Publié dans Coups de gueule

Les déceptions d’enfant

2013-01-08_15-53-29-737745_1000xQuand j’étais enfant, j’ai été déçue par les adultes.
Je ne vous parle pas des cadeaux non faits ou des promesses non tenues. Encore que, sur ce point, je suis intransigeante avec moi-même et Papa Tornade. Il est hors de question de promettre un truc aux filles et de ne pas le faire, car cela aussi m’a beaucoup affecté enfant. On me faisait miroiter un truc et hop au dernier moment c’était non.

Je vous parle d’une déception plus grave, une déception de moralité et de confiance. Comme la promesse mais en pire. En pire, parce qu’elle concernait mon affectivité et ma relation aux gens.

Cette déception m’a fait prendre conscience que les adultes mentent. Que les adultes mentent aux enfants, mentent entre eux, mentent à eux-même. Cela m’a fait comprendre que les adultes sont hypocrites, même quand ils se disent francs, que leur bassesse noircissent le quotidien et les petites joies de rien.

Ce scénario que je m’apprête à retranscrire a eu lieu plusieurs fois, il me faut donc condenser.

Un adulte de ma famille m’emmenait quelque part ou nous recevions une visite. On me présentait un autre adulte. Moi, faisant confiance à la personne de ma famille qui s’occupait de moi, j’abordais ce nouvel adulte, cet inconnu, en confiance. Cet adulte était forcément quelqu’un de bien. Les amis de ma famille sont mes amis. J’apprenais à connaître cette personne, je me montrais aimable, je jouais et discutais avec elle, je m’engageais émotionnellement et souvent je m’attachais. D’ailleurs, à l’origine je faisais cela pour faire plaisir à la personne de ma famille. Elle me présentait quelqu’un, elle était agréable avec cette personne, donc forcément je devais faire de même.

A la fin, nous nous quittions : la personne que je venais de rencontrer était contente, avait un mot gentil, proposait même de me garder. Ou de m’emmener quelque part. On disait « pourquoi pas » ( et hop coup de la promesse à la con faite à l’enfant qui se projette dans un super moment à venir) et nous nous séparerions. Alors je pensais revoir cette personne et aller au cinéma, au parc ou je ne sais où. Et puis…

Et puis l’adulte de ma famille révélait alors le fond de sa pensée.

L’inconnu rencontré était en fait une traînée ,un salopard, une ordure ou je ne sais quoi.

Ou simplement une «  pas grand chose ».

 » Non mais franchement tu ne t’imagines pas qu’on va te laisser aller au cinéma avec cette crétine. C’est une traînée. Et toi, tu étais là tu lui faisais des cajoleries, tu jouais avec elle. Tu as été drôlement gentille, je me demande bien pourquoi.  » S’en suivait des moqueries «  Regarde moi cette andouille qui a passé deux heures à jouer avec Machine. Tu sais pas ? Elle croyait aller au parc et la revoir ! Non mais vraiment les enfants. Ma pauvre Tornade, tu te laisses vraiment abuser par n’importe qui ».

Toutes les insultes lancées au sujet de cette personne, je les recevais alors en pleine face, comme si c’était moi, la traînée, la moins que rien, la crétine. J’étais contaminée par ces insultes qui finalement s’adressaient aussi à moi. J’avais aimé une crétine, j’étais une crétine.

Puis, je ne comprenais pas : pourquoi me présenter quelqu’un qui n’était pas digne d’être connue ? Pourquoi ainsi me faire perdre mon temps, me mettre «  en danger » ? Pourquoi me demander avant cette rencontre d’être polie et gentille pour ensuite se foutre clairement de moi ?

Avec le recul, j’ai compris qu’il s’agissait en général de personnes à qui l’on devait quelque chose, ou qui représentait un possible gain d’argent, ou qui était un patron, un fils de patron. On me faisait entrer dans la mascarade sociale ? J’étais l’attraction sympathique qui allait attendrir cette personne. Un enfant c’est le meilleur atout pour vous si vous voulez négocier avec quelqu’un et endormir son attention. J’étais une marionnette.

Enfin, on médisait, on mentait devant moi, on ricanait de la personne bernée mais on m’avait bernée aussi. J’étais déçue. Tant de fausseté, de mensonge. Ces gens bas étaient ma famille.

On avait abusé de mon intégrité et de ma confiance. On s’était servie de mon naturel obéissant ( et on continuera toute ma vie jusqu’à la rupture pour me manipuler dans mes décisions à coup de «  Je ne te reconnais pas » «  Tu n’es plus ma fille » «  Tu as changé, tu te fais manipuler par les autres » alors que non, je n’étais tout simplement plus tenue par leurs fils!).

Franchement, c’est abusé d’un enfant, tout cela. Et puis c’est malsain de lui présenter des gens qu’on n’apprécie pas. C’est faire perdre son temps à l’enfant.

Et puis, si moi, j’avais raison d’apprécier cette personne, de la hauteur de mon objectivité d’enfant, pas empêtré dans les intérêts et les préjugés ? 

De toutes ces rencontres où finalement je ressortais déçue, je me rappelle seulement aujourd’hui avoir été le dindon de la farce. Mais la personne rencontrée également l’était.

Je me souviens d’une gentille jeune fille qui avait même projeté de m’emmener dans un parc d’attraction. Moi qui n’avait jamais droit à rien, aucune sortie avec mes amis, j’étais aux anges. Evidemment, cette sortie n’a jamais eu lieu. je me souviens également d’une autre jeune fille avec qui j’ai pu avoir une vraie conversation intéressante. Je devais avoir 11 ou 12 ans. Elle m’a parlé comme à un adulte. ON l’a traité de greluche juste après son départ. La seule personne qui avait donc de la considération pour ma réponse à la question  » Quel métier veux-tu faire plus tard ? » était une greluche. La seule qui ne s’était pas contenté de la réponse toute faite que ma mère me faisait débiter était une greluche. Ne présenterez que des gens bien à vos enfants, et si ce n’est pas le cas, abstenez-vous de commentaire.

Après tout, votre enfant a son propre jugement à forger. Si vous avez décidé de prendre le risque de lui présenter des cons, tant pis pour vous. Votre enfant vous fait confiance, soyez-en digne. Si quelqu’un doit éviter de lui faire son temps avec des débiles c’est bien vous. ne vous servez pas de votre enfant come d’un caniche de foire. Laissez-le en dehors de vos mascarades. Et surtout évitez de lui dire  » Sois gentil avec la dame » pour ensuite vous foutre de sa gueule alors qu’il n’a fait que vous obéir.

 

PS : Merci de ne pas tenter de me vendre vos services de correction avec des commentaires à la con. Sachez que si la ponctuation est quelque fois bizarre c’est soit parce que WordPress ne gère pas certains caractères, soit parce que je préfère le contenu au contenant et que je manque de temps. Et si je voulais faire des textes bien mis en page je ne serai pas sur un blog gratuit. Je fais avec les moyens du bord. En outre, quand on se cache derrière une adresse mail anonyme à la con, on ne doit pas s’attendre de ma part à quelque considération que ce soit.

 

Advertisements

Un commentaire sur « Les déceptions d’enfant »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s