Le messager de L.P. Hartley

img_20190501_10232944144716.jpg

Il y a quelques années, j’avais été hantée par un film adapté d’un roman de Ian Mc Ewan. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir qu’il était inspiré d’un autre roman, américain, adapté également à l’écran, mais que je en connaissais pas du tout; je n’avais ni vu le film de Joseph Losey ni lu le roman, un roman extraordinaire, enivrant, obsédant, sur l’enfance, le secret, l’amour.

Le roman de Ian Mac Ewan s’appelle Expiation. Et le film est intitulé Reviens-moi.
SI tu as aimé ce film, ce roman, si tu as aimé Le Grand Meaulnes, si tu as lu Le diable au corps de Radiguet, Les Voyageurs de l’Impériale d’Aragon, si tu aimes la langue fine, les récits d’enfance à la Pagnol, le style précieux, ce roman est fait pour toi. mais quand je dis  » style précieux », ne te méprends pas : c’est très bien écrit, avec de beaux mots, un beau phrasé mais ce n’est nullement prétentieux. Ce qu’est en revanche un petit peu notre personnage principal, ayant les espoirs démesurés de ces 12 ans.

img_20180914_184720856051382.jpg

Léon Colston, un vieux monsieur, retrouve pas hasard une boîte à souvenirs datant de l’année 1900. Cette année-là, il est au collège en internat et vit d’étranges aventures, persécuté par ses camarades. Il tient un journal, qui fait son malheur, le contenu ayant été découvert, moqué, et devenu le sujet de quolibets impitoyables de la part de deux camarades.

Mais Léon a un  » secret » : il écrit des maléfices, des formules de malédiction. Et les deux élèves qui le calomnient et le maltraitent ont alors un grave accident. Naît alors la « légende » de Léon, faiseur de sort, qui écrit des formules magiques pour ses camarades. Des formules qui atteignent étonnamment leur but. Léon se croit alors réellement magicien.

passerelle3_paysage

L’été, il est invité chez son ami Marc et découvre alors la famille de celui-ci, dont la belle Marian Maudsley, sa sœur. C’est le Bel été. Léon ne devient pas un  » Robin des bois », mais plutôt son « Hermès », ce qui semble amuser le prétendant Trimimgham de Marian, un lord impressionnant et défiguré, héros de guerre, et fort aimable, que Léon admire. Pourtant, ce n’est pas pour Trimimgham que Marian écrit des billets, confié au jeune messager. Mais à Ted Burgess, un fermier voisin. Quels secrets contiennent les missives que Léon doit mener à Ted, et de Ted à Marian ? Comment se faire aimer de la belle jeune femme, quand on a 12 ans et qu’elle nous considère encore comme un enfant ?

Pourquoi Léon, adulte et âgé, semble expier une lourde faute en nous racontant son récit ? De quoi se sent-il coupable ? Quelle est l’origine de sa honte ?

32187075_10155705684664482_7613410241803190272_n

Il y a, dans ce roman, quelques longueurs dues aux habitudes d’écriture de l’époque. On ne cherchait pas à être efficace, on prenait son temps. J’ai adoré. C’est un magnifique roman, troublant, beau et douloureux, sur l’amour, sur le devoir, sur le secret et sur les fautes dont les enfants peuvent se croire coupables, quand en vérité c’est eux les victimes des adultes manipulateurs. Cela a fait émergé chez moi des souvenirs de mensonge qu’on a pu me faire. C’est un roman sur l’enfance gâté par les adultes, calculateurs, les adultes qui pensent vraiment qu’ils peuvent nous mentir et nous manipuler et nous prendre pour des imbéciles. On leur fait confiance et ils nous aveuglent, se servent de nous, nous éloignent quand bon leur semble. Et se rient de nos faiblesses et de nos sentiments. Qu’ils utilisent. C’est un roman sur la tragédie, la déchéance, la Beauté et l’amour impossible.

C’est un roman à lire, un grand classique qui vous hantera longtemps.

Merci aux éditions Belfond pour cette réédition très réussie et nécessaire. ( cliquer sur la phrase pour le lien)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s