Je me défends du harcèlement

J’adore cette collection Albin Michel jeunesse ! Je t’avais déjà parlé de Je combats ce qui m’empêche d’apprendre qui réglait des questions en rapport avec l’école majoritairement : la peur d’y aller, des soucis relationnelles avec les enfants, la peu de l’échec…

Emmanuelle Piquet a signé cet ouvrage illustré par Lisa Mandel sur le harcèlement.

J’adore !

Des témoignages variés

Déjà, il ne se limite pas à la ritualisation du harcèlement scolaire mais parle également du harcèlement au sein de la famille : le beau-père ou le cousin trop lourd. Toutes les situations sont évoquées, sous forme de témoignage : les relations fraternelles, les préférences entre amis et les amitiés contrariés, le rejet par mes autres filles, la fin tragique d’une amitié, le racisme, les complexes, les attaques sur le physique, sur le caractère, le sexisme, le syndrome d’asperger, la peut d’échouer encore et encore ( qui fait échouer et fait de nus le sujet des moqueries)… Le rôle des réseaux sociaux dans ces situations n’est pas oublié, évidemment mais ce que j’ai adoré, c’est que l’auteure évoque à travers ces témoignages le fait qu’on crée des fois des situations qu’on vient ensuite à regretter parce qu’il donneront du grain à moudre aux harceleurs, comme baptiste 14 ans qui est fier d’être choisi comme amoureux par la fille populaire du collège. sauf qu’ils n’ont rien en commun. Sauf qu’elle traite ses copains à lui de Ksos, sauf qu’elle le brandit comme un trophée, sauf qu’elle le relooke et l’empêche d’être lui-même… Il la quitte et la fille se met à le dénigrer sur les réseaux sociaux. Bref, tous les cas de figures sont évoquées, avec beaucoup d’exemples très concrets. Beaucoup de récits m’ont fait de la peine, parce que ce sont des choses que j’ai vécues au collège. D’ailleurs, ce livre est spécialement conçu pour le collège, le pire moment de la scolarité, franchement, c’est le monde des plus forts, c’est l’injustice, c’est la jungle, désolée les parents, mais comme élève et comme prof, le collège, c’est ce que j’ai toujours détesté. Le mien a été détruit, et j’en étais bien contente. C’était l’horreur et j’ai à peu près vécu tout ce qu’il y a dans ce livre, sans exagération. Il n’y avait pas les réseaux sociaux mais le réseau des petits mots glissés dans les trousses.

La victime se libère : solutions !

Après le témoignage, Emmanuelle Piquet propose un scénario pour se sortir de là, après avoir analysé ce qui se passe exactement, et la possible par de responsabilité de l’ado ( dans la situation avec le beau-père). Les solutions sont très justes et parfois humoristiques mais efficaces. Je pense à la solution concernant le prof assez sadique qu i dévalorise les enfants : Emmanuelle propose d’aller le remercier collectivement de ce qu’il fait pour eux, et qu’il leur permet d’être les meilleurs en les insultant. C’est très drôle. Et bien-sûr, le prof ne prendra plus autant de plaisir à agir de la sorte.

Emmanuelle Piquet propose des solutions autres que  » va voir un adulte » : ben oui, au collège, allez voir un adulte c’est la loose et en plus le harceleur va être content de se sentir  » valorisé » par une punition et dans le cas contraire il se vengera. Il y a toutefois des associations qui peuvent aider et Emmanuelle les cite. cependant, sa solution c’est  » la répartie boomerang ». L’histoire de Jean-Paul par exemple c’est exactement celle que j’ai vécu quand j’étais en seconde au lycée. IL y avait une certaine Céline C. qui ne pouvait pas passer une journée sans venir me faire chier, surtout pendant un certain voyage scolaire en Espagne. Un jour, je lui ai demandé si elle s’ennuyait au point de tout le temps venir me voir.  » T’as pas d’amie au final si je comprends bien ». Elle m’a foutu la paix. Bref, je valise à 100 %

Boomerang et non victimisation

Ben oui, ton enfant, si tu veux qu’il ne soit plus harceler, il faut lui apprendre l’art de la répartie, parce que venir pleurer dans les jupes de maman ou d’un adulte ne l’aidera jamais. Ma fille a eu un souci comme ça l’an dernier, je lui ai appris quelques répliques qui tue, ça s’est vite terminé. Il n’est pas question de devenir le harceleur et d’inverser la situation. mais de sortir du duel bourreau-victime en devenant son propre sauveur.

