Vive les Zatypiques : Ces différences, c’est mieux !

IMG_20180211_155516.jpgQuand tu découvres que ton enfant est différent, tu peux parfois te dire que le ciel te tombe sur la tête : dyslexie, dyspraxie, dyscalculie, dysorthographie, dysphasie… Dysfonctionnement. Voilà ce qui te vient en tête. Quant à l’autisme asperger, il est si souvent confondu avec des caricatures. Il y a aussi le cas des hyper : hyper-efficient, hypersensible, hyperactif… et les TDA ( Trouble déficitaire de l’attention). Une fois le diagnostic posé, tu ne sais plus sur quel pied danser et souvent on ne te propose rien. Rien. A l’école, les aménagements sont mis en place, avec plus ou moins de réussite. Et toi, à la maison, tu gères ou tu galères.

Tu me diras :  » mais enfin, être surdoué est une chance, être dyslexique est un handicap ». Et si on balayait tout cela d’un revers de la main ? En fait, tout cela ce sont des différences. Et finalement, nous le sommes tous, différents, comme je te l’expliquais dans un ancien article, nous sommes tous des zèbres, tous uniques.

C’est ce qu’on bien compris Audrey Akoun et Isabelle Pailleau. Auteures de La pédagogie positive, elles avaient déjà offerts de nombreuses clefs pour aider les enfants à apprendre et aider leurs parents à les accompagner dans leurs apprentissages scolaires.  Je te parlerai très prochainement de ce premier opus, car il est vrai que je n’avais jamais pensé à écrire un article dessus, tant cet ouvrage est devenu un best-seller. Mais je rencontre encore des enseignants et des parents qui ignorent son existence.

IMG_20180211_155546.jpg

Si tu as lu mon a propos, je te disais que j’étais venu au développement personnel parce que j’étais maman, et que pour cette raison je t’en parlais ici. Et bien, ce livre, Vive les Zatypiques fait le pont entre la pédagogie positive et le développement personnel en offrant des outils pour aller mieux et donc apprendre mieux !

En premier lieu, les auteures définissent tous les types de dys et autres TDAH en passant par les HP les hyperesthésies, hypersensibles et autres noms d’animaux étranges. Une fois les définitions posées, elle t’expliquent comment ça marche dans le cerveau, et s’appuient régulièrement sur les neurosciences. Par rapport à Je pense trop, elles apportent un éclaircissement scientifique précis qui personnellement m’était nécessaires à ce moment précis de mon évolution.

Enfin, elles t’offrent des outils que je valide absolument , parce que je les utilise depuis des années : carte mentale, petits pas ( ou méthode kaïzen) , relaxation, les 3 kifs par jour dont je te parlais dans cet article au sujet du livre à l’origine de cet exercice repris par Florence Servan-Schreiber, le tableau de renforcement positif ( ou tracker hebdomadaire), la méditation, et plein d’autres choses encore merveilleuses et salvatrices.

IMG_20180211_155610.jpg

Ce livre n’est donc pas un essai, ni un livre d’exercices : c’est un manuel super beau, très bien présenté avec des couleurs , qui te donne des clefs pour comprendre ton zatypisme ou ton zatypique et qui t’offrent des pistes et des outils pour que ça aille mieux; Personnellement, nous avons adopté les 3 kifs par soir, et nous proposons également une chose pour demain soit encore mieux qu’aujourd’hui. Un vrai succès pour ma grande fille.  Vive les Zatypiques devrait être dans toutes les bibliothèques, c’est une mine d’or et de diamants ! 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s