Publié dans Projet52

C’est dans ma nature, mais c’est en voie d’extinction #projet52 #manature #semaine16

16Si tu regardes le blog tu as vu que j’avais rebloguer l’anecdote du collègue blogueuse et que j’avais commenté.

Alors voilà, je vais te dire ce qui, en ce moment, me turlupine ( ouais me casse les couilles quoi).

En fait, c’est pas en ce moment, c’est l’histoire de ma vie ( arrête de chanter le roi lion, bordel !)

En fait, normalement, je ne suis d’un naturel gentil et serviable, communicatif.

Normalement, parce que je me rends compte que plus le temps passe et plus je me referme sur moi et je deviens agressive. A force.
A force de quoi? A force d’en prendre plein la gueule.

Donc, naturellement, je vais vers les autres, je leur parle, même si je ne les connais pas, un peu comme Jacques Prévert, mon idole. Je peux facilement lier connaissance avec quelqu’un dans un bus ( je m’étais fais une amie à Reims comme ça) dans une salle d’attente ( un mec à Bobigny comme ça), en regardant une vitrine de chocolatier ( une famille avec qui on a bien ri à Dijon). Mon grand-père était comme ça. J’ai fait le tour de tous les campings du monde en décryptant les plaques d’immatriculation. Ca partait d’un département et ça finissait en discutions jusqu’à pas d’heure sur la parcelle d’un mec qu’on connaissait pas. Et puis certains sont devenus des amis, les grands-parents  rendaient visite à des gens vus une fois dans un camping. J’ai une amie hollandaise qui date de mes onze ans. C’était au camping de Charleville Mézières. Elle m’a retrouvée sur Facebook il y a un an ou deux.

Ma fille est comme ça. Elle peut engager la conversation avec n’importe qui. Ce qui est embêtant c’est que la plupart des gens pense que tu as une idée derrière la tête, une arrière-pensée, que tu tentes de les embrouiller. On nous demande de quoi on se mêle, on nous trouve intrusif. Un jour j’ai gentiment dit à un papa que sa fille devrait enlever son manteau, il ne m’a même pas répondu, ni regardé , en face. Il a laissé sa fille avec son manteau s’engager dans les jeux du magasin orchestra. Elle est restée coincée et si tu connais les jeux orchestra tu sais que si t’es parent tu n’iras pas facilement monter dedans. C’est impossible. Mais bon, einh, après tout, je donnais juste un conseil, et  » chacun sa merde ».

Moi, ça me fait mal au cœur quand un garçon de sept ans demande à ces copains ( ou une petite fille peu importe)  » Mais qu’est-ce qu’elle veut? » en parlant de Bébé Comète. J’ai vraiment très très mal au dedans car ma pauvre chérie va vivre bien des déceptions. Elle arrive toute guillerette, prête à jouer et discuter et paf, elle tombe sur quelqu’un de méfiant. Mais être méfiant à sept ans, Est-ce bien naturel ? Notre société est-elle à ce point pourri qu’un gamin de sept ans s’attend à être raquetée par une petite de deux ans ?

Quand tu rends service à quelqu’un ou que tu lui parles sans le connaître, dans sa tête il se dit  » ça cache quelque chose » et  » elle va me demander un truc en échange ». Il y a forcément une  » intention » derrière. Ben non, pas avec nous. Nous c’est naturel.

Mais il y a tous tes gestes et tous les mots qui peuvent y passer.  Tout dans la vie peut être interpréter avec des « intentions » auxquelles tu n’as pas pensé. Tu as vu mon selfie, c’est juste un selfie ( j’en fais peu finalement) d’une journée au soleil, un moment agréable que je partage avec mes amis. L’odeur de l’oranger du Mexique enfin fleuri, le soleil sur la terrasse. Et bien tu sais quoi ? Il y a bien la moitié des personnes qui regarderont cette image et y verront une mauvaise intention. Tout est affaire d’interprétation, de détournement, et surtout de conditionnement. J’avais adoré lire dans les Quatre accords toltèques que si tu critiques quelqu’un auprès d’une autre personne, même si cette critique est infondée la personne qui l’aura entendu trouvera un fondement à cette critique, parce qu’elle cherchera une justification. Elle se mettra alors à tout interpréter de travers pour justifier cette critique parce que pour elle « il n’y a pas de fumée sans feu ». C’est ainsi également qu’on devient comme on nous critique : si tu dis « il est méchant, il est intéressé, il … » tu encourages la personne à être ainsi.  Mais bon, au final, je ne suis devenue aucune des choses qu’on me reproche, je dois être plus forte que je ne le crois.

Ce qui est fort dommageable, c’est que même dans un contexte où rendre service est naturellement accepté, ou plutôt  » partager » est normalement de mise, tu peux t’en prendre plein la gueule.

Je parle par exemple des milieux associatifs.

L’association est un regroupement de personnes mais n’appartient à personne. Quand tu fais une action dans une asso, c’est pas pour rendre service à quelqu’un ( pas même au président) c’est pour le bien de la communauté, pour le bien de cette entité abstraite qu’est l’association. Et bien, dans ce cadre précis j’ai déjà vu mon aide être refusée parce qu’on s’imaginait je ne sais quoi : voulais-je demander un truc en retour ? Me rendre indispensable ? Prendre le pouvoir ? Je ne sais pas.

