Le bonheur : Mes dix clefs de métamorphose de Maïtie Trélaün

img_20181018_1634372054101669.jpgHier, je te représentais un livre qui a vraiment ouvert la voie à la joie dans mon existence, même dans l’adversité, le froid, les emmerdes et le reste. Aujourd’hui, j’aimerais te présenter son complément. Si dans le livre de Kelm, on t’explique tout sur le bonheur et la joie, ses mécanismes, on te donne surtout comme clef primordiale la gratitude et quelques petits jeux à faire seul ou en famille, dans le questionnement ou plutôt l’introspection : établir une liste de trois bonheurs de la journée, être donc la gratitude, est la clef du livre de Jackie Kelm. Après sa lecture, j’avais même établi des petits jeux alternatifs dans le même genre que  » les trois kifs » de Jackie, repris par Servan-Schreber. On s’y ai tenu un temps, ma grande fille aimait beaucoup, et puis le papa s’est lassé et nous avons arrêté. Nous allons remettre cela en route très bientôt. Au coeur de l’hiver, je te jure que ça fait vraiment du bien.

img_20181014_172000902981564.jpg
Notre petite liste des défis du soir, que nous faisons au moment du repas

Les éditions le Souffle d’or ont alors sorti le livre de Maïtie Trélaün, une auteure francophone et hispanophone. Maïtie raconte que comme moi, et comme beaucoup, elle était en quête d’une formation, d’une méthode et qu’elle est allée à des tas de conférences et des formations. Rien ne la convainquait et semblait efficace : le conférencier lui-même semblait peu convaincu… et peu heureux. les effets se faisaient attendre… trop longtemps. Surtout Maïtie était comme moi ( sans doute comme toi ) : elle ne voulait pas et comprenait pas pourquoi il fallait se couper du monde pour ressentir le bonheur. Elle voulait un bonheur quotidien, dans son propre quotidien, concret, dans sa propre vie, sa vraie vie, celle de tous les jours. Elle voulait ressentir de la joie dans sa propre existence avec sa propre personnalité et non en changeant du tout au tout et en passant par la privation de sa vie « normale ». Et je dois dire que je pense comme elle : je trouve « louche » tout discours de développement personnel où l’on te demande de renoncer à ta vie, de renoncer çà ta façon d’être, à refouler toute réaction spontanée ou à te distancer de tes émotions alors qu’elle sont en toi, elles sont toi ! Le bonheur, pour moi, ce n’est pas être insensible, stoïque, en haut d’une montagne, dans une grotte et la solitude.

IMG_20180930_154915

Si le bonheur c’est le renoncement à son humanité et aux joies du quotidien, aux petits plaisirs, en quoi est-ce le bonheur ? C’est pour mo i l’un des grands dangers du développement personnels et de ses « auteurs » et pratiquants » : tu en entendras beaucoup qui te diront de te retirer du mode, de te distancier de tes émotions, qui te diront que tu attires à toi ce que tu es, qui te culpabiliseront en te disant que tu es seul responsable de ta vie ( et donc ton propre bourreau et que tu te victimises). Il y a très souvent de très mauvaises interprétations de la loi d’attraction, et des textes de certains sages t’invitant au dépouillement et à l’insensibilité.  Ce n’est ni mon tempérament ni mon idéal, et quand quelqu’un vient me chercher des noises, je ne considères pas que je l’ai attiré, je considère que ce n’est peut-être pas  » personnel » mais qu’il faut lui remettre les pendules à l’heure et le beurre au bon étage.

Bref tout ça pour dire que l’introduction de Maïtie m’a vraiment parlé !

img_20181014_180633466519245.jpg

De fait, Maïtie a mis en place sa propre méthode autour de  » dix clefs de métamorphose ». mais l’idée ce n’est de devenir autre chose de changer, mais de s’épanouir, tel le vers qui dans sa chrysalide se prépare à devenir papillon.
Maïtie te conseille de découvrir une clef et de l’appliquer 21 jours puis de passer à la suivante quand la première est bien assimilée. ce qui signifie que tu as 210 jours de programme devant toi, pour 9 euros ! Maïtie t’offre également des aides en ligne et te dit que tu peux même lui écrire si tu as besoin d’aide. Tu peux également compléter ce livre avec une formation ( à 450 euros quand mêle, et là, je suis un peu dubitative) mais franchement, je pense que tu peux clairement t’en passer le livre est vraiment très complet.

img_20181014_180614693869138.jpg

Les dix clefs en questions sont :

  • Clé 1 – La tendresse d’un câlin
  • Clé 2 – Le calme au cœur de la tempête 
  • Clé 3 – Tout ce qui vous arrive vous concerne
  • Clé 4 – Je remets les choses à leur place
  • Clé 5 – Quand ça m’agace, je me relaxe
  • Clé 6 – On n’est jamais mieux servi que par soi-même
  • Clé 7 – Je desserre mon poing
  • Clé 8 – J’ai toujours le choix
  • Clé 9 – Il y a toujours un chemin plaisant
  • Clé 10 – Le cœur dans ma main

Voici en photo, les sketchnoting que j’ai réalisés pour que tu vois un peu de quoi il s’agit.

img_20181014_1806191717399883.jpg
Mon idéal de bonheur : sérénité, liberté, permanence du présent

Elle utilise le questionnement de soi, la génération d’une image-refuge ou motivante, des suggestions d’application et une phrase leitmotiv.

