Publié dans Apprendre, Défi des cent jours, Le quotidien

Mary Laure Teyssedre : la révélation

Mary Laure Teyssedre

Mary Laure et moi…

Quand j’ai commencé mes recherches et que je me suis engagée sur la voie du développement personnel et de l’énergétique, un nom est très vite revenu  à mes oreilles et sous mes yeux : Mary Laure Teyssedre. Cette auteur a écrit sur la loi d’attraction, l’abondance, l’ancrage énergétique, le changement de vie, pour te cite les 4 grands axes de ses publications. C’est une pratiquante Reiki, mais surtout, ce qui m’a interloqué, c’est que cette personne a suivi les enseignements de  Barbara Ann Brennan aux USA. C’est une formation sur l’énergétique en trois années, on ne peut plus sérieuse et pragmatique. Les livres de Mary Laure Teyssedre m’apportent la part de science et de raison qu’il m’est nécessaire, une part de techniques pour garder les pieds sur terre dans un domaine ( que ce soit le développement personnel ou les soins énergétiques ) dans lequel tu peux vite perdre pied.

Lire la suite de « Mary Laure Teyssedre : la révélation »

Publicités
Publié dans Défi des cent jours, Le quotidien

Défi alimentation 100 jours : bilan 75e jour

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je ne t’ai pas trop causé du défi alimentation sur le blog. je suis au 80e jour mais je dois t’avouer que ça ne se passe pas du tout comme le défi magie. Avec le défi magie, j’étais très assidue, je faisais partie des participantes les plus régulières sur le forum et j’étais à fond tous les jours. Cela a réellement tout changé pour moi, ou plutôt cela m’a ramené à l’essence cde moi-même.
Pour l’intuition, j’ai lâché l’affaire très vite, ça ne m’apportait rien.

Et me voilà lancé depuis le 7 juin dans l’alimentation. je devrais être au 91e jour et je ne suis qu’au 80e. je n’ai pas fait tous les défis du jour, je n’ai pas toujours été assidue, j’ai même lâché l’affaire une semaine entière en vacances. J’avais le sentiment de ne pas faire les choses très sérieusement et que cela ne m’apporterait pas autant. ET puis ce matin, j’ai quand même fait le bilan.

Lire la suite de « Défi alimentation 100 jours : bilan 75e jour »

Publié dans Défi des cent jours, Vive La nature !

Sur la route du kéfir

IMG_20170622_115441Avec un titre pareil, tu penses sans doute que nous partons pour un périple de plusieurs semaines dans le Caucase. Mais tout ce qui va t’être raconté se passe dans la cuisine… et au pays incroyable de ton intestin. Bon, on va peut-être se passer du périple intestinal finalement.

Cette année, il est sorti un nombre impressionnant de livres sur notre deuxième cerveau, l’intestin, qui comprend autant de neurones ou plus que le cerveau. Je n’en ai lu aucun. J’ai toujours su que mon ventre parlait et pensait et ce depuis toute petite. ce que je ne disais pas, mon ventre le hurlait. J’ai toujours eu mal au ventre, depuis la petite enfance. Attribué à la peur de l’école, ce mal de ventre était sans doute rassurant pour ma mère qui croyait que j’avais peur de la quitter. Franchement j’ai de gros doutes j’ai toujours adoré l’école. Cependant, j’ai toujours eu mal au ventre avant de grands événements, des examens, des spectacles et surtout quand j’étais en désaccord avec mes proches. ce mal de ventre s’est installé, et depuis c’est soit mes douleurs aux lombaires, abominables, soit lui qui se tort de douleur, qui me réveillent.  Ajoutons à cela des antécédents de cancer du côlon, effectivement, j’ai envie de prendre soin de ce ventre !

Lire la suite de « Sur la route du kéfir »

Publié dans Défi des cent jours, Le quotidien

 

Je te propose une recap de les 4 premiers jours de défi qui se passe très calmement sans difficulté, mais sans grosse euphorie :  on a déjà tellement préparé le terrain que j’ai déjà mis pas mal de choses en place ces dernières semaines comme une invasion fruitière de la cuisine, des smoothies, du temps à cuisiner… L’été est quand même une saison facile pur mieux manger.