Pour moi, c’est trop tard, le mal est fait. Je suis en train de me refermer sur moi, d’être trop blessée pour continuer à aller vers les autres, à part dans mon fameux groupe de foldingues du papier. C’est un groupe Facebook avec des filles qui ont souvent le même profil que moi. Elles sont si gentilles que tu te demandes en effet  » mais pourquoi ? » comme au mois de Mars quand elle se sont fait un groupe secret pour organiser chez moi une arrivée dingue de lettres et de cadeaux pour la naissance de ma fille ( cf. photo). C’est le seul groupe dont je fais partie sans me poser mille et une questions sur ce qui peut bien se raconter dans mon dos. Auparavant je n’ai jamais été acceptée dans un groupe. Je me souviens de mon arrivée à la maternelle à 4 ans. Un désastre. Ma mère a eu la bonne idée, quand j’avais 3 ans, de venir me reprendre et de me mettre à l’école qu’un an après. Les groupes étaient formés j’ai été exclue d’emblée.

Il y a les groupes qui se forment devant toi sans toi, ceux déjà formés et où tu n’ai pas accepté. Après, je vais te dire, un groupe, c’est jamais qu’une façon de gommer les individualités et faire partie de la masse rend con. Il suffit de lire Germinal pour le comprendre. Heureusement j’ai passé l’âge de réellement faire partie d’un groupe comme les ados. Mais c’est tout de même un bilan fâcheux que je fais là.

Sans doute ai-je des torts, mais encore faudrait-il les connaître. Ou qu’ils soient fondés. L’an dernier deux de mes amis m’ont alertée sur le fait qu’on me calomniait au sein d’un groupe dont nous faisions partie. Or, les personnes qui calomniaient ne me connaissent pas. Nous n’avons jamais eu une seule conversation ensemble. Mes deux amis, sans se concerter du tout m’ont dit  » s’ils savaient qui tu es et ce que tu vies ils se rendraient compte combien tout ce qu’ils racontent c’est des conneries ». Ils sont trop gentlemen pour me dire ce qui se raconte mais une chose est sûr, ils n’inventent pas. Le mal est fait : je ne chercherai pas à m’intégrer davantage. Je n’ai pas à changer pour eux.

16bis

Pour moi c’est trop tard : j’ai envie de mordre plus souvent que je ne veux sourire et embrasser. A chaque fois je vais vers les gens la fleur au fusil. Faut dire qu’en étant celle qui arrive, qui a déménagé, tu as intérêt à être avenant et à aller causer sinon on te laisse dans un coin ( arrête de chanter Dirty Dancing, bordel). Mais j’ n’irai plus vers les gens.

Pour moi c’est trop tard, je vais déposer les armes et les laisser faire avec leur méchanceté, leur méfiance, leurs critiques par derrière, qui m’ont été rapportées très souvent par d’autres. Avec leur gueule de travers et leur regard de biais. Avec leur air entendu quand j’approche.

Dans ma vie j’ai connu des tas de gens comme moi, quand même : les parents d’un élève de cours particulier, le prêtre qui m’a soutenue enfant, ma meilleure amie …

Ce qui m’inquiète c’est ma fille : va t-elle trouvé des gens comme elle ? Aura t-elle un  » Père Vincent » à qui se confier ? une meilleure amie ? Elle commence à me parler de machin son  » copain » ou de Bidule sa  » copine ». Elle va faire  » la dame du ménage » faire un bisou, elle s’attache aux gens facilement.

Elle va en prendre plein la gueule.

Déjà un jour, sur le parking du supermarché je n’ai pas pu me retenir, je lui ai dit que la  » dame » de la voiture à côté en avait rien à faire d’elle, et qu’elle tirait la tronche et qu’elle était laide comme un pou et méchante. La dame, elle n’avait même pas répondu au bonjour de ma fille, alors sourire c’était même pas possible d’y compter. On passe notre temps à dire bonjour à des gens qui ne répondent pas. Je me suis pris tellement de vents que j’ai décidé l’an dernier d’arrêter de dire bonjour en premier. Maintenant ce sont eux qui me disent  » et bien tu ne dis pas bonjour ». Ben non, je ne dis plus bonjour, parce que j’en ai ras le cul d’être la conne de service. Vous allez me dire  » tu te victimises » mais ce n’est toujours pas moi ou ma fille qui avons rendu la société ainsi, nous n’avons jamais abusé de la gentillesse des gens. Ils sont devenus ainsi par éducation le plus souvent. On dit aux enfants  » ne parle pas aux inconnus » . Certes, il ne faut pas s’approcher des inconnus. Mais dire bonjour de loin au voisin qui jardine, ce n’est pas dangereux. Le jardin est plus passionnant que nous, nous l’avons compris hier, le voisin n’a jamais répondu à ma fille. Peut-être a t-il peur qu’elle l’enlève ?

Evidemment après l’alerte enlèvement d’hier, et les autres, on se dit qu’il faut enseigner aux enfants la méfiance. Mais ça fait mal au cœur.

Ma fille, tu vas au-devant de bien des blessures. Tu aimes trop aimer les gens.

Je suis triste.

Alors je vais me saouler de gentillesse dans mon groupe de planeuses folles. Je prépare des colis pour ma meilleure amie ou d’autres personnes. Et le reste du temps, je reste dans ma bulle. C’est pas comme ça qu’on va changer le monde mais le monde m’a usée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s