Le lâcher prise : comment développer sa sérénité de Heike Mayer

img_20171102_101615-e1509618519666.jpgVoici un livre vraiment positif et bienveillant au sujet du lâcher prise. Une notion souvent mal expliquée qui devient limpide avec Heike Meyer. 

Car vois-tu, quand je lis toutes ces couvertures de bouquins qui nous encouragent à « lâcher prise », je suis souvent prise de sentiments très opposés : d’un côté, j’aimerais en effet lâcher prise, ne plus rien en avoir à faire de ce qui peut arriver, laisser couler, accepter, se résigner. Mais ce genre d’attitude passive et vaincue d’avance, au final, ne me plaît pas. L’attitude désinvolte de certaines personnes face au réel me semble être une soumission carrément lamentable. J’ai souvent cru comprendre que lâcher prise c’était baisser les bras. Parce que c’est ainsi que l’on le fait passer. Quand tes proches te demandent de lâcher prise c’est souvent pour que tu cèdes et pour te manipuler.

En revanche, le lâcher prise artistique est pour moi quelque chose de très positif : tu laisses faire ton inconscient en étant paradoxalement en plein conscience, dans le geste et dans le présent. Il y a comme une libération qui s’opère et qui est très salvatrice. Une libération et une légèreté suer je retrouve en dansant, en faisant du théâtre, en méditant. Et que j’aimerais avoir au quotidien. Mais je suis souvent en état de stress.

Dernièrement, je me suis intéressée également à des défis comme  » j’arrête de râler » : j’ai le livre depuis janvier et je ne l’a toujours pas terminé. C’est toujours des phrases comme  » arrêtez de faire ci » ,  » vous devez faire ça »,  » vous échouez alors vous recommencez à zéro » et cela te met toujours dans la position culpabilisante : c’est toi qui râle. Personne ne se demande pourquoi tu râles. Ou alors, on te dit que c’est parce que tu exprimes ainsi un sentiment de peur, de frustration, de non-respect. Ce n’est pas faux, mais ça n’apporte rien. Je ne vais pas m’empêcher de râler parce que je sais que je suis frustrée ou que je ne me sens pas respectée. Bref, moi aussi j’aspire à lâcher prise mais pas à devenir un sous-fifre qui se fait marcher dessus. Parce que finalement, ceux que ça arrangeraient que tu te taises, ce sont bien les autres. Tant que le lâcher prise n’est pas aussi plus de sérénité et plus de respect de toi par les autres, ça ne sert à rien.

IMG_20171102_101706

C’est là que la pensée et la démarche de Heike Mayer, qui est Allemande, devient très pertinente. C’est important parce qu’elle explique beaucoup de choses par rapport à l’étymologie des mots allemands et parce qu’elle est issue d’un peuple occidental encore plus dans la maîtrise que nous pouvons l’être en France. Elle n’a donc pas une attitude américaine ou orientale empruntes soit de puritanisme soit de la sagesse asiatique un peu trop hors de nos repères. Heike, dans ce livre de la collection Vivre léger de chez Jouvence,  nous explique le lien étymologique sans sa langue entre lâcher prise et sérénité. Elle fait bien la différence entre le lâcher prise et le renoncement, la résignation, l’attitude cool, la dissociation, l’indifférence, la sainteté feinte, la passivité. Cela m’a tout de suite parlé, je me suis sentie comprise.

La sérénité ne doit pas être obtenue en devenant une lavette quoi.

Cela signifie pour elle que l’on doit faire avec ce qui vient, formuler les choses positivement : on décide de relever le défi de la réalité même si les élément imposés ne nous conviennent pas. Heike insiste également sur l’importance de la pleine conscience qui nous permet de nous recentrer et de  » redescendre » : elle donne des clefs pour retrouver pied, se remettre en connexion avec le réel sans se laisser survolter par les projections : souvent, un élément qui nous met en colère n’est pas si grave qu’il parait, ce sont les conséquences possibles qui nous mettent en colère. Le lâcher prise, pour elle, est une recherche d’équilibre, comme un surfeur : on doit apprendre à glisser sur les vagues, pas se laisser noyer passivement. Elle nous encourage donc à diminuer le stress et nous donne des clefs pour le faire, en faisant la paix avec soi et les autres, en élargissant sa perspective face aux événements. Elle développe également une partie sur le perfectionnisme, les représentations irréalistes que nous nous faisons de ce que nous devons accomplir, alors qu’en fait, personne n’attend autant de nous, et je me suis bien reconnue : je mets la barre haut. Pour rien. Heike Mayer parle ainsi de la loi Pareto : 80 % de notre objectif est atteint par 20 % du temps travaillé. Au final, on se perd et on perd du temps dans ce qui n’en vaut pas la peine ( cela rejoint aussi le livre Assez trimé ! de la même collection !)