Jour 1: mes intentions

J’ai décidé que mes intentions seraient :

_ manger plus sain et mieux

_ manger plus équilibré

_ perdre du poids ( 4 kg)

_ éviter le gras

_ avoir conscience

_ chercher des aliments bons pour la santé, qui soignent

_ manger chaman

_ moins grignoter, moins de sucre, moins de chocolat

_ plus d’exercice

_ tenter le tai chi

Jour 2 : tableau de visualisation

J’ai aimé faire ce travail de collage car j’adore le journal créatif. Je commence à avoir plusieurs pages de tableaux de visualisation.

 

Cette fois j’ai centré sur l’alimentation et la nature.

19260282_10154849845104482_7854435017710653378_n.jpg

19274959_10154849844614482_7849453584042796058_n

19224840_10154849845319482_2845313111033152455_n.jpgJour 3 : manger en conscience

Ce n’est pas toujours facile. Je cuisine davantage en conscience que je ne mange en conscience. J’aime lire ou discuter en même temps que je mange. cependant j’adore prendre mon temps sur le fromage et surtout sur les desserts. J’ai pris mon temps pour déguster mes fruits et ma crème. cela dure et on mange moins. J’aime regarder les textures surtout, et les éprouver. En plus, nous en avons en très petite quantité dans le jardin, on prendre donc plaisir à manger nos trois fraises chacun.
En revanche  j’ai bien nagé en pleine conscience, faut dire que je ne l’avais pas fait depuis une éternité ( nager).

Cela va faire plus d’un an que je médite ou que je fais de l’hypnose chaque jour ou presque ( rares sont les jours sans).

19260348_10154849845379482_8318175710122689460_n.jpg

Jour 4 écouter son corps

Mon corps me prévient toujours quand quelque chose ne va pas. A chaque fois que je ne l’ai pas écouté ça a très très mal fini ( la pneumonie de cet hiver, te souviens-tu ? Moi en ce moment de canicule et de pollution, je me souviens très bien, je respire très mal). J’arrive également à visualiser et à décrire ce que j’ai dans mon corps. Evidemment, les médecins en ont rien à carrer. Dommage parce qu’on trouve toujours ce que je vois.
je suis également mes envies alimentaires. Il y a toujours une bonne raison. En ce moment je me fais des smoothies tous les jours et l’apprivoise mon robot. J’ai aussi des envies de pois chiche, je fais des recettes et je me suis rendue compte qu’il était très riche en potassium et magnésium. On le conseille également pour lutter contre le cancer colcorectal. Chouette. Je mange beaucoup plus de légumes et de fruits et je limite au maximum de gluten. Je sais que je ne suis pas intolérante mais quand même, j’ai remarqué que j’avais davantage mal au ventre en mangeant du gluten. J’ai acheté trois farines différentes.

Mon corps me dit aussi de se méfier de la chaleur alors je vais te laisser… A bientôt pour un nouveau bilan et surtout… Pour une nouvelle découverte pour mon corps … un truc qui va faire du bien et que je m’en vais de ce pas préparer et prendre en photo pour toi… surprise surprise !

19105905_10154829808269482_4486964677498627643_n.jpg
Je te parlerai aussi bientôt de mes petits dessins…
Publié dans Défi des cent jours, Le quotidien

Défi alimentation : 17 juin, au départ !

Bon, je dois te dire que j’ai mis fin au défi intuition à peine au bout de dixjours. Je m’ennuyais. On m’avait prévenue qu’il était beaucoup moins fun que le défi magie et franchement c’est peu de le dire. Non seulement il n’est pas fun, répétitif et barbant mais il ne comprend pas d’exercices concrets de travail de l’intuition. Je pense très prochainement m’acheter un autre support de travail comme un cahier d’exercices ou des cartes  » les portes de l’intuition » ou un autre du genre comme « message de ton esprit ».

