En route pour l’autonomie alimentaire

Alors ce livre-là, je pense que tout le monde devrait se l’arracher en temps de confinement ! Et la bonne nouvelle, c’est que Terre vivante livre !!!! François Rouillay et Sabine Becker propose un guide pratique à l’usage des familles, des villes, des territoires pour devenir autonome alimentairement.

Si tu y réfléchis bien, c’est quelque chose qui nous quand même percuté la face en début de confinement : nous devons acheter tout ce que nous mangeons. Mon pépé, qui avait 5 ou 6 jardins était quasiment autonome alimentairement parlant. Il utilisait son eau de pluie, grâce à de très nombreux fûts posés ici et là, reliés aux gouttières des maisons. Il produisait assez de salade pour ne jamais en acheter, des tomates pour consommer et faire des bocaux. Des confitures à foison jaillissaient des cuisines et des fruits encore et encore se mangeaient crus, en tartes, en sirop, en compote. Nous, ben nous, on se réjouit de 10 groseilles et 15 fraises le soir en été.

Tout passe par le respect du vivant, de la terre, de la nature. Et un changement de cap. Réinvestir des lieux abandonnés comme des terrains de tennis qui ne servent plus et en faire des potagers pédagogiques, Tout petit pas est le bon. Comme pour ces potagers à partager que l’on voit dans le fil demain et qu les auteurs évoquent eux aussi. Tout commence par un journal de bord : noter ce que l’on mange, sincèrement. Et faire le constat de tout ce qui s’achète et de tout ce qui pourrait être produit par nous-mêmes. Qu’as-tu cuisiné ? Avec quoi ? Les auteurs t’encouragent à faire ce bilan, cet état des lieux puis à trouver des solutions. La permaculture est la clef, mais aussi la mise e réseau et le réinvestissement de l’espace urbain par la nature,; grâce à l’homme qui l’en a pourtant chassé. Rassure-toi, donc, tu n’auras pas à aller en campagne pour cultiver ton jardin. Tu vas faire autrement. Les auteurs parlent carrément de permathérapie , le respect du vivant pour te soigner toi, en somme. C’est une logique de la nature qui nous place dans le cercle et non au-dessus. C’est un cercle vertueux :  » La permathérapie est un mot que j’ai créé pour définir le processus qui consiste à prendre soin de Soi, de l’Autre et de la Terre, pour aller observer et soigner en quelque sorte, la qualité de la relation que nous entretenons avec nous-même et en conséquence avec les autres et avec la Terre. » ( Sabine Becker)

Ma sauge à moi , ma menthe à moi !

Au centre de l’ouvrage tu trouveras la feuille de route des 21 actions à mener. Alors évidemment je kiffe puisque je fais faire à mes élèves un ten level student chaque année. Tu peux également télécharger cette feuille de route ici.

Les étapes sont toutes détaillées mais davantage pour l’aspect démarches et le côté philosophique que l’aspect pratique. Bref, ce n’st pas le livre du jardinier Nicolas ni de Maïté aux fourneaux. On te donne plutôt des pistes pour réfléchir et mettre en oeuvre, dans une démarche de globalité. C’est un ouvrage très intéressant à étudier, pour réfléchir, sur ce que cela veut dire philosophiquement parlant, éthiquement parlant : être autonome alimentairement parlant c’est être maître de sa vie, c’est être responsable de soi et de sa subsistance, c’est savoir ce qu’on ingère, de quoi l’on se nourrit, et cette nourriture terrestre se répercute sur notre santé mais aussi notre psychisme. On a clairement vu les dégâts du sucre et des additifs sur nos vies. Je ne sais plus dans quel film j’avais vu le témoignage d’une femme qui disait qu’elle se sentait une force incroyable de savoir faire pousser ce qui la nourrit. C’était peut-être dans demain, ou sur le blog de la salade à tout. je ne sais plus. mais j’aime cette idée. Même si nous en sommes très loin, nous cherchons des solutions pour  » faire pousser ». Il faut dire que cette période de COVID ne peut qu’être propice à ces réflexions; Comment survivre, vivre même pleinement et bien, ne plus être dépendant des supermarchés ? On se sent démunis, quand on ne sait rien faire pousser.

miam miam


Alors, dans un premier temps, je me suis mise à faire du pain, faire mon levain ( en cours …) cuisiner davantage; mais il reste bien des éléments que l’on peut produire soi-même, et nous sommes largement en dessous de nos possibilités. Il faut du temps, aussi, c’est vrai. mais nous sommes maîtres de ce que nous faisons de ce temps. On ne peut pas dire que notre famille le dilapide en sorties, ce qui nous rend le confinement très peu désagréable. On ne sortait pas de toute façon. ON travaille énormément en revanche… Il faudra trouver des moments pour le jardin. mais c’est en cours… ça mature dans nos têtes…

le site des auteurs : http://www.autonomiealimentaire.info/permatherapie-le-respect-du-vivant/

Téléchargez ici gratuitement son calendrier de sasion : http://www.infoenergie-auvergnerhonealpes.fr/marqueblanche/wp-content/uploads/2018/06/20160209_VIS_calendrierFL_promotion_IERA-1.pdf ou ici http://www.brindecampagne.com/media/1302/calendrierfruitsetlegumes.pdf

TROUVER LE LIVRE ICI : commande possible en confinement

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s