend. D’ailleurs , l’intolérance alimentaire réveille souvent des conflits à table et devient source de conflit : tu ne manges pas le plat d’untel, tu t’es trouvé une excuse, tu ne fais jamais rien comme tout le monde. Bref on te regarde de travers et tu avales de travers. C’est le point de départ de nombre de petits pics et réflexions à la con dont tu te serais bien passée. C’est un révélateur finalement, la réaction des gens est à la mesure de ce qu’ils sont pour le reste. je connais par exemple une personne qui s’échine à servir des tomates à une allergique aux tomates en lui disant  » mais c’est bon pourtant, c’est bon pour le teint ». Comme si son allergie était une simple lubie. Si quelqu’un manque de compréhension face à votre problème, s’il réagit en vous forçant à avoir ledit aliment dans votre assiette, dites-vous bien que pour le reste , dans la vie, ce sera pareil.

Vous me direz  » ouais mais ton sujet c’était la famille ». J’y viens. Pour la conclusion. J’ai fait des recherches en généalogie. Mon arrière grand-père était bûcheron. Ses parents, ses beaux-parents également. Ils coupaient des résineux et des chênes. Mon arrière-arrière-arrière-grand-père de l’autre côté de l’arbre généalogique était débiteur de bois. Il y a des charpentiers, des bûcherons, des débiteurs de bois, des menuisiers à tous les étages de l’arbre généalogique. On a sans doute dit des gens de ma famille  » ils ont ça dans le sang ». Ben oui, moi aussi, j’ai ça dans le sang. Mais visiblement si j’en mange je m’empoissonne. Comment faut-il le prendre ?

Comment ce qui vous constitue peut vous empoisonner ? Peut-être parce que des branches les plus près de moi je n’ai jamais été réellement écouté, comprise, connue pour ce que j’étais.

Alors voilà, j’ai la sensation d’être une greffe qui a mal pris.

Un jour, pour ma survie, j’ai été obligée de couper la branche. Finalement ma branche à moi a alors pris racine et deux branches nouvelles se sont formées. Mes racines sont allées rejoindre celles de mes arrières grands-parents. D’égal à égal , je parle souvent pour eux, eux les illettrés, les sans-parole. Eux qui ne savent pas écrire sur ce papier fait également de fibre de bois, de lignine. Mes deux petites branches ont des fleurs. Nous recommençons un peu plus loin. Parce que la terre était bonne. Je suis sûre que la terre était bonne, mais il y a eu des branches qui sont devenues des ronces et qui ne font que détruire ce qui les entourent. Moi j’aime pas les ronces. L’arbre, le chêne, il est devenu tout sec, tout mort, et méchant. Moi j’aime pas les méchants. Alors oui on est que quatre ( bientôt quatre !) et on paraît tout faiblard mais en vérité on a de la force à revendre. Le sol est bon.  Ce sera nous le nouvel arbre, la vraie famille. Peut-être même qu’un jour je pourrai remanger des aliments riches en lignine sans en crever, qui sait ?

Advertisements

Auteur :

Maman de Comète née en 2013 et tempête née en 2015, je suis passionnée d'écriture, de danse, d'art. J'aime également dessiner et m'adonner aux loisirs créatifs. J'aime la cuisine " qui change de l'ordinaire". J'essaie de concilier mes nombreuses passions avec ma vie de Maman. On m'a longtemps surnommée " la Tornade" et j'avoue garder un rythme de vie assez dynamique. Ma fille également est un petit tourbillon. On la nomme " Gigotou" ou " Pt'tit bolide". Quant au papa, il aime la nature et le tennis, jardiner et bricoler. Bref, on ne tient pas en place dans notre famille. Il va falloir nous suivre !

4 commentaires sur « #projet52-2015 #famille #semaine8 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s