Publié dans Apprendre, Avant t'avais des principes..., Le quotidien, Livres

Les cinq clefs d’une éducation réussie : le miracle !

IMG_20180419_164033.jpgCinq clefs d’un éducation réussie  n’est pas une bible avec des préceptes préétablis que tu dois absolument appliquer au risque d’être traité de parent indigne. Non. Mélusine Harlé fait partie de la Fabrique Spinoza et travaille sur le bonheur, elle est docteur en comunication. Par conséquent, son livre répond à toutes mes questions, et va exactement dans le sens de ce que j’attendais depuis des lustres (5 ans). Du coup, après une lecture avec l’exemplaire de la médiathèque, je l’ai commandé pour le relire, le pratiquer, le consulter. Car en vérité, c’est un livre de pratique et de construction. Rien ne t’est imposé. On t’explique juste les bonnes bases et surtout on t’apprend à te poser les bonnes questions. On ne va pas te dire comment faire, on t’apprend à décider ce que tu veux faire.

Lire la suite de « Les cinq clefs d’une éducation réussie : le miracle ! »

Publicités
Publié dans Apprendre, Développement personnel, Le quotidien, Livres

Trouver sa façon d’éduquer et réussir

Tu te rappelles peut-être mes résolutions de début d’année. Il y en avait une à laquelle je tenais sans vraiment y croire : je cherchais un autre moyen d’éduquer les filles que l’éducation bienveillante, en plein échec, sans pour autant tourner vers l’autoritarisme (que nous vivons toutefois en ce moment pour survivre à la crise de la petite). Je me suis donc lancée dans de nombreuses lectures et j’ai rencontré une ancienne instit qui m’a permis de discuter avec elle de tout cela : L’éducation positive ou bienveillante …

IMG_20180303_195310

Tu as remarqué le singulier ? Oui. Bien. C’est un leurre.

Lire la suite de « Trouver sa façon d’éduquer et réussir »

Publié dans Le quotidien, Livres, Recette

Et si on réduisait le sucre ?

IMG_20180404_155622.jpgOn va tenter de réduire le sucre.

Franchement, c’est le genre de défi que je sais perdu d’avance mais je me dis qu’on peut déjà tenter de réduire un petit peu par-ci par-là avant de crier au régime zéro sucre. Déjà, question viande et compagnie je suis flexitarienne. Ça ne me viendrait pas à l’idée de ne pas manger de cochon par exemple, parce que j’aime trop ça.

Le sucre et moi c’est compliqué. Pas le sucre à proprement dit : je n’en mets plus nulle part, sauf dans les gâteaux, je préfère le sucre complet ou roux, je mets du miel dans ma tisane parce que j’ai des soucis de gorge en permanence. Le sucre bonbon, bof : je ne cours pas après. je ne pense pas à en acheter en dehors des fêtes d’anniversaire de mes filles. Je ne mets pas de sucre sur mes fruits.

J’ai déjà réussi l’an dernier à réduire de beaucoup la consommation de crème ( j’en mettais dans tous les plats) et nous limitons certaines sources de sucre   :

_ les boissons sucrées. Je consomme du cranberry et du thé glacé. Il y a de temps en temps du jus en brique à la maison. Je préfère presser des oranges, Les filles boivent de l’eau en dehors des fêtes.

_ Les goûters. C’est la plaie pour moi. J’ai donc remplacé le plus possible mes amies kit kat par des graines des noix, des amandes… C’est bon. mais il m’arrive encore de craquer par gourmandise. J’avoir tout de même avec bonheur ne plus descendre les barres chocolatées autant qu’avant. Ouf !

_ les plats cuisinés industriels. Nous n’en prenons presque plus.

Mais, voilà, moi , mon ennemi c’est le CHOCOLAT !

Je n’y renoncerai jamais, même pas besoin d’essayer.

Alors que faire ? Traquer le sucre invisible !

IMG_20180404_155732.jpg

Je me suis armée d’un petit bouquin sympa des éditions LEDUC.S format poche : Mes petites recettes magiques, zéro sucre.
Anne Dufour et Carole Garnier ont écrit un ouvrage qui ne limite franchement pas à une compil’ de recettes ! Dans la première partie, elles font le point sur tous les méfaits du sucre et tous les bienfaits de sa limitation. Plus en forme, meilleure digestion, haleine plus agréable, moins de caries et j’en passe. Sans parler des enfants et de leur énervement, de leur addiction très jeunes.