Non, franchement,  le défi intuition, peut-être parce que je l’écoute déjà beaucoup, ce n’était pas pour moi. Faut dire que j’arrive à prédire les choses entre quinze jours et un an à l’avance en datant ( oui, je précise la date) et je peux arriver à savoir un truc pour la journée pu le lendemain… je cherchais quelque chose de bien plus avancé que ça !

Bref, me voilà donc dans les starting-block avec toutes mes copains ( et les copains) pour le défi alimentation. Ben oui, l’alimentation, c’est toujours compliqué pour tout le monde, je pense.

Lire la suite de « Défi alimentation : 17 juin, au départ ! »

Publié dans Défi des cent jours, Le quotidien

Jour 1 : les certitudes

Ça y est, je suis dans la saison 2 de mon défi des 100 jours, cette fois sur le thème de l’intuition. Ce premier jour m’a beaucoup parlé, puisqu’il était question des certitudes. Ces certitudes qu’on nous inculque dès l’enfance et même parfois avant même notre naissance. Tu sais, ces petites phrases qui font sentence ou proverbe dans une famille, ces vérités anodines que l’on dit à tout bout de champ et parfois même en pensant que c’est tout à fait gratuit, sans conséquence.

Par exemple, dans ma famille, le travail n’est perçu comme honnête et réel que s’il est lié à une fatigue et une souffrance physique. Inutile de te dire que je suis une grosse feignasse depuis ma naissance. J’ai fait des études et je suis la seule à l’avoir fait. J’aime lire, et écrire, et dessiner. Et le théâtre. Que de choses purement inutiles.

Je ne dis pas que quelque fois cela n’a pas été appréciée, je dis en revanche qu’on a toujours tout fait pour me rappeler que cela n’avait rien à voir avec un  » vrai travail » un travail  » de vrai travailleur  » comme tu peux l’entendre en ce moment à la télévision. Pourtant dans mon travail, on en bave et j’ai vécu de sacrées épreuves en 2005. Etant donné les réactions de ma famille, je suis obligée de taire leurs propos.  Dernièrement, j’ai vécu d’autres épreuves personnelles et honnêtement j’ai préféré ne pas avoir ma famille à proximité : cela aurait été pire. Rien ne compte dans ma vie selon eux, si ce n’est eux. Ils devaient être ma priorité. Je devais passer après eux dans l’ordre de ma vie. Alors pour avoir une vie, j’ai fui.

Et puis, j’ai le malheur d’être fille unique. Sache -le, les enfants uniques sont des feignasses, égoïstes, pourris gâtés, et donc branlent rien. Personnellement je suis devenue individualiste et solitaire par la force des choses. Enfant unique, tu apprends à ne compter que sur toi et à être mis à l’écart. Tes copines préféreront toujours leur frère ou leur sœur. Et toi tu ne connaîtras jamais ça. Donc oui, tu deviens perso parce que tout le monde t’as appris à jouer perso. On ne naît pas enfant unique. On le devient. Et surtout on porte sur soi l’égrégore des enfants uniques : un ensemble de pensées à la con que tout le monde véhicule sans que ce ne soit jamais prouvé. Tu arrives quelque part et paf, tu es catalogué. Tu me diras c’est pareil quand t’es immigré, noir, handicapé… C’est vrai, ce sont les égrégores, çà colle à tout.

Du coup, cela pose des questions sur ce que nous pouvons nous-même véhiculé comme sentences, comme certitudes qui vont barrer la route des rêves de nos enfants.
L’important c’est d’arriver à se démarquer de tout ça. De ne pas se faire enfermer par des paroles et des pensées qui ne sont que des paroles et des pensées.  J’ai longtemps été enfermée par ces paroles, je les entendais résonner dans ma tête plus fort que mes propres pensées. Dès que je faisais un truc en rapport avec ça, j’entendais ces pensées. Ca les faisait grossir encore plus.

