Mind Mapping : la pensée vivante !

IMG_20181007_170813.jpgTony Buzan est l’instigateur du mind mapping (autrement nommé carte mentale ou carte heuristique. Je ne dirais pas que c’est le créateur, car lui-même reconnaît que cette façon d’écrire, en utilisant la page en panoramique et en organisant les liens entre les idées par des flèches, sans se soucier du seul axe horizontal mais en créant des réseaux similaires à ceux qui existent entre nos neurones, apparaît déjà dans les carnets de De Vinci, Einstein, ou encore Prévert !

J’utilise le mind mapping depuis toujours : c’est mon mode de fonctionnement naturel. Je n’utilise la page que d’un seul côté, j’écris toutes mes idées, puis je les regroupent avec des flèches ou des patates, je découpe les ensemble, je recolle, je rassemble et j’obtiens une carte mentale. J’ai toujours fait ça pour les commentaires, les dissertations, organiser une sortie, un voyage, ma valise, les courses pour un anniversaire … J’étais donc très curieuse de découvrir un manuel qui apprendrait à tout le monde, dont et surtout les non mind mappers de naissance, à utiliser cet outil. Je me suis également demandé ce que cela pourrait m’apporter après peut-être trente années de pratique, au bas mot.

IMG_20181007_170832.jpg

Le titre exact du livre est Développez votre intelligence avec le mind mapping. Cela signifie que l’auteur ne se contente pas d’un objectif premier, celui de l’organisation des idées. Il te promet d’emblée de propulser ton intelligence, de décupler tes capacités ! Etant prof, je peux en effet témoigner de cet embarras des élèves face à la page blanche. On leur donne une question, un problème, un texte à analyser. Les voilà en quête d’un ordre à donner à des idées qui n’existent pas encore ! Comment ordonner ce que l’on n’a pas encore conçu ? ET pourtant c’est ce qu’ils font en alignant des tirets, des numéros ou des phrases qui se succèdent chronologiquement sur la page. Moi qui n’ai jamais procédé ainsi, j’en reste béate. Evidemment, nombreux sont ceux qui restent figés devant la plage, puisque le 1° n’existe pas. En leur faisant découvrir le mind mapping, je les autorise à tout noter en bazar. Oui, c’est le bazar, oui c’est confus, oui c’est un imbroglio sans queue ni tête. Oui, mais, en fait, dans ton, cerveau c’est comme ça, et je ne vois pas pourquoi tu voudrais t’imposer de mettre de l’ordre au vide alors que si tu laisses tout venir à toi dans le désordre, tu auras mille fois plus d’idées ! Et donc après, tu pourras les ordonner tout à loisir ! Ecrire un roman, organiser une rencontre, construire une réunion. Par où commencer ? On ne sait jamais. Et bien commence partout, dans toutes les directions, en tous sens, et tu verras que tu seras carrément plus productif car tu ne demanderas pas à ta tête de penser les idées les unes après les autres. personnellement, elles viennent par dizaines en même temps, alors le plus compliqué, c’est surtout d’écrire vite. Donc j’écris peu de mots, pratiquant la technique du webbing. Ou je dessine !

Tu découvriras grâce à ce livre merveilleux :

  • L’histoire des cartes mentales et des écritures
  • Le formidable fonctionnement de ton cerveau
  • Comment créer une carte mentale
  • L’histoire de Socrate ou celle des loci ou « palais de la mémoire »
  • Comment choisir un mot-clef ( par exemple, cette semaine, nous avons réalisé une carte sur Jacques Prévert et nous avons découvert que pour chaque branche le mot-clefs était « liberté » et que les mots-clefs qui en découlaient était  » jeu » « amour » ou « joie ».
  •  Les principales applications de la carte mentale

Ce que moi j’ai appris :

  • Les règles de base dont certaines que je ne connaissais pas mais que j’appliquais  (ou pas d’ailleurs !),
  • Que ma synesthésie était bien un des éléments de cette pensée en arborescence !
  • Que je ne faisais pas que des cartes mentales mais aussi d’autres choses …

Car, après toutes ces précisions qui te rendent autonomes face à la carte mentale, Tony Buzzati explique ce que n’est pas la carte mentale. Par exemple, ce n’est pas un graphique en araignée. En effet, quand on commence à travailler avec les élèves c’est ce qu’on obtient le plus rapidement. cela s’appelle le Webbing : un réseau de mot-clefs ensemble. Ce n’est pas toujours hyper lisible, il y a trop de branches. Mais cela peut être un point de départ pour ensuite faire une belle carte mentale.

webbing manual thinking old paper

Tony Buzan t’explique comment faire pour passer de l’araignée à la carte mentale et c’est exactement ce que je fais avec mes élèves : on part de ça et on essaie à la fin d’une première séquence de cours d’être capable de transformer le graphique webbing en jolie carte mentale. Tony Buzan différencie également carte conceptuelle et carte mentale, ce que je faisais pas du tout ! Je pense en effet que dans ma pratique, je fais les deux, pas forcément de manière distincte ! Après, faut-il se plier à un système en le suivant à la lettre ou créer son propre système qui fonctionne  pour soi ? Tony Buzan tient particulièrement par exemple à ce que chaque branche soit un seul mot, moi je ne fonctionne pas forcément ainsi : cela peut être une phrase-clef.

Le chapitre suivant te donne plein d’astuces pour t’entraîner et t’améliorer et trouver des solutions aux problèmes rencontrées, même dans la vie privée, et le relationnel. Il est très intéressant.

IMG_20181007_170857.jpg

L’avant-dernier chapitre tente de donner une idée de toutes les applications possibles avec des exercices à réaliser. D’ailleurs, les exercices proposés sont nombreux dans l’ouvrage et jalonnent chaque chapitre. Enfin, le dernier chapitre parle de l’avenir. Etant donné que notre monde numérique et réelle turne de plus en plus autour de l’image, du partage de connaissance, de l’idée de réseau et de l’idée d’arborescence, je ne doute pas que nous avons un bel avenir devant nous !

Pour conclure, ce livre est beau, très illustré, riche en enseignements et en exercices. Il te permettra d’apprendre facilement alors que les formations ne sont pas toujours accessibles. personnellement, j’en vois passer en interministériel sans être autorisée à m’absenter de mon lycée, ce qui est quand même assez absurde puisque j’utilise cet outils à tous les cours !

Il y a encore pas mal de personnes réfractaires. Poudrant, la pensée complexe se conçoit mieux ainsi, avec une carte mentale, qu’avec mille mots en une phrase, qui la rendent incompréhensible ! Je ne doute pas, pourtant, que Pascal aurait applaudi des deux mains, l’inventeur de la pensée post-it qu’il agençait par voie d’association, rejoint par Montaigne, grand pratiquant de le pensée à sauts et à gambades ou Marcel Proust, lui qui voyait des réseaux partout. A bon entendeur…

Et n’oublie pas, demain commence le sommet de la pensée visuelle ! Inscris-toi !

Achète-le ici !

2 commentaires

    • Bonjour
      C’est pour moi incompréhensible car je pratique depuis tjs mais j’imagine que peut-être vous devriez essayer les tableaux et le sketchnoting, le système des listes et voir ce qui vous conviendrait le mieux

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s