[Tendance] le micro-journaling ( partie 2)

Depuis quelques temps déjà, je vois une tendance assez sympathique de journaling qui prend de plus en plus d’essor et se diversifie : le micro-journaling.

Avant-hier, je te parlais des formats pré-conçus et surtout fondés sur l’écriture, mais dans lesquels on peut tout de même coller pu dessiner? Aujourd’hui je te propose des formats plus créatifs, moins axés sur l’écriture, mais davantage sur l’image.

 

Les projets créatifs

Ils répondent à des règles de création plus ou moins précises. ils imposent ou non un format.

Les project-life

project life.jpg

C’est sans doute la forme la plus ancienne de micro-journaling. Du scrap sur des cartes. Une carte, une photo, quelques embellissements, et ton memory est construit. C’est facile, et tu peux même le faire faire à des enfants. mais le format est imposé.

 

Les carnet midori

midori-planner.png

Avec l’essor du midori et des travelers, qui à la base étaient consacrés au journal de voyage, on a développer une prtaique de journaling au quotidien mixant des tas de techniques ; Cette façon d’écrire, de dessiner, de coller est la base du journaling mais aussi de l’art-thérapie. Dans flow, il y a eu un article très sympa sur la façon de construire ses carnets . Ce que j’aime dans cette pratique, c’est qu’on peut coller des choses sur des pages, compléter plus tard, y revenir, recouvrir, découper à nouveau… ce n’est jamais complètement terminé et on peut construire ses pages en plusieurs fois. Il n’y a techniquement aucune limite, et l’écriture fait partie de l’image tout comme l’image fait partie du texte. Et puis, avec le midori, tu peux te promener avec un carnet agenda, un carnet memory, un carnet de notes et un carnet à dessins, par exemple.

Personnellement, le passage de mon bujo dans un midori m’a libérée. Mon carnet bujo fait moins de pages, j’ai moins peur de gâcher, je vais changer rapidement. Mes carnets dessin sont à part.

Le compte instagram à suivre absolument est celui de Muriel. Elle écrit et peint dans son midori, c’est très beau.

murielartjournaling.jpg

Le Hobonichi

Ces carnets sont à mi chemin entre l’agenda et le journaling. Les japonais les adorent. En règle générale une page est consacrée à une journée. On peut noter ses rendez-vous mais surtout dessiner. Les japonais passent énormément par le dessin pour remplir leurs agendas. Tout le monde dessine au Japon, parait-il.

hobonichihobonichi2

Le détournement de happy planner

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’aime beaucoup cette forme de journaling que je pratique pour mes filles. Le happy planner ou le erin condren présentent leurs pages avec plusieurs cases par jour. DU coup, tu peux très bien associer chaque case à un souvenir, ou à une photo. C’est super pratique. Le fait que la page soit déjà construite évite le syndrôme de la page blanche et permet d’utiliser des stickers que les Américaines, et même certaines Françaises partagent sur leur blog.
Voici mes adresses préférées de stickers à imprimer :

Victoria Tatcher (USA)

Futiles Pérégrinations ( Frenchie power)

Le memory planner de Heidi Swapp

IMG_20150909_091306.jpg

Il est conçu pour aller à l’essentiel et être rempli comme ça nous chante, sans date inscrite à l’avance.

Et même simplement ton agenda ou ton planner

J’ai vu plusieurs fois des filles écrire «  Pourquoi ne pas consacrer un planner à absolument tout ? » effectivement quoi de plus simple que de construire son journal d’après son agenda où l’on note ses rendez-vous ? Une moitié de la tâche est déjà réalisée. Pas la peine d’écrire de longues phrases d’écrivain, des phrases averbales suffisent souvent à dore l’essentiel. On colle ensuite des objets souvenirs ( tickets de cinéma, place de spectacle…) et on peut également scraper ou dessiner. AU lieu de décorer son agenda à l’avance, on le fait au fur et à mesure

Le bullet journal créatif

De toutes ces pratiques a émergé une façon de créer son bullet journal qui est à la fois dans la planification et dans la construction d’un journal de souvenirs. Rien de plus facile encore… Et au moins, le temps passé à le décorer n’est pas perdu : on garde son carnet comme on garde un carnet de souvenirs. Et on peut le mettre dans un midori, tu as bien compris ( rires);

Le carnet d’art-journal ( tout simplement !)

img_20171126_111041.jpg

Tu peux très bien utiliser un carnet d’art conçu pour l’art-journal et  le remplir petit à petit quand tu as le temps. Je t’ai déjà parlé il me semble de cette technique qui consiste à garder dans une boîte des trucs et des machins à coller, pour plus tard. Tu peux commencer une page, y revenir, écrire un texte et illustrer plus tard. Tu peux très bien utiliser une page blanche de grand format, la quadriller comme un  memory planner ou un happy planner.  Cela te croûtera moins cher et comme c’est toi qui fait la quadrillage tu peux changer comme tu le souhaites au fil des semaines, Tu n’auras pas acheté un cahier pré-conçu qui t’impose une forme de micro-journaling  sur un an. En plus, tu peux y coller des project life, peindre, mettre des photos… tout est possible. Pour l’inspiration, tu peux très bien emprunter ou photographier des pages de livres d’art-journaling et t’inspirer d’eux (article à venir sur des titres sympas). Je me suis personnellement équipée de deux carnets de ce genre, spécialement conçu pour l’art journal. J’ai eu al chance de pouvoir bénéficier d’une grosse remise dans un magasin. le prix d’origine est de 16 euros, soit la moitié d’un HP ou d’un Heidi Swapp. J’avais envie d’avoir plus de place sur dans mon fauxdori et je n’ai pas (encore) racheter de Happy Planner parce que c’est quand même un prix très élevé…

Au final, tu fais bien comme tu veux. Je te conseillerai de ne pas partir de la page blanche si tu es novice. Le carnet pré-construit ou l’agenda te permet de suivre un plan qui stimulera ta créativité.

En revanche, le temps passant, tu auras envie d’avoir plus de place et tu peux acheter un carnet à dessin. Dans ce cas, je te conseille de le prendre à spirale pour ne pas être gênée quand il prendra immanquablement de l’épaisseur ( puisque tu vas coller dedans).

Si tu veux écrire partout, tout le temps, opte pour le midori. Le mien est au fauxdori A5 parce que j’adore ce format. le personnal, format traditionnel est plus facile à transporter. Mais pour le A5, je trouve des carnets absolument partout. Mes carnets à dessin coûte dans les 2 euros et c’est de la qualité. Il faut a contrario commander les carnets midori sur internet, je n’en ai jamais vu en librairie.

Qu’importe donc le support, pourvu que tu dois créatif, et n’oublie pas : pas la peine de se triturer l’esprit, ce choix n’est pas définitif : tu peux commencer avec des project life et poursuivre avec un carnet mix media, il n’y a pas de police dans le micro-journaling !

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s