Dans le même temps, j’ai toujours entendu dire  » il n’y a pas de sot métier ». C’était une façon pour eux de valoriser les métiers manuels ou ingrats. Et bien aujourd’hui je réponds : non , il n’y a pas de sot métier, et c’est valable pour moi aussi.

J’ai d’autres fausses certitudes ancrées bien profondément, sur l’argent, la santé, le sens de la vie, ce qu’on doit faire, ce qui est important, le sens des priorités , le mal, le bien. Par exemple, dès qu’un événement arrivait, on n’en voyait que les aspects négatifs. En particulier les aspects négatifs concernant le point de vue d’une certaine personne qui ne voyait le monde et notre vie que sur son centre à elle. Qu’on ne vienne pas me parler d’égocentrisme, j’ai vécu avec quelqu’un qui maîtrisait très bien. Tu lui annonçais un truc bien pour toi, si jamais elle pensait que ça allait lui nuire, elle le détruisait à belles dents.

Aujourd’hui j’ai réussi à avoir mon propre système de valeur, être en congruence. Ne pas me laisser parasiter par le système des pensées des autres, qui m’éloigne de moi.  Si tu savais le nombre de personnes qui viennent à moi pour me faire faire des trucs pour eux, à leur place, parce que ça les arrange, et gratuitement en plus.

Je ne veux plus obéir à des gens qui viennent me créer des priorités qui les arrangent et qui viennent me pomper l’air au sens littéral. Ma priorité, je la connais, elle a deux têtes et plein de boucles dans les cheveux. FB_IMG_1490873617427.jpg

 

Publié dans Défi des cent jours, Le quotidien

L’impermanence et l’équanimité

51ojzx2vj8lCette semaine, il y avait un défi sur le thème de l’impermanence. Le fait que les choses ne sont pas là pour durer indéfiniment et qu’il faut accepter leur fin parce qu’elles annoncent quelque chose de nouveau. Le changement c’est al vie. Tu te doutes que je me suis bien marrée : le défi consistait à … désencombrer. LOL PTDR et alii .com

La méthode qui a révolutionné ma façon de faire le ménage le rangement c’est la méthode Flylady j’avais déjà fait la méthode Marie Kondo pour débarrasser la maison de tout ce qui était encombrant : j’ai libéré comme ça la moitié de mon vaisselier dans lequel j’ai pu mettre toutes mes affaires de création. Une chose que j’ai changé et qui fait partie de la loi de l’impermanence, c’est qu’avant j’ai acheté pas mal de choses utiles désormais si j’achète de lutte il faut que ce soit aussi jolie et en général je donne plutôt la priorité aux objets jolis.

Sinon j’essaie de changer des petites habitudes du quotidien qui peut changer beaucoup de choses. Je pense que dans notre comportement il y a des petits trucs qu’on a fait une fois deux fois et qui deviennent finalement une habitude, puis un trait de caractère je suis tout à fait d’accord avec ça par exemple avec les enfants une façon de réagir à chaque fois sur quelque chose qu’ils font et que l’on doit changer. J’essaie d’y travailler tous les jours, mais c’est pas facile.

Le lendemain de ce jour, c’était  la loi de l’équanimité et ça c’est quelque chose de difficile pour moi parce que moi je veux tout le temps tout changer : le fait d’accepter ce qu’on ne peut pas changer et de faire la paix intérieure ça va être très difficile !

Accepter, faire avec… il y a bien des choses que j’accepte sans même chercher à changer comme l’ambiance au travail. mais en général je pense toujours que l’on peut être responsable d’une part de la situation. Par exemple, pour cette ambiance, j’ai été tentée plusieurs fois d’apporter des brioches. Ou l’état de méchanceté de certains élèves, j’essaie de sauver quelque chose. Bref, je ne suis pas passive alors j’attends qu’avec le temps je comprenne mieux cette loi d’équanimité…

Du coup je me suis fait des pages de récapitulation, de tous les défis journaliers pour pouvoir y revenir après le défi…

A suivre !