Anne Dufour et Carole Garnier parlent des sucres cachées et des taux de sucre un peu partout ( des boissons, aux sauces préparées en passant par les gâteaux apéritifs et les boîtes de petits pois), mais elle font également l’apologie des fruits et ne se lancent pas dans une campagne fanatique du zéro sucre. Elles ne sont absolument pas culpabilisantes ni extrémistes.

J’ai bien apprécié leur plan en 4 semaines avec un défi par jour pour faire basculer nos habitudes vers le zéro sucre.
Je citerai :

  •  se préparer des petits encas de goûter nature et fuir le distributeur
  • s’armer de cannelle pour les yaourts
  • acheter de très bons thés ou infusions qui ne nécessitent pas de sucre

J’ai aimé  :

  • leurs idées de petits repas faciles, surtout la liste de petits déjeuners sans sucre ou peu de sucre faciles à faire.
    les recettes sympas et pas compliquées. Parce que c’est bien gentil mais ce n’est pas parce que je veux arrêter le sucre que j’ai plus de temps.

img_20180404_155653.jpg

J’ai moins aimé :

  • Le fait qu’elles disent qu’on perd du temps en prenant des plats tout faits parce qu’il faut aller courir ou faire d sport après pour perdre les calories : le sport, Carole et Anne, ça ne sert pas à dépenser des calories. On maigrit peu. En revanche, on prend de la masse musculaire, on s’assouplit, on gagner en tonicité, en résistance aux microbes. Bref, le sport a plein d’autres avantages que la perte de calories. Sans parler du ventre, qui certes stocke le sucre mais surtout par le fait des hormones. Je suis un bon exemple : je suis mince de partout sauf de là, et même en réduisant le sucre, et en faisant du sport,  je perds de partout, sauf de là !
  • Parler uniquement du marché pour faire des courses saines. Non, il existe des supermarchés sympas comme le Fenouil, les Biocoop et cie. On gagne du temps par rapport au marché et on mange sain. On peut aussi rester dans un supermarché normal et sauter des tas de rayons en faisant une liste, tout simplement. Il y a plein de personnes d’une autre génération qui n’achètent aucun produit modifié et vont au supermarché.
  • L’adjonction d’alcool ici et là : mais c’est du sucre cachée !

 

Bilan : je trouve  ce petit guide très sympa, pratique, déculpabilisant, facile à emporter pour  avoir une recette sous le coude quand tu vas dans un supermarché et faire tes achats. Il y a les tables glycémiques et  surtout c’est écrit avec  bonne humeur, et ça , c’est très agréable !

Enfin, je dois t’avouer que moins de sucre a tout de même un effet apaisant sur les enfants … A suivre donc…

 

 

Publié dans Développement personnel, Livres

Connectez-vous à vous même !

 

IMG_20180401_190418.jpgJ’ai découvert ce livre à la médiathèque ! L’écriture du titre me rappelait quelque chose et pour cause…. Mais si, toi aussi tu connais : c’est la typographie Google ! Chade-Meng est un des pionniers de Google! Tu sais, dans cette entreprise dont on décrit souvent les pratiques commerciales, les employés doivent consacrer 20 % de leur temps de travail à une activité personnelle. C’est comme ça que Chade-Meng a créé un programme de méditation pleine conscience au sein même de Google. Ami de Daniel Goleman ( le grand spécialiste de l’intelligence émotionnelle) et de Jon Kabat-Zinn ( le spécialiste du bonheur) Chade-Meng signe ici un ouvrage pratique, scientifique, sympa, drôle sur la méditation.

Lire la suite de « Connectez-vous à vous même ! »

Publié dans Le quotidien, Livres, Organisation

Gérer sa PAL et lire quand on est parent

PAL.jpg

Non, je ne parlerai ni des croquettes du chien, ni d’un nouveau centre aquatique !

Ma copine Fanny d’Au bonheur des livres a parlé récemment de sa façon de gérer sa PAL. Chez les blogueuses, il s’agit de la Pile A Lire!

Comme nous n’avons pas le même type de lecture, je n’ai pas du tout la même façon de procéder, et je me disais que ce serait sympa de t’en parler.

