Publié dans Coups de coeur

Parrainer un enfant : comment ça se passe ?

MARRAINE/PARRAIN: qu’est-ce que cela représente?

Être marraine ou parrain, pour moi, c’est très important. On a le devoir de garder un œil sur l’enfant, de lui inculquer quelques valeurs, de prendre le relai des parents, de veiller à son épanouissement.

J’aurais aimé devenir de marraine pour un petit, car ce rôle me convient et j’aime m’occuper des petits, mais cela ne s’est jamais fait. J’en suis extrêmement peinée et j’aurais aimé que ce soit différent, mais apparemment certaines personnes ne pensent pas que je sois dignes de cette confiance, cela les regarde, mais maintenant j’ai fait mon choix, moi aussi.

Pour moi, quand on choisit une marraine ou un parrain, ce n’est pas l’argent ou la proximité géographique qui doivent primer mais :

_ l’amour des enfants

_ lé générosité humaine

_ le partage des valeurs et des notions éducatives avec les parents

_ cette lumière qui émane de certaines personnes et qui guident les autres.

_ l’écoute et la capacité à accueillir les idées de l’enfant. Son respect !

La première fois que j’ai entendu parler de parrainage j’avais 8 ans environ. C’était le Père Paul Vincent pour ceux qui le connaissent qui était le parrain d’une petite fille en Afrique il me semble. J’avais trouvé cette démarche extraordinaire et je m’étais fait la promesse de suivre cet exemple. Le Père Vincent n’avait pourtant pas de gros revenus mais il donnait à tous ceux qui venaient à lui.

Bref, des événements récents dans ma vie ont fait que j’avais de plus en plus envie d’aider un petit enfant qui n’aurait pas eu la chance d’avoir des Barbies à Noël, et vous avouerez que ce n’est que « superflu » même si la possibilité de jouer et de s’émerveiller fait partie des notions nécessaires à l’épanouissement d’un enfant.

J’aurais imaginé que les réactions auraient été « petites » autour de nous, mais pas du tout. Julie parraine déjà un petit garçon et en est ravie. Je pensais qu’on me dirait qu’en étant loin, ça ne rimait à rien cette affaire -là. Laurent au contraire, parrain deux fois, m’a dit  » là tu vas vraiment changer sa vie, tu as un rôle super important », c’est vrai. Finalement nous avons un rôle très important.. Nous amenons 20 % de plus aux revenus des parents ! Au Mexique, c’est énorme !

COMMENT DEVENIR MARRAINE/PARRAIN: le choix de l’association

Nous avons demandé une petite fille ( les filles ont moins accès à l’école en général dans le monde et les droits des femmes  ont encore besoin d’être défendues...) d’Amérique latine hispanophone. C’est plus pratique quand on connaît la même langue, du moins la langue officielle du pays.

Là dessus, j’ai donc fait le tour des associations de parrainage, comme PLAN , mais cela ne m’a pas convaincu, les échanges sont trop peu nombreux, les retombées sont floues. J’ai aussi mis de côté une association qui proposait de choisir l’enfant sur photo, ce n’est pas un concours de beauté ! Et enfin, j’ai mis de côté une association catholique qui utilisait une partie de l’agent pour l’éducation religieuse des enfants, car je n’ai pas envie que l’on impose encore au XXI e siècle un culte aux enfants. Restait donc « Un enfant par la main » qui permettait de choisir le sexe de l’enfant ( dans une autre association, ils insistent même sur la défense des droits des femmes) et le pays. J’ai eu Sergio au téléphone, lui-même Mexicain, qui m’a doit qu’il ferait en sorte que j’ai une petite du Mexique, étant donné mon rapport à ce beau pays. Enfin, comme nous ne sommes pas effrayés par l’engagement sur le long terme, car le parrainage est aussi un échange affectif et non pas  seulement financier, qu’il ne faut pas rompre sur un coup de tête, nous nous sommes engagés pour avoir un enfant très petit… On a signé pour 20 ans ! Enfin je l’espère !

Une fois le dossier envoyé, nous avons attendu de recevoir celui de la petite…

Mon mari me suit sur cette aventure parce que tout cela est important pour lui, mais le choix du pays ou de l’association lui importait peu car il n’a jamais eu ce genre d’expérience, à part peut-être en Turquie, mais il n’a pas trop côtoyé les gens du pays… Il est quand même gentil, il me laisse tout choisir et il sait que c’est super important pour moi.

PS: oui, certaines personnes trouvent ces idées malsaines, pour des raisons que je trouve ridicules, mais sachez tout de même que l’agent versé aide toute la famille, la fratrie et aussi le village entier. Paraît aussi qu’on le fait par égoïsme. AH… intéressant, je pense effectivement que toute aide humanitaire est une valorisation du moi mais de là à dire qu’on est égoïste faudrait pas pousser mémé dans les orties !

 

Publicités

4 commentaires sur « Parrainer un enfant : comment ça se passe ? »

  1. C’est très beau ce que tu fais et beaucoup n’en ont pas le courage. C’est plus simple de critiquer (la distance, l’argent c’est les parents qui le prennent,…) que de s’avouer n’avoir pas la force d’aider quelqu’un car on n’arrive pas à gérer sa propre vie. C’est comme tout dans la vie, seuls ceux qui d’aiment et te connaissent peuvent te comprendre et d’aider. Félicitation pour ton grand cœur 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s