IMG_20171102_101717

Dans ce livre, Heike Meyer ne multiplie pas les pages à remplir, et j’en suis ravie parce que cela me donne souvent le sentiment d’avoir un livre vide en face de moi. Il y a deux ou trois pages à remplir. En revanche, il y a beaucoup de méditations, de démarches questionnantes qui te permettent de relativiser, de remettre les choses à leur juste place. J’ai bien aimé  que cette auteur ne prenne pas un air supérieur et culpabilisant. Elle se cite elle-même en exemple et ceux qu’elle donne des autres ne sont jamais humiliants. Elle ne nie pas les sentiments négatifs, mais dit qu’ils doivent être vécus, assumés, digérés pour passer ensuite à la sérénité. Elle n’oppose pas la sérénité à l’accomplissement de ses émotions, et j’ai trouvé ça vraiment intelligent. Elle donne également des clefs pour sortir du rôle de sauveur de son entourage qui est souvent une source de stress. Elle parle du triangle dramatique sans vraiment le nommer. En somme, l’objectif, clairement énoncé en introduction, a été atteint pour moi. J’ai vraiment envie de mettre en pratique tous les conseils qui m’ont été donnés. J’ai bien aimé aussi la bibliographie, avec deux titres au moins que je lirai bientôt. Elle ouvre des perspectives vers la communication non violente, la méditation, la pleine conscience, la question de la nomination, de la relaxation et du bien-être. Là encore, je suis ravie qu’un auteur qui parle de lâcher prise insiste autant sur le bien-être et non sur les autres.

Enfin, les illustrations et citations sont très bien choisies. Mon seul bémol serait les couleurs un peu sombres de certaines images retravaillées.

J’ai lu ce livre en quelques heures, je l’ai trouvé absolument passionnant, efficace, vraiment tourné vers la personne qui le lit et non culpabilisant. J’ai aimé que cette auteur insiste autant sur le besoin d’exprimer ses émotions, négatives ou non, et qu’elle ne fasse pas du lâcher prise un état de censure personnel.

Merci encore  aux éditions Jouvence de m’avoir permis de livre ce livre offert. C’est un très beau cadeau, et je vous conseille vivement de l’acquérir. Merci à l’auteur, je me jetterai sur ses autres titres.

Tu peux acheter ce livre pour 11,90 euros sur le site des éditions Jouvence ou encore sur amazon. Sur le site de Jouvence, tu peux lire un extrait.
Enfin, sache qu’en ce moment et pour quelques jours encore Jouvence offre un livre ou un agenda pour l’achat de deux titres désignés. Ils sont mentionnés sur le site de Jouvence et le site de la FNAC qui est partenaire. 

Les cahiers d’exercices et les  » c’est parti »  » c’est fini » font souvent partie de cette offre.

Un commentaire

  1. Bonjour Madame
    « un livre libérateur qui fait un bien fou »
    C’est ainsi que l’éditeur présente ce livre suite à son succès auprès des lecteurs
    Voici le lien pour la vidéo officielle DUNOD de Laurence Luyé-Tanet,à propos de cet ouvrage paru en mai 2017
    Son titre :
    « Ne crains pas que ta vie prenne fin un jour mais plutôt qu’elle n’ait jamais commencé »
    Laurence est transformational coach,auteure de 12 livres,conférencière bilingue
    Cette courte vidéo peut vous intéresser
    Et ce livre vous passionner ou passionner vos connaissances
    Il n’est jamais trop tard pour réaliser ses rêves !
    Excellente année 2018
    Très cordialement
    Patrice
    0247643348

    http://www.laurenceluye-tanet.com

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s