L’été du cyclone

IMG_20180525_202756.jpgJ’ai tellement apprécié Les Lumières de Cape Code que je suis allée à ma médiathèque emprunter L’été du cyclone.

Je dois te dire que Beatriz Williams aime ménager le suspense, faire des narrations à deux époques. C’est d’ailleurs la grande mode chez les américaines et j’aime beaucoup. mais il faut savoir que le premier roman que j’ai lu avec cette structure était Français. C’était E=MC2 mon amour. Je ne sais pas si Patrick Cauvin avait piqué l’idée à quelqu’un mais je te cite en tout cas ma première lecture de ce type de narration. Ce que j’aime dans ce genre de narration, c’est que l’on ne s’ennuie pas et que le premier fil s’éclaire progressivement à mesure que le second fil narratif avance également.

Chez Beatriz Williams, les thèmes des secrets, de l’identité, du destin familial et des obligations sont omniprésents. Elle a le donc également de trouver une époque passionnante et de créer un espace imaginaire tellement vrai que tu croirais qu’il existe.

L’histoire de L’été du cyclone est absolument passionnante et te ravage les tripes.

1931. Lily Dane est une jeune fille réservée et adorable. Sa copine en revanche est un vrai tourbillon, une délurée qui a un petit ami et aime profiter de l’existence sans se soucier des conséquences. A la rentrée, Lily accompagne sa copine Budgie au match de foot de Graham, la star de l’équipe selon elle. Mais Lily n’a d’yeux que pour Nick Greenwald. C’est d’ailleurs lui la véritable star, le meilleur joueur. Quand Nick rencontre Lily c’est le coup de foudre. Alors pourquoi 7 ans plus tard découvre-t-on Lily seule, célibataire à Seaview ? Pourquoi Budgie débarque-t-elle après 7 ans d’absence dans cette station balnéaire où les familles des deux petites filles passaient leur été ? Pourquoi Budgie est-elle mariée à Nick alors qu’il la détestait 7 ans auparavant ? Et qui est vraiment Kiki, la jeune soeur de Lily, dont elle s’occupe seule, alors que sa mère boit des verres à longueur de journée, et qui a … 6 ans ? Qu’est arrivé au père de Lily ?

Tu crois que tu sais, mais tu ne sais rien. Oh, évidemment, 200 pages avant la fin, j’ai tout compris et ça m’a tuée. Il restait à savoir comment Lily allait enfin tout comprendre. Mais franchement, ça va te sembler tellement dingue et pourtant tellement proche de choses réellement arrivées dans nos vies… Des secrets de famille, des trucs cachées, des choses qu’on ne t’a jamais révélées à toi et dont tu te doutes mais que tu ne veux pas affronter…

Le cyclone est réelle, à l’extérieur mais aussi à l’intérieur. Et des fois, il faut tout démolir pour reconstruire sur des bases saines, crois-moi.

Ce roman va te passionner, te faire hurler de rage, t’émouvoir, te tirer la larme à l’oeil. Kiki est tellement adorable. Lily si touchante. Le père de Lily si mystérieux. La tante de Lily est un sacré personnage, la mère de Lily une vraie connasse sans coeur, un monstre. Une crevure.

L’amour triomphe toujours chez Beatriz Williams.

Je te souhaite une belle lecture à toi aussi.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s