Quel type de lecture :

Chez moi , il y a :

  1. des romans en attente
  2. des livres de développement personnel en attente
  3. des livres sur la pédagogie
  4. des livres de cuisine / alimentation

Comment je stocke :

Je les classe par type, et je les mets dans une bibliothèque qui ne contient presque que les livres non lus : les autres sont des usuels, des coloriages en cours, des livres que je consulte tout le temps. Les livres lus sur lesquels je ne reviens pas ou rarement sont dans le salon, dans une bibliothèque tournante, ou au sous-sol ( beaucoup de poches, de livres d’études).

IMG_20180320_085158

Qui a la priorité et comment faire baisser la PAL :

Les livres qui sont chez moi sont soit des achats, soit des livres reçus pour le blog, soit des emprunts en bibliothèque.
Je donne la priorité aux livres empruntés et aux livres envoyés pour le blog.

J’essaie de ne pas acheter un livre si je ne viens pas d’en terminer deux.

J’alterne long pavé et tout petit volume. Ça aide à ce que la pile de la PAL s’amenuise plus vite. certains te diront qu’ils lisent tous les petits d’affilé aussi. D’autres qu’ils fuient les gros livres. perso, c’est vrai que plus de 300 pages est devenu très rare chez moi. Une auteur que j’ai connu au mans me disait  » Après 300 pages, c’est une prise d’otage », j’ai trouvé ça drôle et vrai.

Pour ne pas me lasser :

J’alterne livre de pédagogie, roman, livre de développement personnel, roman. Ce sont ceux que je lis sur le long cours… Et que j’aime lire en une seule période.
Il y a les livres qui ne se lisent pas d’une traite, comme les livres de cuisine, les livres de méditation et de sophrologie. Je les mets à des endroits stratégiques : un dans la chambre, un aux toilettes, un dans mon sac. Dans mon sac, il y a toujours un de ces petits livres First que j’adore. Je t’avais parler Se relaxer en toutes circonstances ici, et je te parlerai de deux autres titres prochainement.

Aux toilettes, il y a un livre de sophrologie et des magazines comme FLOW, RESPIRE, HAPPINEZ.

Trouver du temps pour lire :

Tous les moyens sont bons quand on est parent pour trouver du temps pour lire. C’est pourquoi j’en lis plusieurs en même temps, un dans chaque pièce, ou presque. Le gros livre du moment me suit partout, les autres je les lis progressivement.


On peut lire :

  • au coucher
  • au petit déjeuner
  • dans le bus, en salle d’attente
  • à la ludothèque et au ludykid quand les enfants jouent

Avant, je lisais d’une traite et je ne pouvais pas m’arrêter. Je n’aimais pas être interrompue. J’ai trouvé cependant des avantages aux lectures décousues :

  1. Tu entraînes ta mémoire : il faut se souvenir de ce que tu as lu la dernière fois
  2. Ça ressemble à une lecture de blog finalement, par épisode, et faut savoir que les romans de Zola ou Balzac étaient ainsi publiés alors pourquoi pas lire par épisode
  3. J’ai le temps assimiler, d’y repenser, de m’exercer ( pour les livres de développement personnel) de faire des suppositions ( si c’est u roman)
  4. Je trouve qu’on se lasse moins et qu’on rêvasse moins. On devient hyper efficace comme lecteur, car le temps est compté
  5. Je suis très exigeante. C’est chiant ? J’arrête. Avant je n’aurais pas osé ne pas terminé un livre, Alors sache si je te parle d’un livre ici c’est que je ne l »‘ai pas abandonné sur le chemin. C’est super bon signe.

IMG_20171106_085754

Voilà ! Ton témoignage de parent lecteur, de blogueur lecteur et de simple lecteur frénétique m’intéresse ! je t’attends en commentaire !

Publié dans Apprendre, Avant t'avais des principes..., Le quotidien, Livres

Aider son enfant à canaliser son énergie

IMG_20180318_181307.jpgStéphanie Couturier propose une série de petits ouvrages dans la collection » Le cabinet des émotions » chez marabout. J’ai fait l’acquisition de ce titre parce que franchement on ne suit pas. Trop d’énergie, impossible à canaliser, nos deux tourbillons sont ingérables. Elles ne sont pas TDAH , je ne sais pas si elles sont hyperactives, mais elle ne marchent pas, elles courent, elle vont dans tous les sens; Il y a des périodes où la petite n’enchaînent pas les bêtises, elle les superposent. C’est usant pour tout le monde.