Alors certes, tu trouveras peut-être que c’est pas  » bienveillant » de répondre, de rétorquer, de « faire pareil ». Oui, sauf que c’est pas le pays des bisounours et que ton gamin a besoin d »‘avoir du répondant. C’est la vie. Mais il lui faut du répondant, pas se rendre coupable à son tour d’insultes, évidemment, ce qui ne ferait qu’aggraver la situation et provoquer la violence.

Solidarité

Mais rassure-toi : il y a la dernière histoire, quand l’un des gamins se reproche de ne pas avoir défendu une camarde. Parce que la lutte contre le harcèlement, ça passe aussi par la solidarité. le type qui harcèle le fait entouré d’une bande. Monsieur ou Mademoiselle a besoin d’un public, sa caisse de résonance. Et çà le protège aussi. Le harcelé est seul. mais si tu vois quelqu’un harcelé et que tu viens avec lui, tu vas devenir son bouclier, sa caisse de résonance à lui. Solidarité les gars, c’est la meilleure réponse au harcèlement; Pourquoi certains ne vont pas défendre celui qui est harcelé ? Parce qu’ils ont peur de devenir alors la nouvelle cible : même les adultes sont comme ça. Et le harcelé se tait. Donc non, on ne garde pas le silence, oui on s’associe et non on ne deviendra pas la nouvelle cible. Le type en face ou la minette, aura trop peur de s’attaquer à un groupe. Et enfin, on travaille son répondant, ses répliques et ses casses. Vive Brice de Nice ( fait bien avouer qu’il était fort !).

Posture : ancrage, centrage, aplomb

Au début et à la fin du livre, tu trouveras deux tests : pour savoir où tu en es avec le harcèlement et si tu es concerné. Pour savoir si tu as bien retenu les mécanismes de défense proposés par la psy. Les exemples donnent des solutions  » en exemple » mais c’est à toi, à l’ado, d’inventer ta réponse. L’adulte peut lire l’ouvrage pour accompagner l’enfant. Seulement c’est lui qui doit se sentir capable d’assumer sa réponse au harcèlement. le livre est bien illustré, avec un style qui plaira aux ados. J’ai aussi beaucoup apprécié l’introduction et le conseil très simple pour éviter le harcèlement : la posture. Je me souviens d’un  » chef » qui me harcelait il y a quelques années : c’était toujours au téléphone, toujours des mots, jamais de visu. La seule fois où il m’a vu de face, c’était avec son adjointe. Je fais deux têtes de plus que lui. Je suis persuadée que cela joue énormément. Quand j’ai un élève un peu difficile à gérer, je me mets toujours face à lui la tête bien droite même s’il fait trois têtes de plus. Il faut bien écarter les pieds de la largeur du bassin, ne pas ciller, ne pas être en position de faiblesse. Etre bien ancré. D’ailleurs, c’est mon conseil perso : si ton enfant passe pour un faible, fais-lui faire des exercices d’ancrage et de centrage, tu les trouveras évoqués dans beaucoup de méditation en ligne et dans les ouvrages de Mary-Laure Teyssedre. Franchement, c’est un bon moyen de se recharger et d’avoir une posture stable qui en impose à ce genre… de trou de bal que sont les harceleurs. Car n’oublie pas : le harcelé est isolé. mais le harceleur ne vit que s’il est entouré, le centre du monde, de son monde. Il y a beaucoup de  » corporatisme » chez les enfants. Ceux qui sont harcelés sont ceux qui sont différents et n’adhèrent pas à la  » mode » vestimentaire, aux goûts musicaux etc. Mais ce n’est pas au harcelé de changer. C’est plutôt à lui de dénoncer les petits moutons. Et c’est à ceux qui n’adhèrent pas aux comportements des harceleurs de se montrer solidaires, généralement, le harceleur est bête. Il tourne autour d’un seul argument, comme la Gladys larguée par Baptiste. Le harcelé est généralement bien plus créatif. Et dans ce cas précis, jouer son jeu et dore qu’elle avait raison a permis de retourner la situation.

Si tu veux tout savoir, va falloir lire le livre !

Emmanuelle Piquet, Lisa Mandel, Je me défends du harcèlement, Albin Michel Jeunesse, 10 euros

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s