Publié dans Défi des cent jours, Le quotidien

L’émerveillement

16807662_10154506196734482_2420588207232549981_nUne des clefs de la joie et du bonheur c’est de s’émerveiller. Quand tu lis les bouddhistes, les méditatifs, les philosophes, le meilleur moyen d’être heureux ou plutôt de sentir le bonheur c’est de s’émerveiller.  Le bonheur c’ e n’est pas un bilan, ce n’est pas un état, ce n’est pas une finalité, c’est une sorte de constat que tu fais quand tu t’arrêtes deux secondes dans ta vie. Un état. Un état méditatif de pleine conscience, sans calcul.  Et le meilleur moyen de faire ce constat c’est de s’émerveiller. Bon évidemment, quand tu es tordue comme moi tu as d’un coup très peur de tout perdre, alors il faut travailler ta pleine conscience, ne pas penser à la troisième guerre mondiale et à la faim dans le monde, juste profiter. Accepter de regarder comme si c’était la première fois et ne rien calculer par rapport au futur. Juste faire ce constat. C’est difficile. Des fois, le mieux, c’est de ne rien savoir du monde qui t’entoure. ca doit être ce qui pousse à vivre en Hermite. Si tu veux vraiment pratique m’émerveillement, le mieux c’est d’imiter un enfant. Tu prends ma fille cadette par exemple. Ce sont des oooooooh et des aaaaaaaah pour une herbe qui pousse ou un gravier qui brille.

L’argument qui revient souvent dans la bouche de ceux qui ne veulent pas avoir d’enfant c’est  » la vie est tellement moche ». Alors je vais te dire justement, si tu trouves la vie moche, rapproche-toi d’un enfant ou fais un enfant. Tu verras ils arrivent à faire de la vie un truc beau même quand il n’y a rien à regarder. Le spectaculaire en règle générale leur passe au-dessus. Tu es l’idiot qui regarde le doigt, eux ils voient le Nirvana dans une flaque d’eau. Tu n’imagines pas le potentiel de joie que contient un tas de graviers sur une route : les prendre, marcher dessus, les observer, les récolter, les comparer, les regarder au soleil, les aligner, dessiner dessus… Et toi, tu voyais des graviers. Il n’y a pas meilleur méditatif qu’un enfant. Le temps présent seul compte. La pleine conscience c’est sa vie. Et l’émerveillement  est sa seule façon de voir le monde.

Publié dans Coups de gueule, Défi des cent jours

Des livres mal lus au grand n’importe quoi

Malala-Quote-10_10-TwitterAlors tu vois, moi je suis du genre à aller lire par moi-même  pour essayer de comprendre.

Quand en 2002 Le Pen est passé au second tour, j’ai lu son site internet. D’ailleurs à l’époque ma mère me disait  » C’est dangereux tu vas te faire embrigader » ben oui je suis conne figure-toi.
Un jour, une amie m’a révélé être témoin de Jéhovah. J’ai tenté de comprendre encore.  J’ai lu.
Dans les deux cas je n’ai pas cherché à comprendre leurs points de vues. Non. J’ai cherché à comprendre comment on pouvait séduire les gens, comment on pouvait faire passer des idées pourries , farfelues, dangereuses, auprès de personnes avec un cerveau en marche.
Pour le Pen, je vais te dire c’est facile : il prend ( elle prend dorénavant) une idée vraiment populaire, une idée rejetée connement par les autres partis. Par exemple, la fin du collège pour tous. Idée complètement rejetée par Najat alors qu’il est EVIDENT que si on veut se sortir de cette école de l’échec et de la foutaise, si on veut arrêter de former ( déformer ? ) des pleutres et des feignasses il FAUT plusieurs collèges car nous avons plusieurs publics. Donc elle prend cette idée et tout le monde vote pour elle, et derrière cette idée, elle cache des idées de merde carrément dangereuses.

