Comment faire manger de tout aux enfants

Cette question-là je pense que tous les parents se la posent un jour ou l’autre.

Et bien pas nous. J’ai dû me la poser avant que les filles naissent parce que quand j’étais enfant, j’ai été difficile je ne mangeais vraiment pas du tout. Je n’aimais pas grand-chose et tout me dégoûtait. Et sur ce point j’aimerais rassurer les parents : non je ne suis pas devenu obèse ou anorexique, non je n’avais pas de carence, non un enfant ne se laisse pas mourir de faim. Et aujourd’hui, je suis une adulte qui goûte absolument tout. Il y a très peu d’aliments que je n’aime pas. Je déteste les aubergines. Je ne cours pas après les plats chauds. Je reste assez modérée sur ma consommation de viande. Mais j’aime goûter de tout et je n’ai pas peur de ce qui est original.

Mon mari quant à lui est très difficile. Pourtant, quand il était enfant, il paraît qu’il mangeait absolument de tout. Aujourd’hui à part les haricots verts et les petits pois tout ce qui est vert est banni de son assiette. Jamais de concombre, jamais de courgettes, jamais de cornichons. Je ne parle pas des épinards.

On aurait donc pu craindre que nos filles soient difficiles mais forte de mon expérience je me disais que de toute façon ce n’était pas quelque chose qui conditionnait l’avenir d’un adulte. Preuve en est : enfant, j’étais difficile et aujourd’hui je mange de tout et que mon mari qui n’était pas difficile ne mange plus grand-chose parmi les légumes. Il déteste d’ailleurs aussi les champignons.

J’ai donc abordé la chose avec détachement je pense que c’est pour ça que nos filles mangent absolument de tout. Et quand elles n’aiment pas elles n’aiment pas et on n’en parle plus. La première fois que j’ai fait goûter un fruit à ma grande fille, j’ai essayé la banane. Manque de bol,  ça doit être le seul fruit qu’elle n’aime pas et c’est encore vrai aujourd’hui. Je ne me suis pas braquée, je suis passée à autre chose et c’est tout.

Quant à la petite, elle est dotée d’une fonction eject très intéressante. Dès que quelque chose est dans sa bouche et que ça là elle ne lui plaît pas elle le recrache.

J’ai quand même quelques petits conseils à te donner car moi on m’a assez martyrisée avec la nourriture pour que je puisse essayer de faire en sorte que ce ne soit pas le cas des autres enfants.

Tout d’abord la première règle et de ne pas en faire une affaire personnelle.

Oui c’est 1 des accords toltèques et tu vas voir que les accords toltèques ont leur place dans cette histoire de nourriture. Quand je ne voulais pas goûter d’un plat ou alors que j’avais goûté un plat mais que je n’aimais pas ça, j’avais tout de suite droit au chantage affectif de ma grand-mère. Évidemment elle avait cuisiné ce plat rien que pour moi. Evidemment, elle était persuadée que j’adorais cette aliment alors que j’avais déjà dit 20 fois que je détestais ça. Evidemment si je n’en mangeais pas c’est que j’étais ingrate c’est que je ne l’aimais pas :  c’est que j’étais Vilaine.

Résultats des courses : encore aujourd’hui j’ai beaucoup de ressentiment pour tout ça et toute cette mascarade a engrangé beaucoup de conflits en famille. Bien sûr, moi aussi j’ai entendu dire que je le faisais exprès pour contrarier et pour attirer l’attention sur moi, ce qui ne faisait qu’empirer les choses. De quelques aliments détestés, je passais à détester tous les plats et à détester le moment de manger, en particulier le moment de manger en famille. Cela me coûtait beaucoup d’aller à table et je me souviens que je ne tenais pas en place.

La seconde règle c’est justement un autre accord toltèque. Que ta parole soit impeccable.

Fais attention à ce que tu dis sur la nourriture et sur ce que tu manges. Si tu passes ton temps à dire qu’il ne faut pas que tu manges trop pour ne pas grossir évidemment ton enfant va comprendre que c’est très mal vu de manger. Si tu passes ton temps à critiquer la cuisine d’une telle, ton enfant va penser que c’est bien vu de critiquer la cuisine que quelqu’un fait en général.

