Travailler avec le sketchnoting : dessiner c’est gagner !

img_20180823_164733500680253.jpgC’est la rentrée !!!!

Et si tu prenais de nouvelles habitudes de travail et que tu optimisais ton cerveau pour gagner du temps et profiter de la vie ? Mieux travailler et non pas plus travailler. Mieux travailler pour moins perdre de temps; Mieux travailler pour plus s’éclater !

Voici une série d’ouvrages tous plus sympas les uns que les autres pour préparer la rentrée.
Après le Bullet Journal au travail je te présente Travailler avec le sketchnoting . le sketchnoting qui trouve bien sa place dans un bujo, crois-moi !

La facilitation graphique est en terrain de révolutionner les modes de prises de notes et de communication en réunion, conférence et cours en tous genres. Fini le diaporama insipide qui répète exactement ce que dit le conférencier. Out, la succession d’images à n’en plus finir, adieu les 10 pages de notes manuscrites. Aujourd’hui, on peut tout faire tenir sur une feuille de façon panororamique, viser la concision et surtout être plus efficace !

img_20180823_1647482124377067.jpg

C’est quoi ?

Le sketchnoting est un super outil plus libre que la carte mentale et qui utilise à la fois les outils de l’écriture, du lettering, de la BD, des doodle, de la carte mentale. On peut même y insérer des tableaux ou des images. La structure n,’étant pas celle d’un organigramme, on peut décider plus librement de l’enchaînement des infos et des  » cases », et mettre un peu plus de fun avec l’usage de séparateurs, de lettrages etc.

Cependant, contrairement à ce que disent les auteurs de Travailler avec le sketchnoting, pour moi la carte mentale fait partie du sketchnoting et certains sketchnoting ressemblent fortement à des cartes mentales. D’autant que, dans une carte mentale, tu peux aussi utiliser des images et des pictogrammes !

09bdbe77ee0d461fc88950529c0fcda7.jpg
Merci à je-suis-invisble.org pour cette merveille !

Qui a créé le sketchnoting ?

Pour moi, personne n’est créateur de la mind map ou du sketchnoting et les auteurs présentés ainsi par les éditeurs comme Eyrolles ou Leduc.s sont très honnêtes : ils citent les mêmes sources que moi et publient même des cartes mentales datant de l’antiquité ou du 17e siècle dans des ouvrages imprimés. Les auteurs des trois livres que je vais te présenter sur ce blog sont des pro, et ont bien clarifié ces pratiques.

Travailler avec le sketchnoting parle également du lien avec l’art journal à raison. Je pense que toutes ces formes témoignent de l’existence d’une pensée arborescente à la fois visuelle et kinesthésique, qui souhaite se clarifier par l’image tout en étant capable de penser à différentes choses sur différents niveaux : scientifique et sensible, mathématique et artistique, structuré et foisonnant. Ce n’est pas de l’art journal mais dans les deux cas c’est le même mode de pensée.

 

Pour quoi faire ?

De toute façon, la carte mentale comme le sketchnoting sont des moyens de communication et de prise de notes plus ludiques, plus créatifs, plus efficaces et plus concis. Tu es en effet obligé de sélectionner l’information pour y arriver et donc de la comprendre. Tu fais de la simplixification. Simplexifier, c’est rendre simple à la compréhension et à la lecture des éléments complexes. Le Skethnoting a cet avantage sur la carte mentale qu’il est parfait pour résumer des livres, des faits narratifs ou rendre comptes de plusieurs points de vue sur un même sujet sans les ménager.

Pour qui ?

La carte mentale comme le sketchnoting s’adresse à la fois aux visuels, aux auditifs qui écoutent et transcrivent en visuel, aux kinesthésiques, à qui sont souvent les laissés pour compte du secondaire. A tort. ce sont deux moyens de prises de notes et de structuration de la pensée qui peuvent à la fois être rigoureux méthodiques et créatifs et ludiques. En gros, ça va réconcilier tout le monde.

Comment apprendre ?

Moi, j’ai appris à l’arrache. Disons que c’était mon mode de fonctionnement depuis toujours; Mes feuilles de cours de Première quand j’étais élève sont absolument illustratives : c’est bourré de dessins,de schémas, de soleils ( cartes mentales) de doodle pour représenter les champs lexicaux avec des codes couleur sur le texte. J’ai tout jeté c’est dommage, car je me rends compte aujourd’hui que peu de personnes font ça naturellement. Citons Léonard De Vinci , Jacques Prévert, Cocteau, Frida Khalo, Kirt Cobain à sa façon, et Maman Tornade ( ah ah ah)

img_20180823_164811805561799.jpg

 

Un apprentissage technique

Dans cet ouvrage tu apprendras pas à pas à utiliser des polices, des doodle, des séparateurs et des conteneurs ( tu sais bulle, bannières et cie). Tu apprendras à choisir la structure et le sens de lecture qui conviennent à ton sujet. Tu apprendras à illustrer avec des pas à pas de dessins simples, tu apprendras à mettre en valeur avec des couleurs, des ombrés.

Les usages

Tu apprendras à utiliser la carte mentale en prise de notes communication de conférence et lecture. Tu apprendras à utiliser le sketchnote pour mieux réfléchir, s’organiser, structurer sa pensée mais aussi pour présenter tes idées, animer des séances de travail et manager ! On te parlera de la facilitation graphique, du storelling et du graphisme recording ou comment dire adieu au diapo moche qui fait dormir. On t’expliquera comment nombre des infographies sympas que tu télécharges via pinterest sont des sketchnoting ( par exemple l’affiche  » le cerveau attentif »:

img_20180823_1649091201402563.jpg

On peut même utiliser le sketchnoting avec powerpoint en segmentant sa feuille en différentes diapos et rendre l’usage des diapo efficace. Oui, parce que moi ce que j’ai tours reproché à mes étudiants c’est de répéter exactement la même chose à l’oral et sur le diapo. Aucun intérêt ! Du coup j’ai appris à mes élèves à faire des diapo cartes mentales et on a alors un support visuel efficace et dynamique !

Les outils

Outre ta feuille et ton stylo ( perso je te conseille de recourir à un papier très épais pour la version propre afin de la scanner facilement et d’avoir une belle image finale, mais aussi d’investir dans des feutres qui ne bavent pas, et dont la couleur résiste à la lumière) le livre te parlera des logiciels, des banques d’images comme Canva et des applis pour créer sur tablette; mais je trouve qu’il manque certaines références de banques d’images comme Freepik qui pour moi est une mine ou encore Pixabay. Dommage que beaucoup d’outils soient payants. Pinterest pour donner des idées de doodle c’est gratuit, Bizz draw est payant…

 img_20180823_164832373145717.jpg

 

En conclusion :

C’est un ouvrage clair, un vrai manuel d’apprentissage, avec des exercices à faire pour chaque élément du sketchnoting, de nombreuses idées et des illustrations vraiment bien choisies pour montrer toutes les possibilités. C’est le livre à avoir si on peut travailler avec le sketchnoting et c’est surtout ENFIN un livre en langue française !

Travailler avec le sketchnoting de Ajoun, Paillaud et Boukobza, chez Eyrolles, 130 pages, 14,90 euros.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s