Je pense trop, de Christel Petitcolin

IMG_20171210_083347.jpgC’est une amie qui m’a prêté ce livre et je dois t’avouer qu’il m’a vraiment impressionnée. Non pas par les termes scientifiques ou les études, non. Ce livre est entièrement écrit selon les expériences de consultation de l’auteur. Il est assez difficile de connaître exactement la teneur scientifique de l’ouvrage, mais tu trouveras une bibliographie tout à fait sérieuse à la fin de l’ouvrage. Et surtout, personnellement, je n’ai besoin d’aucune preuve scientifique  tant  cet ouvrage m’a semblé raconter ma vie car à chaque paragraphe, j’aurais pu y insérer une anecdote me concernant ou concernant l’une de mes filles.
Christel Petitcolin s’attache dans ce livre à aider les personnes qui ont la sensation de ne jamais arrêter de penser,  et surtout de se noyer dans ces pensées. Mais elle décrit aussi tout un ensemble de phénomènes attachés au  » profil » lié à ce problème de pensée permanente. Elle te parlera de ton hypersensibilité, de ton hyperesthésie, de ta synesthésie, de ta pensée en arborescence, de ton système hyper exigent de valeurs et de bien d’autres choses encore.

Oui, cet ouvrage parle des surefficients mentaux, des cerveaux droits dominants , des Asperger. De tous ceux qui ne sont pas des normopensants à cerveau gauche dominant. Et cela fait du bien. Du bien parce qu’on se sent compris, parce qu’on met enfin un nom sur certains phénomènes. Parce qu’elle propose aussi des solutions, que je pratique en vérité depuis toujours. Je n’ai jamais eu de souci pour structurer ma pensée. en revanche je rencontre de nombreux ados qui souffrent de travailler comme des forçats pour des résultats scolaires finalement catastrophiques. Ce livre a fait le pont entre moi, surefficience qui arrive à construire des dissertations, des exposés, des mémoires, sans aucun souci et eux, surefficients noyés dans la masse de leurs pensées.

J’ai enfin compris comment très naturellement j’avais appris, à moins que ce soit inné car j’ai toujours fonctionné ainsi, à ranger mes pensées dans mon cerveau grenier.

Me concernant, j’ai compris pourquoi je t’avais parlé de mon souci de conversation, pourquoi je gardais mes amies trente ans, pourquoi cependant j’aimais la solitude, je ne supportais plus la foule etc. J’ai compris ce qu’était un faux-self, art dans lequel j’étais passée maître à l’adolescence avec certains groupes d’amis. Alors que l’on me dit franche et entière. Dingue, non ?

Je suis heureuse de cette lecture qui me permettra d’aider les autres. Si toi aussi, ou si un de tes proches ressens/ressent tout cela, lis ce livre.
Je dois tout de même préciser que cette édition est truffée de coquilles. Trédaniel n’ayant jamais répondu à mes courriels pour d’autres sujets, je suis bien embarrassée mais je ne peux que te signaler le fait qui n’incombe pas à l’auteur. Je n’ai pas pu en discuter avec l’éditeur. Je ne sais pas ce qui s’est passé avant la mise sous presse. Mais cette petite mise en garde est nécessaire, surtout si tu mets ce livre dans les mains d’un ado.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s