J’ai reçu ce très joli calendrier de chez nutriting.com Tu peux le commander pour environ 5 €. tu trouveras aussi sur le site d’autres conseils dans la partie nutrilearning

Si tu mets en avant les qualités nutritionnelles d’un plat, d’un ingrédient, si tu parles surtout du plaisir que tu as pris à cuisiner , tu as quand même plus de chance que ça intéresse ton enfant. Envisage les fruits et légumes grâce à ce type de calendrier des saisons pour objectiver. Oui, en juin on mange de la courgette. Cette règle ne vient pas de toi. Papa déteste et l’enfant peut adorer. Le contraire aussi.

Moi, je n’avais pas le droit de détester les épinards que ma mère adorait. Ou d’aimer la cuisine de ma tante car ma mère aurait été jalouse. Je m’en souviens encore et quand je vois ces plats, ces souvenirs ressurgissent. Je me souviens encore de ma grand-mère qui me dit  » mais moi j’adore ça pourtant tu dois aimer ça » et une assiette d’épinards qui a fini par terre parce que ma mère a tiré la table dans ma direction pour me forcer à la manger.

On a toujours peur qu’un enfant devienne difficile et c’est pourquoi en général on essaie de faire goûter à tous les plats. Mais la seule chose qui peut être néfaste c’est justement cette demande : toujours insister ainsi et d’avoir des paroles qui vont projeter psychologiquement quelque chose sur les plats aussi les aliments.

Par ailleurs, n’écoute pas trop ce que disent les autres. Non il ne faut pas forcer un enfant à goûter, ça ne sert à rien. A part lui donner envie de vomir et de vomir dans l’assiette je ne vois pas trop ce que tu risque d’obtenir comme ça. Non on ne finit pas son assiette car personne est en mesure de savoir quelle quantité de nourriture on doit mettre dans l’assiette de quelqu’un d’autre.

Il y aura toujours une vieille tante pour te faire la leçon et te dire comment élever tes enfants,  comment il devrait se tenir à table et quelle nourriture il devrait manger. Tu t’en fous parce que la relation qui se construit entre la nourriture et ton enfant c’est aussi la relation qui se construit entre toi et lui. Le premier acte de soins et d’amour c’est bien le nourrir son enfant alors si ça devient la guerre pendant les repas à cause de la nourriture je ne vois vraiment pas l’intérêt.

La troisième règle pour moi c’est de savoir faire de chaque repas une fête

Quand je dis chaque repas j’exagère un peu parce que comme tout le monde je n’ai pas que ça à faire de mes journées. il y a des jours où je laisse ma fille mettre la table comme elle veut avec des assiettes bizarres. Il y a un autre jour où je prépare une recette surprise. Il y a les soirs où on mange un plateau-repas devant la télévision avec des tapas que j’ai préparé. Et puis comme dans toutes les familles il y a des jours où ça hurle à table parce que ma fille renverse un verre systématiquement à chaque repas. Ce ne sera jamais parfait mais on peut essayer.

La quatrième règle c’est de savoir ce qu’il y a dans l’assiette on le préparant ensemble

Cela peut commencer dès le potager. Les filles s’occupent du jardinage avec leur père et à la fin du repas ils vont tous les trois chercher les petits fruits sur les arbres. Nous cultivons aussi des courgettes,  des  tomates et des patates.

Elles aiment beaucoup cuisiner. Mais si ton enfant n’est pas attiré par la cuisine tu peux lui en donner l’envie en achetant un joli tablier à sa taille et des ustensiles super colorés. Tu as dû voir passer quelques photos des ustensiles colourworks de chez KitchenCraft. Je t’en parlerai plus longuement dans un autre article mais si j’ai accepté de présenter cette marque et de tester leurs produits c’est parce que tous ces ustensiles sont très colorés et que mes filles les adorent.