J’en suis aux clefs° 3 et 4 et je ne passe que 8 jours par clef car avec les différents défis des 100 jours et mes autres lectures, j’avais déjà assimilé certains faits. Je ne me laisse plus entuber par les délires des autres, je ne consacre mon temps que sciemment aux autres. le bonheur ce n’est pas forcément être égoïste mais c’est savoir doser. J’ai retrouvé un peu ces clefs dans les clef N° 3 et 4. Il faut savoir qui est la priorité dans sa vie, ce qu’on est prêt à donner aux autres et surtout que le seul juge valable c’est soi-même. Quant au passé, il faut lui donner un autre rôle et ne pas le laisser envahir le présent. Sinon, le calvaire est sans fin !

Je pense te faire un second article pour te dire si cette lecture a porté ses fruits…Pour le moment, j’apprécie vraiment le recours aux images qui peuvent vraiment permettre de couper les perturbations, poser un  temps de calme et se recentrer.

Je réfléchis aussi à écrire mon propre vade mecum. Je me suis surprise dernièrement à gérer très clairement le stress et les aléas professionnels bien plus positivement qu’il y a encore deux ans. J’ai bien compris que ma nouvelle façon de faire ne convenait pas à tout le monde… C’est un bon moyen de voir qui est vrai. car même dans les personnes qui n’étaient pas mes amis il y a encore un an, j’ai trouvé un soutien parce que je pense simplement que quand on est vrai, les clans et les alliances ne comptent plus. Pour moi, être heureux c’est être vrai, et non plus gentil jusqu’à la négation de soi, pour faire plaisir. Les personnes autour de toi savent que ce que tu fais c’est pour le bien de tous, et pas seulement dans ton propre intérêt. Agir pour être mieux, plus heureux c’est agir en congruence , en accord avec soi et ses valeurs, être  » de son côté » mais pas forcément dans son unique intérêt. Et ça, ça rend heureux tous ceux qui sont autour de toi. Etre heureux ce n’est pas l’être contre les autres. Etre heureux ne rend pas malheureux les autres.

J’ai trouvé ma propre définition du bonheur, et elle n’est pas que dans le calme et la sérénité, elle est dans l’acceptation des combats à mener et dans la volonté de les mener. Le bonheur n’est pas forcément dans la tranquillité et la fuite des remous. Des fois, ces remous sont nécessaires. Il faut être capable de voir les conséquences à plus long terme et de se dire que derrière quelques aléas, quelques éléments qu’on peut qualifier de fâcheux se cachent les clefs possibles d’un futur bonheur.

Je te laisse donc méditer cet apologue chinois :

Au sujet du vieil homme des steppes qui avait perdu son cheval, qui peut savoir si c’est de la chance ou de la malchance ?

 

Il était une fois un vieux chevalier qui vivait dans les steppes. Un jour, l’un de ses chevaux s’enfuit et les voisins le plaignirent pour sa perte. Le vieil homme des steppes dit : « Ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose. »

Quelques mois après, son cheval disparu revint accompagné d’un très beau cheval. Les voisins vinrent le féliciter. Le vieil homme des steppes dit calmement: « Ce n’est pas nécessairement une bonne chose. »

Ayant un bon cheval à la maison, le fils du vieil homme, qui adorait l’équitation, fit une abominable chute. Résultat, il eut la jambe cassée. Les voisins du vieil homme vinrent le consoler. Le vieil homme des steppes dit calmement: « Cet accident n’est pas nécessairement une mauvaise chose. »

Un an après, le pays fut envahi par le royaume voisin. Tous les jeunes hommes du royaume furent appelés à s’enrôler dans l’armée. Neuf sur dix moururent, mais le fils infirme échappa à la guerre. Le père et le fils étaient sains et saufs. Donc le bonheur peut devenir malheur et inversement, les retournements de situation sont sans fin et difficiles à prévoir.

(Je l’ai trouvé à différents endroits mais pour cette fois j’ai fait un copié collé de cette page )

Le site de Maïtie est ici et sa formation

Le livre des Editions Souffle d ‘or :
Le bonheur : mes 10 clés de métamorphose

Sache que si tu cliques sur ce lien et que tu achètes, cela me permet d’avoir des points de fidélité, ce serait vraiment super sympa de passer par le site et ce lien. Merci d’avance. je sais que vous êtes nombreux à préférer Amazon, mais avec le site du Souffle l’or vous pouvez également obtenir des cadeaux et des points de fidélité !

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s