Femme et sorcière, à l’écoute de ses rêves

Ce livre-ci remue, autant te prévenir tout de suite.

La couverture est superbe, l’auteure généreuse et à l’écoute de ses lectrices. Elle a même créé un groupe facebook qu’elle anime avec énergie. Femme et sorcière n’est pas un énième volume sur la sorcellerie. Il ne surfe pas sur la mode actuelle du retour des sorcières, sur ce terme vampirise si j’ose dire. La sorcière n’a rien d’une fille échevelée ( bon OK j’ai les cheveux qui partent un peu où ils veulent, me concernant mais c’est un détail). Bref, je disais, la sorcière n’a rien d’une femme habitée par un esprit démoniaque avec qui elle aurait signé un pacte et qui psalmodierait à longueur de journées des incantations étranges en remuant un faitout plein de bave de crapaud et de sang de tortue avec une patte de lapin. Sors-toi tous les clichés de la tête !

J’avais lu l’an dernier Ame de sorcière d’Oldile Chabrillac, qu’Amala cite en bibliographie. C’est un livre un peu succinct mais qui a le bon goût de remettre les choses à leur place en traçant un historique de la sorcière dans nos cultures. La sorcière au final, c’est une personne, une femme, à l’écoute de la nature et de sa nature, qui sait en tirer les bénéfices avec gratitude, en utilisant plantes, onctions, pierres, astres, qui sait écouter son intuition et vivre au rythme des saisons. Un article intéressant ici. Il y a eu plusieurs livres très bien faits expliquant que ce retour de la sorcière était une façon de se réapproprier les sources du féminisme. La sorcière c’est une femme qui assume son pouvoir, ses pouvoirs.

Bref, c’est une guérisseuse, parfois une accoucheuse, une chaman sans doute, qui fut chasser parce qu’elle portait en elle le pouvoir féminin des premières divinités et que le patriarcat abhorrait. Voilà, je te l’ai fait courte, mais en gros c’est ça. Tu pourras lire Ame de sorcière tu verras, ce livre pose bien les choses et c’est une bonne introduction. le livre d’Amala commence également par une introduction extrêmement documenté sur le sujet, vraiment sérieuse, très pragmatique, et éclairante.

Ce livre s’interroge par ailleurs sur ce qui est femme et ce qui est sorcière en nous, sur la conciliation des deux partis de notre être à travers le parcours initiatique des rêves proposé par Amala. Il y a la vie moderne de la femme et il est impossible du renoncer. Mais il y a aussi cette force, ses pouvoirs de la sorcière qui nous invite à renouer avec une autre temporalité et d’autres valeurs. Le rêve permet d’écouter les messages de la sorcière réfugiée dans notre subconscient. Jung n’est jamais très loin dans ce livre… les neurosciences s’invitent également ici et là. Le rêve est un messager du passé, du présent et du futur, de soi à soi mais aussi un lien intergénérationnel. Il permet d’être maîtresse de son destin.


Le livre de Amala est un manuel qui permet de lire ses rêves, de les interpréter ou plutôtde partir leur rencontre. Car, avant toute chose, elle t’explique comment être disponible pour eux, les accueillir, te mettre en bonne condition. A tel point que j’ai du arrêter ma lecture à mi-chemin parce que je rêvais trop ! C’était très fatiguant et remuant, surtout pour une somnambule comme moi.

Brocéliande

Si Amala te donne des clefs pour mieux comprendre ses rêves et ne pas refouler leurs messages, son livre est aux antipodes d’un dictionnaire, car elle explique bien que chacun porte en soi sa symbolique et ses clefs. Personne ne peut interpréter vraiment le rêve de l’autre à partir de ses symboles à lui. Il faut apprendre à connaître l’histoire de la personne pour y voir clair. Amala offre en consultation ce cheminement, ensemble, mais son livre est avant tout une façon de pouvoir se lire soi-même. Mais la particularité du livre réside aussi dans sa formulation : chaque chapitre commence par le récit des aventures de Vassilissa, une sorte de Cendrillon propre à Amala. Son histoire s’apparente à un conte initiatique qu’il nous faut nous aussi décrypter. Amala propose également, dans son ouvrage très bien structuré, des rituels pour faciliter le rêve, l’appeler, mais aussi structurer sa lecture, en faire une routine, car c’est dans la régularité de la pratique que l’on progresse. Le travail des rêves est un parcours, un chemin vers soi, et non une lecture de codes. Il faut prendre le temps pour gagner du temps et apprendre sur soi. Ne plus prendre sur soi, d’ailleurs pour se révéler.

Sauge

Je te conseille donc vivement cet ouvrage extrêmement riche, bien plus encore que ce que j’imaginais. Loin du folklore et d’une sorcellerie de l’accessoire, cette sorcellerie-là te demande uniquement de regarder en toi-même.

Femme et sorcière, acheter ici :

Femme et Sorcière

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s