img_20180318_181358.jpg

Stéphanie Couturier est psychomotricienne et sophrologue. Dans cet ouvrage, elle propose tout ce que j’aime : des conseils sur l’alimentation, des exercices pour travailler l’estime de soi, des exercices de respirations, des textes de méditation/sophrologie avec visualisation, des petits ateliers de création pour se canaliser et se centrer sur une activité qui demande de la dextérité, des postures de yoga et même des conseils en fleurs de Bach. J’aurais sans doute compléter par un peu d’huiles essentielles , de la phytothérapie et de la lithothérapie mais franchement, cet ouvrage est vraiment une mine. Les explications qui sont données en début de livre sur le fonctionnement de nos enfants tourbillon sont vraiment claires et pleins de bon sens. J’ai très envie d’acquérir les autres titres : Aidez votre enfant à prendre confiance en lui, à bien dormir, à gérer ses colère, à maîtriser ses peurs.

img_20180318_181339.jpg

Mention spéciale pour l’illustratrice Adéjie et l’éditeur : ce livre est joliment présenté, avec de jolies couleurs, des dessins sympas, le papier et le format sont agréables à manipuler.

Chaque ouvrage coûte 5,90 euros.

Mon petit plus : j’ai offert une calcédoine bleue et un quartz rose à ma grande. elle les place sous son oreiller. Elle les manipule pour se calmer, ses pierres la rassurent et elle dit qu’elles absorbent les cauchemars. Des doudous litho, en somme.

 

 

Publié dans Coups de coeur, Livres

Le club des feignasses sort demain !

IMG_20180401_082716.jpgLe club des feignasses.  Dès le titre, tu as envie de rire et en même temps, tu te doutes que ça cache quelque chose. En général, les personnes qui sont taxées de feignasses… ne le sont pas. J’en sais quelque chose. Je fais partie du club des feignasses depuis au moins 8 ans. Je connais. J’ai été cataloguée feignasse dès mon arrivée dans cette ville, avant même qu’on me connaisse. Et pourtant, je bosse comme une tarée. Le club des feignasses est une étiquette qu’on impose aux autres, le plus souvent…

 » Il est temps d’oublier ces vieux schémas »

Elizabeth, dans Le club des feignasses

Mais on peut aussi choisir de faire partie du vrai Club des feignasses. Le vrai club des feignasses offre cette capacité à trouver du bon même dans les pires situations, à profiter de la vie, à transformer un tabouret bancal en transat et à admirer la mer depuis ta cuisine du 16e arrondissement. Le club des feignasses, c’est réservé aux gens qui appréhendent la réalité par le prisme de la magie.

« On peur créer des  » Clubs de feignasses » pour des milliards d’occasions ! N’importe où, n’importe quand . C’est avant tout un état d’esprit : prendre la vie avec légèreté quand la pire tuile vous tombe au coin du nez ».

Béa dans Le Club des feignasses

Par exemple, si tu te souviens bien ma pneumonie, tu sais que depuis, je t’inonde de livres sur le développement personnel, la magie de la vie, la joie de  et la nature. En gros, j’ai énormément appris et beaucoup évolué suite à cette mauvaise expérience. je t’ai parlé hier de mon endométriose, et ça a été pareil. 5 années de FIV ont changé ma façon de voir la vie. Tu affrontes un truc que n’affronte pas les autres qui aimeraient pourtant te dire comment l’affronter. Ah ah ah ! Et pourtant, au milieu de ce merdier, il y a des rencontres, des révélations, de la beauté. J’imaginais par exemple la multiplication des cellules, après la fécondation, la magie incroyable de ce mystère, de cette merveille, de ce miracle de la vie. Et je me disais  » mais sérieux, c’est quand même incroyable; ET d’habitude les nanas tombent enceintes et ne voient rien de toute cette magie ! »

J’ai eu une carte d’accès pour motif différent que celui de Greg, Alice, Béa, Elizabeth et Sam. Mais dans le pire moment de ma vie, j’ai su changer de point de vue et un peu comme M. Keating dans Le Cercle des poètes disparus, prendre la vie de haut.

Eh bien Béa, Elizabeth, Alice, Greg et Samy sont de ces personnes qui non seulement regardent la vie avec un regard nouveau, mais apprennent aux autres à le faire. Tu ne ressortiras pas indemne de cette lecture. Sache-le ! Les changements qui s’opèrent chez ces cinq-là sont bien différents et pourtant ont la même source. C’est comme si Gavin’s, l’auteur, nous avait montré en 5 personnes les 5 phases d’une transformation intime.