Quand tu laisses tes enfants cuisiner,s ne leur fais pas faire des recettes dont tu n’es pas sûr du résultat. J’ai vécu cette expérience désastreuse quand j’étais enfant à cause du magazine Astrapi. Il y avait un dossier spécial fête des pères avec tout un ensemble de recettes à faire sans cuisson. J’ai voulu préparer le repas et j’ai demandé à ma mère de m’acheter tous les ingrédients et de m’aider à faire des recettes. Elle savait très bien que ce ne serait pas bon alors de son côté elle avait préparé des plats et quand je lui ai dit « mais pourquoi prépare tu des plats ?j’ai   préparé tout le repas. »  Elle m’a répondu avec condescendance que c’était au cas où. Nous avons donc fait un premier repas absolument dégueulasse et je remercie donc Astrapi pour m’avoir causé cette honte dont je me souviendrai toute ma vie. Et puis nous sommes passés au repas de ma mère. Franchement c’est le pire qui puisse arriver à ton enfant au sujet de la nourriture. Que tu le laisses préparer des recettes minables en sachant très bien que ça va être dégoûtant et que tu prépares dans son dos un autre repas auquel tu ne l’associes pas. Donc si tu veux que ton enfant cuisine, il faut veiller à choisir de vraies recettes, à choisir les meilleurs ingrédients et à ne pas faire ça avec condescendance.

Les meilleures recettes pour enfants sont celles qui consistent à assembler d’excellents ingrédients et les recettes de texture à mélanger comme les gâteaux,  les mousses et  les verrines. La cuisson est alors une dernière étape et l’adulte peut ainsi n’intervenir qu’à la fin. L’enfant a le sentiment de tout faire et c’est le cas.

Enfin ma 5e règle c’est de dissocier et d’y aller pas à pas.

Dans un prochain article je te parlerai donc des ustensiles colourworks qui conviennent parfaitement aux enfants et transforme la cuisine en une activité vraiment ludique.

Et je te présenterai quelques recettes très faciles à faire pour les enfants avec des ingrédients de qualité, qu’ils apprécient en général. Dans ces recettes, tu verras que l’on peut agrémenter en ajoutant un ingrédient inattendu que l’enfant goûtera sans doute pour la première fois et qu’il apprendra ainsi à apprécier. En pratiquant de cette façon tu pourras ajouter un ingrédient un petit peu différent à chaque fois comme tu as pu le faire quand ton enfant était un tout petit bébé. Tu lui a fait goûter les ingrédients les uns après les autres et aujourd’hui tu voudrais qu’il apprécie des plats compliqué sans savoir ce qu’il y a réellement dedans. Ce n’est pas super logique.

Par exemple ce plat-là c’est le plus simple du monde tu rappes des courgettes et tu les fais goûter avec une simple huile d’olive délicieuse de Corse et du sel de Guérande. Si ton enfant déteste les courgettes cuites à l’eau par le cuisinier de la cantine qui est un peu pressé et qui a quand même beaucoup de monde, ce sera peut-être l’occasion pour lui de découvrir qu’en fait il adore ça quand elles sont crues.

Je vais te raconter l’expérience de ma meilleure amie avec son fils cadet qui ne mangeait pas grand-chose. Il y a 2 ou 3 ans de cela elle m’a expliqué qu’il s’était mis à cuisiner avec elle. Avant de faire la recette il lui fallait absolument goûter tous les aliments les uns après les autres séparément, même le sel.

Depuis, non seulement il aime cuisiner mais il prend plaisir à manger des plats qu’il n’aurait jamais goûté avant cela.

Je te conseillerais aussi de ne jamais mentir et de ne jamais feinter. Il est toujours tentant de vouloir cacher des ingrédients que quelqu’un m’aime pas dans une recette. Moi aussi je l’ai fait avec mon mari et dernièrement j’ai même essayé une recette avec de la banane pour en faire goûter à ma fille. Mais je ne le ferai jamais avec un ingrédient qui fait vraiment vomir et avec un ingrédient que la personne refuse de manger pour une raison éthique. Ma grand-mère a fait manger son propre canard à ma mère en lui faisant croire que c’était du lapin. Je suppose qu’après ça on peut comprendre pourquoi une personne est traumatisée à vie.

Faire manger quelqu’un c’est le faire vivre. Faire manger quelqu’un ça a un lien avec le plaisir. Cela a aussi un lien avec la conscience et avec le pouvoir. Quand tu forces quelqu’un à manger tu assois sur lui un pouvoir. En fait, c’est de la dictature.

