Publié dans Le quotidien

Les limites de l’éducation positive

education

Tu sais, avec ma grande comète, je fais tout pour mettre en pratique l’éducation positive : je lis des bouquins du genre de Filiozat ou Se faire obéir sans crier.
J’en ai conclu qu’il fallait expliquer à l’enfant pourquoi ce n’était pas bien, lui montrer les conséquences naturelles de ses actes, passer par le dialogue. J’en ai appris beaucoup sur les pulsions, le fonctionnement du cerveau d’un enfant, toujours en perpétuel reconstruction ( un peu comme dans Matrix, tu vois ? ça se ré-agence sans cesse…. ou comme dans Dark City !). Je sais ce qui est physiologique, psychologique, ce qu’il ne maîtrise pas. Pourquoi il se décharge sur ses parents, pourquoi il a des réactions contradictoires comme fuir le parent qui lui a manqué car la charge éotionnelle est alors trop forte pour lui. Bref, je ne regrette pas de tenter cette voie et j’apprends beaucoup, pour mes filles, pour mes élèves également, même s’ils sont souvent déjà trop grands pour qu’on mette en pratique toutes ces choses.
Mais je vais te dire, je tique sur pas mal de points.

Déjà , dans les bouquins ils te disent que si tu es énervée suite à une bêtise tu dois quitter la pièce et non dire à l’enfant de partir dans sa chambre ou d’aller au coin. Que sinon, il dormira mal dans cette chambre-lieu de punition et que le coin ça atteint sa dignité.
Franchement, ma fille, ça n’atteint pas sa dignité et elle préfère y aller seule, au coin. Et puis si c’est moi qui pars, et vais dans ma chambre, comme ils le préconisent, qui surveille la maison ? Qui regarde que Grande Comète ne touche pas aux casseroles de la cuisine, ou ne fait pas de mal à sa soeur? Je trouve que cette fuite du parent est hyper dangereuse.

Ensuite, ils te disent de montrer les conséquences naturelles de ses actes et de ne pas punir. par exemple, si l’enfant ne prend pas de petit déjeuner, de laisser courir, il verra dès le premier matin qu’il a faim et doit attendre longtemps le repas du midi. Que s’il ne met pas d’écharpe il aura un rhume et s’en souviendra. Youpi. Comète joue avec tous les chats, on n’arrête pas de lui dire de faire attention, de ne pas toucher les chats inconnus mais rien n’y fait. Je pense que si j’avais été un peu plus ferme et qu’on avait carrément puni elle ne serait pas fait griffer le visage lundi dernier. Ma Comète fait de graves bêtises, des trucs hyper dangereux, si j’attends les conséquences naturelles c’est la mort assurée. Merci bien.

Et puis, j’ai une copine du net, c’est la femme d’un copain de la danse, bref une fille avec qui je cause que éducation par Facebook et du coup on a des conversations très posées sur le sujet, dénuées de jugement perso sur elle ou moi vu que je crois bien qu’on ne s’est jamais vu en vrai, ou peut-être une fois en soirée. Et l’autre jour, elle m’écrit ça :

L’éducation positive ou bienveillante est plein de bonnes idées c’est incontestable, et des idées qui marchent. Cependant ce qui me gène dans toutes ces méthodes c’est que quelque part le caractère de l’enfant passe un peu à la trappe. Et ses capacités.(mais peut être est ce dans les mauvais exemples que j’ai pu voir). Je m’explique : c’est très bien de verbaliser, d’expliquer à l’enfant, mais il faut rester dans un niveau d’explication qu’il est en capacité de comprendre en fonction de son âge et de sa maturité, vouloir le faire grandir trop vite à ce niveau là me semble un mauvais calcul, si on lui en demande trop on le met en situation d’échec. Et puis il y a ceux à qui on dit une fois que jouer dans la poubelle n’est pas une bonne idée et qui n’y touchent plus et ceux avec lesquels la poubelle finit dans un placard fermé à double tour. Et enfin, ne pas oublier les limites de l’enfant est primordial mais il ne faut pas oublier ses propres limites à soi en tant que parents ! Et ça l’ enfant si on lui explique comprend assez bien ce qui n’est pas synonyme d’être d’accord.

