Quatre romans sur le théâtre

J’adore le théâtre depuis l’enfance. C’est une passion qui n’appartient qu’à moi. Evidemment, quand tu excelles dans quelque chose, tu as toujours des gens qui tentent de s’approprier une filiation, mais très honnêtement, en toute objectivité, personne n’aime, ne fait ne lit de théâtre dans ma famille. C’est un peu comme la passion de la natation pour Maya, ou son don pour le chant. On peut se dire que sa passion pour la conduite vient peut-être d’un oncle qu’elle n’a jamais connu mais le chant, lyrique en plus, c’est son truc à elle. Et la piscine alors là, personne n’est aussi douée qu’elle.

Bref, moi, le théâtre, comme la lecture ou l’écriture, c’est mon truc et ça ne vient de nulle part. Quand j’étais enfant j’aurais aimé tomber sur un roman qui parle d’une troupe de théâtre, et j’en ai découvert un il y a quelques années : un roman très récent. J’ai eu envie du coup de te présenter plusieurs titres sur le théâtre.

3000-facons-de-dire-je-t-aime.jpg

Pour les ados : 3000 façons de dire je t’aime de Marie-Aude Murail, éditions l’Ecole des Loisirs.

C’est l’histoire de trois jeunes, une fille et deux garçons, Chloé Bastien et Neville, qui ont découvert le théâtre grâce à leur prof de français en 5e. ils s’inscrivent tous les trois, sans vraiment s’être mis d’accord d’ailleurs, au conservatoire et réussissent les auditions.

Cours, répétitions, leçons du prof mais aussi amitiés et amour : la valse ou le rock des émotions est au coeur de ce roman, passionnant, sur le théâtre, mais tout simplement sur l’âme humaine, au centre du travail de tout comédien.

Leur professeur, Monsieur Jeanson, a su voir en eux un rôle particulier : sauront-ils l’endosser ? Ou carrément en sortir ? Qui d’entre eux réussira l’audition du conservatoire de Paris ? Et quels secrets cachent Monsieur Jeanson ?

J’ai adoré ce roman, mes élèves aussi : il est frais mais profond et il est tellement ouvert, contemporain, pétillant. Un régal.

41H6fUVl6EL__SX195_.jpg

Pour les fans de ciné et de romans italiens, Presque une histoire d’amour, de Paolo Di Paolo, belfond

Digne héritier de Tabucchi, Paolo Di paolo écrit un roman sur la désillusion et la noirceur de l’âme, la déception et l’amour triste.

Grazia donne des cours de théâtre en Italie, à défaut d’avoir réussi sa carrière. Parmi ses élèves, il y a Nino qui a énormément de talent mais aucune rigueur, ce qui est un vrai problème pour ce métier exigent. Quand elle apprend que la carrière du jeune homme, parti à Londres, ne décolle pas, elle l’appelle pour donner des cours de théâtre. Elle a oublié de préciser que ces cours s’adressaient à des personnes âgées. Malheureusement, l’écrivain passe à côté d’une intrigue qui aurait pu être hyper drôle : imaginez un roman su les personnes âgées, qui montent une pièce de théâtre. moi j’en riais d’avance; Paolo Di Paolo préfère développer la rencontre entre la nièce de Grazia et Nino, leur histoire d’amour. Le roman est prétexte néanmoins de beaux passages sur la théâtre, des débats passionnés. Pour ceux qui aiment les ambiances amères et l’Italie de certains films des années 90, entre fièvre de la fête et gueule de bois. C’est un roman au style impeccable et très tabucchien, aucun doute. certains dialogues sont assez bouleversants et parlent de la connaissance de soi, de l’amour, des déceptions. C’est un roman assez psychanalytique en vérité, à la lecture très exigeante. Nino est un personnage très sympathique, la tante en revanche avec son air d’être revenue de tout et de tirer les fils du destin des jeunes gens sans qu’ils le sachent, m’a un peu agacée. La Rome d’aujourd’hui m’a rappelé bien des souvenirs. C’est un roman qui s’adresse aux quarantenaires au moins.

Pour les férus d’Histoire, tous âges : Lever de rideau sur Térézin de Christophe Lambert, Bayard

51MM0qWGirL__SX210_.jpg

Pendant la seconde guerre mondiale, un metteur en scène juif est enfermé dans un camp. mais le directeur de celui-ci est féru de théâtre et plus précisément de Molière la croix rouge va venir inspecté le camp, Terezin et le directeur trouve très élégant de proposer une représentation d’une pièce conçu par un prisonnier et joué par un prisonnier. Victor Steiner, le metteur en scène et dramaturge de théâtre se vit donc contraint d’écrire une pièce sur Molière. Evidement, elle sera à double entente, et elle sera également le prétexte à un plan d’évasion incroyable mené par la résistance française.

Absolument génial, ce roman avait déjà l’objet d’une chronique sur ce blog, tu peux la lire ici. Il y a de beaux rappels du dernier métro dans ce roman( dont le personnage principal s’appelait Lucas Steiner). Surtout, c’est un roman sur l’homme, le courage dont on peut faire preuve en cas de nécessité, la capacité d’un homme qui se dit pleutre à devenir un héros, et c’est également un très beau roman sur l’Amitié, la vraie, la grande, celle qui naît dans l’adversité. magnifique.

Pour les Classiques Nana d’Emile Zola

book_cover_nana_4463_250_400.jpg

Nana est l’un de mes romans préférés du grand Emile. pendant le second empire, à l’époque de la décadence, les prostituées règnent sur paris. nana a fait son chemin, elle vit dans un grand hôtel à la bourse de ses amants. mais cela ne lui suffit pas, elle danse et chante sur scène et veut devenir une grande comédienne, ce qui n’est pas du goût de ses concurrentes, de vraies actrices de formation. le monde du spectacle et de la prostitution se mêlent et nana, qui essuie un échec , décide avec colère et hargne et vengeance de mettre Paris à ses pieds. C’est ce que raconte ce merveilleux roman : comment une fille de rien va mettre une ville à terre, fera la pluie et le beau temps, influencera la mode, l’art et al politique, et sera la reine choquante de tout Paris. Une Madonna du XIXe siècle, sulfureuse et dangereuse.

Zola disait qu’il était amoureux de nana, qu’il était nana. C’est moins connu que Flaubert et sa Madame Bovary, mais c’est sans doute de ce personnage que Zola « tait le plus entiché. C’est la revanche d’une blonde fin XIXe siècle, c’est le show-buzz avant l’heure, c’est aussi la destruction d’une France qui ne vit que pour le jeu, le sexe, les loisirs, l’alcool, le luxe. Il y a de beaux passages sur la théâtre. mais surtout sur le théâtre de la vie, car chacun joue un rôle et même plusieurs, chacun se joue des autres. nana est la reine de ce jeu d’échec.

N’hésite pas à me faire part de tes avis de lecture sur ces romans ou sur un autre roman qui parle de théâtre.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s