 » Vous croyez qu’on peut se rattraper dans la vie ? »

Elizabeth, dans Le club des feignasses

Tu adhères au club des feignasses quand la vie t’entraîne sur un chemin assez périlleux qui t’oblige à te poser et reculer pour mieux sauter. Quand la vie t’oblige à faire de toi la priorité. Quand la vie te demande de boire une potion si aigre que tu dois toi-même inventer le sirop pailleté qui fera passer le goût.

Le roman s’ouvre sur la vie de Béa, qui m’a tout de suite plu : la petite cinquantaine, hyper dynamique, qui ne se laisse pas déstabiliser par les aléas météorologiques, Béa est agent immobilier à son compte, a une fille d’une trentaine d »années et 3 amants. Jusque là, rien à voir avec moi. Sauf que Béa c’est une combative, elle est drôle, et pour faire face à la plus grosse mauvaise nouvelle, elle utilise trois armes : ses amours, son humour et son cahier vert, un cahier magique dans lequel elle note tout : le pratique, l’essentiel et les citations qui la font avancer dans la vie. Elle est une décideuse, elle prend sa vie en main. Chacun de ses répliques est  saupoudré de joie de vivre et de folie. Béa, je l’adore. Mais quand elle réunit tout son petit monde autour d’elle, c’est pour leur faire une annonce peu agréable.

Il y a Elizabeth,  » l’esclave moderne », très riche, marié à un très bon parti, qui a tout pour être heureuse mais qui ne l’est pas car il lui manque l’essentiel. Elle s’est sacrifié pour obéir  à papa et aujourd’hui, elle revit enfin, grâce à… une mauvaise nouvelle.

Alice la puéricultrice, vient de se faire larguer et perd le contact de son petit protégé, un bébé autiste qu’elle adorait. Pourquoi Simon la quitte t-il ? Parce qu’il ne peut pas l’encaisser, lui, sa mauvaise nouvelle à elle. Alice si réservée, si recluse en elle-même, va s’ouvrir à Béa et Elizabetth, cette dernière n’ayant jamais eu d’enfant, la prendra sous sa coupe.

Et puis il y a Greg et Sam, amoureux transis, qui chaque matin, depuis l’annonce de mauvaise nouvelle se demandent en mariage. Greg le fleuriste qui compare tout le monde à une fleur et    le banquier que sa famille a jeté dehors.

Ces cinq-là rappellent le club des 5, les 5 doigts de la main, les 5 mousquetaires ( Quoi ? ) les 5 branches d’une même étoile, cette étoile lumineuse de l’espoir et de la joie, qu’ils suivent ensemble.

 » En fait, avec le temps, on apprend à se défaire de tout, j’ai l’impression, à ne garder que l’essentiel »

Béa dans Le Club des feignasses

« Mais enfin Maman Tornade me diras-tu , comment se fait-il qu’une jeune fille paumée, qui vit en colocation , rencontre une femme très riche qui a parcouru le monde et les ambassades, une agent immobilier qui s’est fait toute seule et un couple de banquier-fleuriste ? » Ben euh… à cause de la mauvaise nouvelle. Tu le devines sans doute, c’est LA raison, le laissez-passer du club des feignasses .

C’est un roman que les amitiés improbables. Parce que c’était eux, et puis c’est tout. Mais ce sont des amitiés vraies, des amitiés que personne d’autre ne peut comprendre. Enfin si, toi, lecteur tu comprends. 

Pour faire partie du club des feignasses, il faut avoir appris… Le prix de la vie. D’ailleurs, le prix de la vie vaut son pesant de vérité : une vérité qu’on découvre, qu’il faut affronter, qu’on révèle aux autres. Une vérité que l’on sait mieux déceler chez l’autre que l’autre lui-même. Finis le bandeau sur les yeux et la tête dans le seau. Ce qui fait que dans ce roman, on vit des moments forts et déstabilisants qui nous renvoient à nos propres vérités mais on rit, on rit tellement !

Quant à la question de la vraisemblance dans l’invraisemblable, la vie est tellement invraisemblable elle-même qu’on s’en fout. Ce roman comme le précédent fait partie pour moi du  » réalisme magique » propre à certains auteurs d’Amérique latine. 