Je trouve que ma copine  a bien résumé. Ma fille a tout à fait compris les interdits, mais elle s’en moque. Elle se moque même des conséquences, la griffure la fait rire. Car heureusement elle n’a pas eu un œil touché. Elle n’est pas capable de COMPRENDRE la gravité des conséquences possibles aussi bien qu’un gamin de 15 ans ne comprend pas que son exercice non fait engendrera à court termes des lacunes qui seront préjudiciables sur ses apprentissages à moyen terme, entraînant, dans le long terme, son échec au bac et donc de sa future carrière de jenesaisquelprojetambitieux. Le mec qui fume, il le sait qu’il y a des conséquences néfastes, non ? Bon, alors comment veux-tu raisonner un enfant de deux ans si le mec de 40 piges n’est pas raisonnable ?

En attendant, je suis toujours les conférences de Filliozat, les fiches de Camille et Olivier.  Et puis Maman Zen qui est adorable. Franchement à chaque fois, je me rends compte que naturellement nous avions avec mon mari une éducation bienveillante et positive, mais que naturellement Comète a un caractère qui fait que ça ne suffit pas. Point. Est-ce dû à sa précocité ?  Exemple de précocité: dire que les volets roulants c’est  » merveilleux » et allez dire au mec qui les a installés  » c’est incroyable, je vais mieux dormir, et ça se ferme tout seul ». Sans même que l’on ait formulé la chose, sans qu’on ait montré que la nuit dans sa chambre serait de meilleure qualité ( plus de faux jour).

Alors, tu vois bien qu’elle comprend les relations de cause à conséquence avec son volet roulant ?

Concernant sa fourchette au sol et ses tapes sur sa sœur, elle s’en moque. On faisait les choses bien, dès le décollage, souvent on te dit que l’éducation bienveillante est longue à mettre en place quand on  a fonctionné autrement dans la famille. Ici, on a toujours fonctionné ainsi, et ce n’est pas mieux !

On ne va pas passer à l’autoritarisme forcené, mais bon, voilà, on est souvent assez démuni.

Si tu as un avis sur la question, exprime-toi dans les commentaires !

 

 

 

Publicités

5 commentaires sur « Les limites de l’éducation positive »

  1. youpi suis pas la seule à me dire que les bouquins c’est bien (à chaque visite à la f…ou c…je craque….) mais au bout du compte y a des enfants qui ont besoin de limites plus ferme
    je veux bien etre bienveillante mais au bout de la 50 fois entendre maman !!!! et encore ma sœur veut pas !!! y a déjà bcp moins de positivité !!!lol

  2. merci mon Dieu ! enfin quelqu’un qui est un peu critique envers cette nouvelle religion éducative. ouf. Je crois en l’éducation sans violence physique mais pas à l’éducation sans aucune frustration. Et j’ai beaucoup aimé votre image du mec qui fume, alors qu’il sait. Les interdits ont du bon et ne sont absolument pas incompatibles avec la bienveillance, au contraire.

    voici un court passage d’un article lu sur slate sur la culpabilité des parents :

    « La plupart des parents ont pu faire l’expérience: à la course au parent parfait, tout le monde perd. On est jamais «assez». Combien de fois entend-on ces parents (ces mères souvent) s’accuser d’être «nulles», «en carton pâte», «en dessous de tout», pour avoir lâché un trop sonore «J’en ai MARRRRREEE de ta chambre en pagaille» au lieu du plus policé:

    «Quand je vois le sol de ta chambre recouvert de jouets, je me sens contrariée et découragée parce que mon besoin d’ordre n’est pas satisfait, pourrait-on discuter afin de trouver une solution qui respecte ton besoin de jouer?». »

    1. Merci de ton commentaire. J’ai décidé de lire Claude halmos qui a l’air plus mesure dans ses propos que filliozat et surtout qui sait remettre dans leur contexte historique et social les idées des uns et des autres Mobtessori et consorts. .. j’en reparlerai ici ! Courage.

  3. Je n’ai pas d’enfant mais j’ai parfois mon filleul et ma nièce à garder. Je suis étudiante en psychologie et je peux te dire que l’éducation positive a beaucoup de choses à donner mais n’est pas ancrée dans la totale réalité. Ne jamais punir un enfant je trouve cela dangereux (un enfant a besoin qu’on lui mette des limites). Puis je pense aussi que l’éducation se module selon l’enfant, je vois bien par exemple que ma nièce préfère parler du conflit alors que mon filleul va naturellement bouder dans son coin puis revient calmer. Je pense que chaque enfant est différent et que le plus important pour un enfant c’est de recevoir de l’amour de la part de ses parents. Je crois que les techniques de l’éducation positive ce sont celles que l’on doit tester en premier puis si l’enfant n’écoute vraiment pas on met au coin, on punis. Bref, je trouve ton billet sympa et je crois qu’il peut permettre à certaines mamans de ne pas s’en vouloir de ne pas être parfaite et ça c’est vraiment chouette 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s