Développement personnel : Danger ! Les douze pièges à éviter (3)

course.png

Voici le troisième volet de la série sur le thème des dangers du développement personnel.

Tu retrouveras le UN ici et le DEUX là.

Mais sur ce chemin, il y a des embûches, des pièges en vérité, dans lesquels je n’aimerais pas que tu tombes.

Donc voici les pièges dans lesquelles il faut éviter de tomber

  1. Ecouter et suivre aveuglément les préceptes, croire tout ce que tu lis sans réfléchir
  2. Donner ton pouvoir à quelqu’un alors que tu cherchais un libre-arbitre en béton : ne lire qu’une source
  3. Confondre responsabilité et culpabilité
  4. Confondre pardon et lâché-prise
  5. Refouler tes émotions, les bannir, les juguler, penser que cette part de toi est mal
  6. Te laisser prendre au piège de ceux qui te culpabilisent ou accuse ta colère quand simplement tu n’es pas d’accord et que tu argumentes avec ton libre-arbitre
  7. Chercher des pourquoi au lieu des comment
  8. Vouloir par conséquent tout interpréter
  9. Confondre le mal a dit avec tout mal a dit
  10. Perdre plus de temps à apprendre à vivre qu’à vivre
  11. Oublier ta mission de vie et tes passions
  12. Accumuler trop de notions et perdre pied.

Tu peux retrouver les 3 premiers points expliqués ICI et les trois suivants là.

Voici les points 7,8,9 qui ont en commun la culpabilisation maximale en développement personnel. et la tendance à confondre ouverture d’esprit et ésotérisme à deux balles.

7 Chercher des pourquoi au lieu des comment

Ce point renvoie au point 3. Souviens-toi je t’expliquais ce qu’était la vraie responsabilité. le fait d’être responsable de ce qu’on faisait des événements qui surviennent et non pas responsable des événements. de fait, les personnes sur les groupes de développement personnel passent leur temps à se demander pourquoi tel truc leur arrive comme si une fuite d’eau, un rat crevé dans le jardin, la gueule nauséeuse du contrôleur des impôts étaient des signes envoyés par des dieux !

Au lieu de se demander Pourquoi, demandez-vous comment : comment je vais m’en sortir, comment je fais face, comment je peux faire évoluer cette situation. Dois-je accepter ? Est-ce possible de faire changer ?

Le développement personnel n’est pas de l’ésotérisme de bas étage.

8 vouloir par conséquent tout interpréter

Toujours sur mon fameux groupe : une tâche de café sur la nappe devenait un signe, un oiseau qui tape dans ton pare-brise aussi, une crotte de mouton sur la route, et c’était dieu qui te parlait. Alors je dis pas, il y a bien des choses inexplicables qui peuvent faire sens, être un signe, mais pas 345 fois par jour enfin ! Il faut savoir garder la tête sur les épeules et rester ancré ! Si tu te poses une question et que tu demandes un signe, ok, mais si t’as la gueule dans le pâté et que tu fais caca, non, la forme de ton étron n’est pas un signe de Dieu. Un peu de respect ! Ça me fait penser à nos délires d’ado :  » je l’a vu au supermarché casino, tu crois que ça veut dore qu’il aime jouer ? et il m’a vu il m’a dit  » bonjoUr » mais tu sais en appuyant sur le U, c’est une lettre commune au mot « amoUr » et ça rime, tu crois que c’est un signe ? Et après il a pris du thé vert à al menthe, mon préféré, dans le rayon: tu crois que c’est un signe qu’on est fait l’un pour l’autre, on boit le même thé r ? » Bref… J’ai vu 456 photos de cailloux, nuages, tâche de vin, crottes de ouche en forme de cœur, et j’en peux plus.

9 confondre le mal a dit avec tout mal a dit

J’étais habituée autour de moi à avoir une belle bande de saloperies qui me disaient sans cesse que je faisais du cinéma, que c’était dans la tête, quand je faisais des crises d’endométriose par exemple. Et bien avec les groupes de développement personnel j’ai trouvé plus fort encore : les gens qui pensent, non pas que tu somatises, mais que ta maladie est un symbole d’un trouble psychologique. Par exemple  » j’en ai plein le dos » = surmenage = lumbago.

Alors attention einh, je pense en effet que la maladie peut se traduire ainsi. Que la maladie c’est le mal a dit. C’est un peu vrai. Je comprends tout à fait le principe : pour des mots chroniques, pour interpréter le foyer d’installation de la maladie. Mais alors jamais au grand jamais je n’irai interpréter un accident de cette façon, une maladie unique ( comme une pneumonie qui a failli me faire crever tout simplement parce que j’ai été mal soignée par un médecin qui se foutait de moi, et je n’y suis pour rien, ou alors ou est vachement nombreux à provoquer la malhonnête de cet homme aux dites des personnes rencontrées ensuite!)

Non, un accident de voiture n’est pas provoqué par ton inconscient pour exprimer un trouble psy ! Faut arrêter le délire. Si le mec qui te renverse sur un trottoir a bu, tu vas l’interpréter comme ta volonté de te faire remarquer ???? Tu penses vraiment que ton interprétation psy à la noix remontera le moral de la personne accidenté ? Un conseil : ferme-la !!!!

Sinon, un enfant atteint d’une maladie rare en serait donc coupable !!! mais sérieux, c’est carrément n’importe quoi.

En revanche, au lieu de toujours vouloir interpréter les maladies, on ferait mieux d’apprendre en développement personnel à accompagner les malades, ça éviterait raconter de grosses conneries. Vous pensez vraiment que ça aide à aller mieux de dire à quelqu’un qui a mal au genou » c’est parce que tu manques de souplesse, tu es trop rigide et autoritaire ». Youpi, elle va vachement mieux; Elle ira sans doute mieux quand elle t’aura collé une beigne.

Si vous croyez à ça, mettez-vous à la place de la personne : elle n’a aucune envie et aucun intérêt à écouter ce genre de conneries culpabilisantes.

La semaine prochaine, nous en viendrons aux conséquences : les trois plus gros dangers, finalement, du développement personnel.

2 commentaires

    • On est bien d’accord. Ce sont des dérives que tu trouves que les groupes, les librairies, les stages et les conférences. C’est bien pour ça que j’en parle parce que ça discrédite le développement personnel qui est un terme mal défini et trop vaste et oui ça prédomine en ce moment ça ne fait pas qu’existe sporadiquement. Il suffit de lire tous les délires que l’incendie de Notre Dame. Entre malédiction divine, nouvelle ère, fin des religions (donc dieu brûle la religion ???) Les gros délires ne me font même plus rire. Et ces personnes se disent éclairées !

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s