Publié dans Une année douze thèmes

#uneanneeendouzetheme : Aimes-tu les poissons d’avril ?

poisson

Ouh la, drôle de question. En fait, oui j’ai aimé fut un temps, j’en faisais beaucoup. Je trouvais toujours un gag à faire à mes proches ou à mes élèves.
je t’en raconte deux trois…

Mon voisin était garde pêche, je lui ai collé des tas de poissons derrière sa voiture; je lui ai fait croire que j’avais péché un truc énorme dans le Beuvron, genre une baleine dans un ruisseau quoi.

A ma famille, j’ai fait croire que j’adoptais un troisième chat. Déjà que deux c’est compliqué.

A mes élèves, le meilleur je pense de loin le plus original…

Aux Premières, je leur ai fait croire que pour le bac, comme ils avaient Le mariage de Figaro, ils devaient être capables de chantait l’air de la pièce, vu que c’est une comédie ballet.

Cela commence vers 1.57 environ.
Donc de bon matin ( faut les prendre de bon matin, endormis, incapables de réfléchir à la date) je leur annonce la nouvelle : la liste de bac comprend une scène chantée. Il faut l’apprendre. je leur passe l’extrait du film, et hop, je les fais répéter. Les STIGC ( élèves de bâtiment génie civile) y ont cru à mort et sont partis en chantant, flippés. Les S Spo ( sport études) ont appris la nouvelle avant mon cours et sont venus remontés comme des coucous. Je les ai convaincus que c’était pas si mal finalement, que l’originalité plairait à l’examinateur : ils ont chanté aussi. Le plus dur a été de ne pas rire. Je fermais la porte après leur cours pour pleurer de rire en silence. C’était terrible. Ma collègue documentaliste qui officiait non loin pouffait derrière son comptoir.

Au final, le soir, face à la vérité tout le monde a bien ri, et ils ont retenu pour toute leur vie l’air de la pièce.

Quant aux secondes, je leur ai donné un courrier pour leurs parents . Je leur apprenais que désormais le cours du vendredi aurait lieu en téléconférence car les Premières partaient en stage et que je n’étais pas d’humeur à venir en cours pour eux seulement.
Je leur donnais un mot de passe pour accéder à la vidéoconférence : il suffisait de taper la première lettre de chaque ligne. C’était évidemment un acrostiche de POISSON D’AVRIL.

Mais avant de chercher le mot de passe et la supercherie ça a été la révolte. Je n’aurais jamais cru qu’ils auraient réagi ainsi :  » Madame c’est inadmissible, nous nous abandonnez vous n’en avez rien à foutre de nous, nous on a  besoin de vous etc. etc.  » Je pensais vraiment que ce serait l’inverse et qu’ils seraient heureux de ne plus avoir cours. Comme quoi. Les jeunes sont imprévisibles !

Depuis, rien à déclarer. C’était ma deuxième année d’enseignements, le 1e avril tombait pile quand il fallait. C’était l’idéal. Il faut aussi un bon chef d’établissement. Une année aussi j’ai fait faire un poisson d’avril aux cinquièmes d’un collège pour leur prof principal. Ils ont rédigé en alexandrin une lettre anonyme rigolote. Je ne me souviens plus du contenu mais ils le menaçaient choses un peu folles comme de l’obliger à manger un pot de Nutella si le contrôle n’était pas annulé, des bêtises gentilles quoi.

J’aime bien me faire prendre aux articles un peu loufoques de la presse, en général c’est de bon goût. je n’aime pas les blagues méchantes. je n’aime pas les moqueries ou les désignations de tête de turc.

Ah oui, une dernière pour la route : j’étais en 3e, mes amies de la danse et moi-même avons organisé le plus gros poisson d’avril de notre vie : nous avons annoncé à tour de rôle à la prof de danse que nous ne serions pas là pour la dernière répétition, ou carrément le spectacle. je clôturais la série des catastrophes en annonçant que je partais en Espagne la veille du spectacle. la prof de danse était si désemparée qu’elle en a oublié de gueuler. Au final elle prend sur elle ( franchement elle nous a étonnées sur ce coup-là) et elle met la musique en route. L’une d’entre nous avait subtilisé la K7 pour mettre Guns N Roses à la place. Le choc, presque la crise cardiaque. Au final quand on a crié  » Poisson d’avril » le soulagement était tel que j’ai cru qu’elle allait pleurer. Dans ce cas précis ne faites pas durer le suspense trop longtemps, ça peut être dangereux.

En dehors de la date précise du poisson d’avril j’ai envie de vous raconter la  » blague » que j’ai faite à mon prof de philo durant un an : celui-ci ayant débattu avec nous de la question de l’influence du nom sur la personnalité , j’ai inscrit un faux nom sur ma première copie; Puis sur les suivantes. A chaque fois il y avait un message caché puisque j’empruntais des noms célèbres d’artistes . Un jour, c’est non pas le prof mais la proviseure adjointe qui a relevé nos copies. Wladimir Wladimirovitch Wispiansky n’étais pas connu du lycée, mon prof ( et non moi) a été convoqué chez le proviseur. Mon dernier nom de l’année : Fernando Pessoa évidemment ! Mon prof se demandait bien comment j’allais terminer. Oui, on a bien ri mais je comprendrais que ça ne vous fasse pas rire.

Finalement cette chronique est sympa. Cela ne m’inspirait pas mais je dois avouer que ce sont de bons souvenirs .

PS: il manque quelques majuscules ici et là mais WordPress étant capricieux je n’ai pas le temps de corriger. Désolée…

gerer-colere-enfant

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s