Pour Jéhovah, c’est pareil : certains propos sont tout à fait censés. Et justifiés. Mais ils vont servir à justifier à leur tour des aberrations et des pratiques dangereuses comme le refus de soin médicaux. Par exemple, dire que Dieu a un  » plan » et que la maladie est une épreuve qui va nous faire grandir. OK. mais de là à ne pas se soigner faut quand même être con. Ben pas pour Jéhovah.

L’erreur, c’est de ne pas lire ces personnes, de ne pas les écouter. Parce que quand tu les confines, quand tu les  » condamnes » au silence et à l’obscurité, tu joues leur jeu:

_ tu les victimises

_ tu permets à leurs idées de rester obscures et donc tu leur permets de faire percer que ce qu’ils veulent puisque leur temps de parole est court

_ tu permets surtout à une poignée d’interpréter pour les autres et donc de te manipuler. Rassure-toi, si tu lis des prospectus de Jéhovah tu ne seras pas sous hypnose ( encore une idée très intelligente de ma famille).
Il faut arrêter de diaboliser ces gens : on joue leur jeu. On fait en sorte de limiter la compréhension et la connaissance de leurs idées. Là est le danger. On va alors les choisir, voter pour eux, sur Une idée pour 56 idées dangereuses. Plus ils parleront plus ils diront de conneries.

Il faut toujours comprendre les choses par toi-même, il faut toujours lire par toi-même.

J’en viens à un autre exemple, plus personnel. Il y a eu deux fois dans ma vie où j’ai rencontré quelqu’un qui pensait qu’une personne malade PROVOQUAIT SA MALADIE, faisait exprès d’être MALADE pour  » emmerder le monde » et  » attirer l’attention ». Je cite. Ces personnes avaient lu des livres sur la théorie de la responsabilité du malade dans sa maladie. Tu trouveras ces thèses dans des bouquins sur AORA ou HO’OPONOPONO et bien d’autres. Le plus célèbre des médecins qui en parlent c’est Luc Bodin, anagramme de Bidon, c’est facile, mais en vrai il a un bouquin sur l’auto-massage trop génial, et donc non ce n’est pas LUI le problème.

Je me suis dis qu’il faudrait quand même aller lire pour comprendre si vraiment il y a quelqu’un qui a justifié une telle théorie.
NON, personne n’a JAMAIS écrit dans ces bouquins que tu PROVOQUAIS ta maladie et encore moins que c’était pour ATTIRER L’ATTENTION et FAIRE CHIER LE MONDE

JAMAIS.

Ce que ça dit c’est que la maladie frappe sur une de tes faiblesses. Tu n’as donc pas provoqué ta maladie, ni l’apparition du virus, d’une bactérie, d’un cancer. Non, tu n’as absolument rien provoqué. Tu as une faiblesse physique qui s’est créée parce qu’il y a en toi quelque chose psychiquement qui alimente cette faiblesse physique. le psychique influe sur le physique. Le même virus frappe quelqu’un à la gorge et son voisin aux sinus. Il y a une raison pour que cela donne une gastro chez un 3e. Ces trois personnes ont été frappées par le même virus mais avaient trois faiblesses différentes. Ce qui disent ces théories, c’est qu’il faut arriver à soigner le corps par l’esprit ( ou par l’énergie, comme dans le Reiki qui pense que la maladie est un mal qui dit ) et donc prendre conscience que cette maladie a une signification, elle te prévient d’un truc. Une maladie n’est pas « bonne » en soi, mais il est bon de l’analyser pour que ce malheur soit instructif et que tu en ressortes plus fort. Quant à croire que c’est pour attirer l’attention, il n’y a que des égocentriques trop préoccupés de leur vie pour aller pondre un truc pareil. On ne fait pas un cancer ou une pneumonie pour attirer l’attention. Cela me fait penser aux mères qui disent  » il m’a fait la varicelle, ça m’a bien pourri l’été ». ah ah ah. Oui, il fait sa varicelle, et en plus c’était juste pour te faire chier.

une maladie peut être bonne si elle enseigne

une maladie n’attire pas l’attention, elle diminue

une maladie n’est pas provoquée par le malade

une maladie en revanche apparait là où il y a faiblesse et c’est en cela qu’elle peut être signe de quelque chose.

une maladie récurrente ou chronique peut donc bien être le signe d’un problème psychique

Cela  dit également que tu es 100% responsable de ce qui t’arrive. Cela t’arrive pour t’apprendre quelque chose. Et tu es responsable non pas dans l’événement en soi  mais dans ta façon de le recevoir et de le vivre. C’est comment tu vas le vivre comment tu peux apprendre de cela qui est important.

