[Lecture ado] Le siècle Phénix de Thomas Henninot ( Tome 1 L’odyssée des sœurs fantômes)

img_20180626_120638581615602.jpgÂgé seulement de 22 ans, Thomas Henninot se projette dans une trilogie dystopique de trois tomes. Le premier tome fait 500 pages environ alors tu peux imaginer que ce garçon a de la ténacité à revendre et une imagination fertile.

L’odyssée des sœurs fantômes se déroule en 2172 alors que l’humanité a été décimé par un virus contre lequel les humains ont tenté de lutter à grands renforts de vaccinations plus ou moins efficaces.  » La Faucheuse », c’est-à-dire le virus en question, a créé une situation de Terreur durable et des inégalités sociales très importantes. Alors que nous aurions pu espérer un monde technologiquement avancé, Thomas Henninot nous plonge dans un univers de Croc-Magnon : les campagnes sont totalement abandonnées, le peu de gens qui y vivent existent grâce à la protection de « patrons » , des armes à l’ancienne, de la violence.

Dans cette campagne bretonne reculée vivent deux sœurs, dont la plus jeune Magali va mourir dès les premières pages mais sera présente sous forme fantomatique. La plus âgée, surnommée « La Louve » est un des personnages principaux du roman. A la mort de sa sœur, elle la venge puis part en quête, mais une quête bien mystérieuse pour le lecteur qui ne sait pas réellement si elle veut se venger, pour elle-même cette fois. Et sur qui ? la Louve a la particularité d’être restée en proie à de vives hallucinations : son cerveau ayant été atteint par La Faucheuse, il présente des séquelles irréversibles. 

Parallèlement à  cette histoire, on découvre Nicolas et sa sœur , pris en otages. Cette dernière, pilote d’hélicoptère émérite, sera l’instrument du’un méchant bonhomme.

Parallèlement à tout cela, Juliette et Jessica, deux meilleures amies, sont dans un train avec tous les étudiants de leur promotion. le train va dérailler suite à une explosion, c’est aussi une prise d’otages : Juliette est la grande héritière de la société de la famille Dernot qui a permis les grandes campagnes de vaccination.

Parallèlement à tout cela, le capitaine Verrier mène l’enquête.
Et parallèlement à cette enquête, sa fille Sarah s’interroge sur son père.

Parallèlement à tout cela Pascal Dernot s’inquiète pour sa fille.

Et puis, il y a aussi le truand …

Bref tu l’auras compris, c’est un roman-galaxy avec des narration à focalisation multiples, dont une narration à la première personne,  » La louve » qui est sans doute la plus touchante. 

Cette façon de raconter l’histoire en changeant de personnage à suivre pour chaque chapitre peut plaire ou déplaire. Personnellement, j’aime bien quand il y a deux, trois voire quatre personnages directeurs, mais au-delà, je suis frustrée de ne pas pourvoir entrer plus dans l’intimité du personnage. Nicolas, par exemple, disparaît pendant plus de 200 pages ! J’ai eu comme l’impression que ce jeune auteur voulait fourrer plein de trucs et n’avait pas su choisir une narration, alors il les a toutes développées.

Il y a des petits défauts stylistiques assez énervants pour celui qui aime le style limpide  : répétitions de mots, mais surtout un choix inefficace, maladroit, de périphrases pour les reprises des interlocuteurs dans les dialogues. C’est un problème de romancier débutant, on veut toujours éviter le pronom personnel, et au final, on s’enlise. On finit par être maladroit.

L’absence de nouveautés technologiques m’a gênée : j’airais bien vu deux mondes se superposer. Par exemple, tous les modes de transport sont de notre époque et Juliette corrige sa copie au blanco. Franchement, je pense qu’on aura fait mieux en papeterie d’ici 2100 et que quelques voitures décolleront sur les eaux d’ici là ( ah tiens, j’en ai vu une cette semaine sur la Seine).

Malgré tout, malgré la lourdeur et la maladresse du style, quelques choix narratifs discutables et ce manque d’imagination sur le monde de demain ( j’aime bien quand c’est très inventif) j’ai aimé que ce roman dystopique se déroule en France, je me suis beaucoup attachée au personnage de la Louve et aux deux jeunes femmes, Juliette et Jessica, leur amitié. J’ai trouvé intéressant aussi que chacun cherche avant tout à avoir une vie normale, des études normales, et soit dans l’espoir d’une lendemain grâce aux études par exemple. Il y a quelque chose de sain dans cette attitude, même si personne ne se demande vraiment pourquoi Dame Nature s’est ainsi déchaînée sur les hommes ( un peu de philosophie chamanique aurait aidé à faire le lien avec la couverture un peu trompeuse). 

Ce roman est donc à lire si :

  • tu es un ado
  • tu aimes les dystopies mais pas forcément la science-fiction
  • tu aimes plus les thrillers que la science-fiction
  • suivre plusieurs intrigues à la fois ne te fait pas peur
  • l’aspect psychologique n’est pas très important pour toi ( il y a quand même des éléments psy, einh, je te rassure, sinon je ne me serais pas attachée à trois des personnages)
  • tu cherches une dystopie française qui se passe en France
  • tu veux encourager un jeune auteur !
  • tu aimes les héroïnes !!!

J’ai eu ce service Presse grâce au site SimPlement pro, qui demande une note.

Je vais dire 13/20.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s