La carte mentale : une pensée foisonnante

fichesTu connais ma passion pour les cartes mentales. Aujourd’hui, je reviens sur ses intérêts et ses usages.

La carte mentale fait partie de la famille du manual thinking : ce sont des outils qui permettent de penser un crayon à la main, cela aide beaucoup quand on est kinesthésique et/ou visuel et cela passe par-dessus tous les embuches que posent sur notre chemin les différents dys dont on peut être atteint. Pour qu’un qui pense en arborescence c’est salvateur :  tout lui vient dans la tête en même temps sans ordre alors qu’une personne qui pense en analytique va avoir dans sa tête une suite d’idées qui surgissent au fur et à mesure mais bien séparées. Le penseur en arborescence va être submergé d’idées dans tous les sens. Ecrire c’est déjà ordonner, mettre dans un ordre au moins chronologique d’écriture ( on lit une phrase après l’autre). La carte mentale , elle, permet d’écrire dans tous les sens, dans n’importe quel ordre, et offre une vision panoramique.

Parmi les autres outils du manual thiking, il y a le sketchnoting, dont je te parlerai plus tard. On peut dire que la forme la plus simple de manual thinking est le webbing, puis la carte mentale et enfin le sketchnoting qui mêle plein d’outils différents. le webbing c’est juste des mots clefs reliés par des bulles.

A quoi ça sert ce machin-là ?

la carte mentale peut t’aider à trois étapes opposées d’un travail de classe : la première fois qu’on aborde un point, l’élaboration d’un plan de devoir ( commentaire, dissertation et même invention) et la fiche de révision synthétique.

Brainstorming, brainswashing

La carte mentale peut te servir de brainstorming/brainswashing, surtout si tu penses en arborescence. Tu peux alors mettre un mot au milieu de ta feuille et faire des flèches. Ensuite, tu écris tout ce à quoi ce mot te fait penser. Ca marche aussi quand tu lis un texte et que tu dois en faire le commentaire. Tu mets tout ce que tu vois dans le désordre. Et après tu peux faire des regroupements et organiser ton plan.

IMG_20170905_082338_304
Par exemple, ici, j’ai noté tout ce que le défi alimentation m’avait apporté.

 

Avantages :

_ tu peux tout écrire sans te soucier de l’ordre. C’est moins stressant et comme tu écris tout dans l’ordre que cela t’arrive en tête, tu n’oublies plus une idée parce que tu ne l’avais pas écrite étant donné qu’elle n’était pas liée au truc que tu développais juste avant. Bref, tu penses dans tous les sens, tu peux écrire dans tous les sens.

_ Cela offre une vue panoramique et donc globale de ta pensée. Plus de chronologie ou de succession, plus de fausses hiérarchies et cela prend une page, alors qu’en général si tu pars sur une prise de notes en tableau ou en liste tu vas écrire des pages et des pages au risque de les perdre ou de te perdre ( ou les deux mon Général).

_ En classe, tout le monde participe, cela s’appelle  » le jeu du crayon » : chaque élève va noter un truc et donne le crayon à un autre. Plus de pression, je ne regarde même pas qui note quoi ( il y a parfois des délateurs) et hop, on a fait un travail collectif sans juger Machin ou Bidule. Plus de  » non ça c’est après », ou  » mais c’est pas aussi important que ». Pour l’ordre et la hiérarchie, on le fera après. Je te montrerai ça une autre fois.

Carte mentale faite ensemble
Image retouchée. C’est à moi. Merci.

Faire un plan de devoir

En classe également, sur un texte, je pratique le webbing : chaque élève met un mot, une idée, une émotion qui lui est venu en lisant le texte. On relie les bulles, on tente de les développer et on fait des groupes de bulles. En tentant d’associer un ressenti, une figure de style et une analyse ( qui en général sont des bulles séparées mais vont pourtant ensemble) on obtient des sous-parties. On mutualise nos observations et connaissances. Moi, j’appelais ça  » la technique des patates ». Je regroupe ensuite les patates entre elle pour faire un plan de commentaire; Les patates te viennent en tête par association d’idées mais ce système de notation te libère de tant d’obligations liées à la rédaction que ta pensée foisonne : c’est comme une explosion d’idées dans ta tête !

webbing manual thinking old paper.jpg

La fiche de révision synthétique

Si tu compares le rendu d’une fiche synthétique entièrement rédigée et d’une carte mentale, tu te rends bien compte que ce n’est pas la même chose. Certes, dans la carte mentale, tu ne peux pas mettre les définitions ( ou alors en plus petit). Mais la carte mentale là encore ne fait pas de hiérarchie. Si tu en veux une, tu peux mettre des numéros, mais dans le cas présenté ci-dessous, il n’y a pas de hiérarchie.
Il y a une analyse à produire et des fonctions à choisir selon l’image analysée, car peu d’illustrations présentent toute cette panoplie de fonctions.

fonctions illustration écrites1

 

carte mentale fonctions illustration

Avantages :

_ vue panoramique  sur une seule page

_ pas de hiérarchie

_ mémorisation facilitée car pas d’ordre obligatoire

_ mémoire visuelle

_ possibilité de donner une couleur par élément

Voici, enfin, une carte simple, avec hiérarchie :

ficheinterrogertextelitterairecartementale1
Il suffit de mettre des numéros ! J’ai aussi utilisé de la couleur, c’est possible. cela permet aussi de créer des sous-groupes

 Le gros avantage de ces outils, c’est que tu ne restes pas à attendre le nez en l’air que ça te vienne » dans l’ordre ». Je vois en effet souvent les élèves  » réfléchir » le nez au vent, sans rien écrire, Alors que pour moi on pense en écrivant. mais pour eux, il y a quelque chose d’ingrat à constituer un brouillon, à barre et à raturer./ la rature c’est une erreur et ils détestent s’être trompés. Pourtant, on ne peut pas penser de manière ordonné du premier coup. Tous les écrivains font des brouillons, barrent, recommencent, font des ajouts, enlèvent des passages ! Le Manual Thinking et la carte mentale permettent de faire de cette étape une étape ludique et agréable. On note tout dans le désordre et pour ordonner, pas besoin de barrer ! il suffit juste de numéroter ! Quelques couleurs permettent de regrouper les idées qui vont ensemble et on peut même ajouter des pictogrammes pour clarifier l’ensemble. la carte mentale, le sketchnoting, c’est juste magique

 

Logiciel utilisé : XMIND.

http://www.xmind.net/fr/

Et à la main, c’est bien aussi. N’oublie pas que tu peux mettre des cartes mentales dans un bullet journal !

Enfin, voici un livre génial pour apprendre à faire des cartes mentales niveau CE1 à 4e

Et très bientôt je te parlerai d’un manuel pour les grands et les adultes !!!! Reste connectée !

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s