Donc non on ne fait jamais de cachotteries à part juste pour essayer une petite surprise quand on sait que ça sera réussi et que la personne n’est pas complètement en horreur avec cet ingrédient. C’est une question de confiance. Quand je vois des personnes qui cache du chou-fleur dans des lasagnes parce qu’elles savent que leurs enfants vomit en voyant du chou-fleur ou en sentant l’odeur je suis catastrophée. Pas parce que l’enfant va manger du chou-fleur mais parce que il va apprendre ce que c’est que de ne pas avoir confiance en quelqu’un et d’être trahi.

Enfin et nous en reparlerons, je te conseille de n’utiliser que de très très bons produits quand tu cuisines avec les enfants. ils ne sont pas dupes, ils  savent très bien reconnaître un très bon jambon d’un jambon complètement nul que tu as pris parce que tu savais que la recette allait être gâchée. Si tu veux faire goûter un nouvel aliment un enfant il faut prendre le must. Nous avons eu la chance de recevoir dernièrement le jambon prosciutto di Parma que tu peux voir sur la photo ci-dessous. Mes filles ont pris à cœur leur rôle de goûteuse. Elles ont dégusté le jambon avec l’application et n’ont pas arrêté de commenter. Il était fin, il n’était pas trop salé, il était délicieux. bref on ne fait pas d’économie sur la nourriture et sur les matières premières avec les enfants si on veut leur faire découvrir quelque chose. il ne tient qu’à toi qu’à organiser des petites séances de dégustation par exemple à l’aveugle les yeux bandés. Les enfants raffolent de ce genre d’expérience inédite.

Voilà, j’espère que cet article tu auras un petit peu rassuré si tu as des problèmes avec ton enfant. c’est un sujet qui n’est pas difficile avec mes enfants mais c’est un sujet que j’ai très très mal vécu moi en tant qu’enfant.

Un livre qui pourrait bien sauver la relation des enfants aux légumes. Les éditions Terre Vivante présente de nombreux ouvrages avec des recettes pour les enfants ou des activités en rapport avec la nature. ce sont des ouvrages qui peut vraiment aider pour revoir la relation la nature la relation aux légumes et la relation à la cuisine.

Je ne t’ai même pas tout raconté alors imagine, j’aurais pu devenir anorexique avec tout ce qu’on m’a fait subir au moment des repas parce que c’était comme ça parce que c’était ça qu’on imagine et comme étant une bonne éducation.

Franchement si ton enfant ne mange pas de tout c’est pas grave. L’important c’est que vous restiez dans une bonne relation tous les deux. Ce n’est pas qu’il mange de la carotte. Crois-moi rien est immuable en matière de nourriture. Il ne faut jamais en faire une affaire d’État. Je pense aussi que c’est un peu dans notre culture française de vouloir toujours rendre tragique la relation à la nourriture.

Moi j’ai découvert par exemple que j’adorais les épinards alors que j’avais plus de 30 ans. J’ai découvert les fleurs de ciboulette il y a 2 ans et cet été j’ai découvert que j’adorais manger des courgettes crues. Très souvent,manger chaud  ne me convient pas. Et la plupart des aliments que je refusais quand j’étais enfant contiennent en réalité de la lignine à laquelle je suis très fortement intolérante.

Des recettes super originales qui ont permis à ma grande de découvrir le radis noir et elle adore !

Pour ma grand-mère par exemple, il y avait quelque chose qui se jouait avec la seconde guerre mondiale et le gaspillage. J’ai mis à jour aussi quelque chose qui se joue au niveau de sa réputation personnelle puisque tout le monde disait que c’était une excellente cuisinière. Si je ne faisais pas honneur aux plats je ne faisais pas honneur à la cuisinière. Faire honneur ça signifie manger manger manger encore. On était donc bien dans une relation psychologique et dans une relation de pouvoir. Elle nous forçait pour son bon plaisir.

Alors on se détend. C’est très important que l’alimentation reste neutre on reste dans le plaisir mais ne devienne pas quelque chose d’autre.

Un autre article ici

2 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s