Par conséquent si tu penses que ta femme a un cancer pour te faire chier, ça veut dire plus de choses sur toi que sur ta femme. Tu vies cela pour toi, personnellement ? Très bien, alors dis-toi que la coupable ce n’est pas ta femme. Ce n’est pas non plus le cancer. Il n’y a qu’un responsable dans la façon que tu as de concevoir les choses, c’est toi. Toi qui as réussi à ramener ce cancer à ta petite personne ce qui me conforte dans l’idée que si tu crois que ta femme  a besoin d’attirer l’attention sur elle c’est que tu ne lui en donnes aucune.

Aora  ou Ho’oponopono ou tout autre pratique peut être intéressante, mais ne laisse personne te dire ce qu’elle contient. Va lire toi-même. Je ne vais donc pas m’étendre d’avantage, je te dirai juste que si cela te semble intéressant va lire. Si quelqu’un essaie de te manipuler en évoquant ces théories, va lire. Si quelqu’un veut t’inciter à devenir musulman Jéhovah ou taoïste, va lire. Fermer les yeux et être ignorant ne t’apportera qu’une faiblesse  alors que te cultiver sur le sujet te donnera les moyens de savoir et d’argumenter.
Toute théorie, toute pratique peut être manipulée à de mauvaises fin comme l’a été la philosophie de Nietzche par des nazies.
On peut toujours justifier son égocentrisme et sa méchanceté par des théories bidouillées.
Lis par toi-même, documente-toi. Ce serait dommage de condamner une théorie intéressante qui pourrait t’aider juste parce que … tu as rencontré quelqu’un de mauvais.

 

 

 

 

 

Publié dans Défi des cent jours, Le quotidien

Bilan des 12 jours: croire

DSCN5999.JPG

Des pas sur le sable

 

Une nuit, j’ai eu un songe.
J’ai rêvé que je marchais le long d’une plage, en compagnie du Seigneur.
Dans le ciel apparaissaient, les unes après les autres, toutes les scènes de ma vie.

J’ai regardé en arrière et j’ai vu qu’à chaque période de ma vie,
il y avait deux paires de traces sur le sable:
L’une était la mienne, l’autre était celle du Seigneur.

Ainsi nous continuions à marcher,
jusqu’à ce que tous les jours de ma vie aient défilé devant moi.
Alors je me suis arrêté et j’ai regardé en arrière.
J’ai remarqué qu’en certains endroits,
il n’y avait qu’une seule paire d’empreintes,
et cela correspondait exactement avec les jours les plus difficiles de ma vie,
les jours de plus grande angoisse,
de plus grande peur et aussi de plus grande douleur.

Je l’ai donc interrogé :
 » Seigneur… tu m’as dit que tu étais avec moi tous les jours de ma vie
et j’ai accepté de vivre avec Toi.
Mais j’ai remarqué que dans les pires moments de ma vie,
il n’y avait qu’une seule trace de pas.
Je ne peux pas comprendre
que tu m’aies laissé seul aux moments où j’avais le plus besoin de Toi.  »

Et le Seigneur répondit :
 » Mon fils, tu m’es tellement précieux ! Je t’aime !
Je ne t’aurais jamais abandonné, pas même une seule minute !
Les jours où tu n’as vu qu’une seule trace de pas sur le sable,
ces jours d’épreuves et de souffrances, eh bien: c’était moi qui te portais.  »

Ademar De Barros