Je n’ai pas du tout envie de déflorer le secret, alors je te laisse te jeter dans la première librairie de ta ville, car Le Club des feignasses sort officiellement le 2 avril. DEMAIN !

 » Profitez de la vie. Prenez soin de vous  »

Béa dans Le Club des feignasses

img_20180322_212324.jpg

Je te dis juste que :

 

  • 1° C’est super bien écrit
  • 2° La narration est bien menée, la construction du roman, sa structure est parfaite
  • 3° Les personnages sont très attachants
  • 4° Tu découvriras des proverbes différemment
  • 6° Le sens de la vie t’apparaîtra, car dans ces moments-là, rien ne compte plus que la vérité
  • 7° Tu engageras avec toi-même un dialogue sur la joie de vivre et le sens du Carpe Diem
  • 8° Tu ne t’ennuieras jamais
  • 9° Tu vas rire… et pleurer
  • 10 ° Tu vas sortir de cette lecture… métamorphosée.

Merci encore Gavin’s, pour ce deuxième roman, génial, si beau, si vrai, épicurien, qui je le sais te tenait à cœur. Bravo, ce n’est jamais facile d’écrire son deuxième roman. C’est un roman qui rend hommage, c’est un roman écrit à l’encre de l’amour, c’est un roman vivant encore bien des jours après avoir terminé de lire les remerciements. Béa , Elizabeth, Greg, Alice , Sam seront toujours à mes côtés.
Si, cher lecteur de blog, tu ne connais pas le premier, c’est par ici !

IMG_20180217_171053

La vie, finalement, ça ne s’affronte pas… Ça se profite.

CARPE DIEM

Maman Tornade, Club des feignasses, membre honoraire

PS : la vie est une blague, alors je te donne cet article un premier avril !

 

 

 

 

 

Publié dans Apprendre, Livres

Kinésiologie pour les enfants

IMG_20180318_175058.jpgLes éditions le Souffle d’Or propose un ouvrage extrêmement intéressant de Paul et Gail DENNISON : Kinésiologie pour les enfants. Cet ouvrage explique comment tester une personne ( un enfant en particulier) pour avoir une réponse de son corps sur une difficulté neurologique et comment modifier un problème de connexion dans le cerveau des enfants par des exercices simples.

L’Edu-kiné et la brain gym qui sont proposés dans cet ouvrage invite à éveiller le corps pour reconnecter les hémisphères entre eux, éveiller nos sens et nos neurones.

Les auteurs expliquent par exemple comment des difficultés d’écriture et de lecture proviennent en réalité d’un manque d’acquisition de l’étape du rampement par le bébé. Ramper, c’est savoir maîtriser un fonctionnement du mouvement décalé entre le côté droit et le côté gauche, en corrélation : bras droit et jambe gauche fonctionnent ensemble, tandis que bras gauche et jambe droite fonctionnent ensemble. De fait, les deux hémisphères travaillent alors de concert. Ce manuel propose des tests et des exercices d’une simplicité extraordinaire pour travailler cette coopération des deux hémisphères afin d’éviter de lire à l’envers et d’écrire l’inverse de ce qu’on lit, de lire lettre par lettre, d’écrire une lettre pour une autre : par exemple, les auteurs expliquent d’où provient l’inversion du d pour le b et inversement chez certains enfants : ils ne savent pas tracer un cercle dans les deux sens.

IMG_20180318_175119

Tapotement, contacts croisés de Cook, tracé du huit paresseux, exercice de l’éléphant, postures… Vous aurez une petite bibliothèque d’exercices faciles à insérer dans le planning quotidien de l’enfant. Les deux hémisphères ont des rôles très différents mais complémentaires, l’un est celui de l’essai quand l’autre est celui de u réflexe. Tout est expliqué en détails de façon concise et clair.

Franchement,  je suis très enthousiasmée par ces découvertes qui m’ont donné envie d’acquérir un livre sur le brain gym dont j’avais déjà entendu parler dans les ouvrages d’Akoun et Pailleau. Il y a aussi un chapitre sur le langage positif bien présenté. Avec tout ce que j’ai lu, j’ai même réussi à comprendre pourquoi la posture du Bouddha est en vérité une posture de reconnexion des hémisphères, en travaillant à la fois les mouvements inversés et le miroir.

L’ouvrage est en outre très bien illustré avec des dessins efficaces.

Merci aux éditions Le Souffle d’or. Décidément, ils mettent un point d’honneur à publier des ouvrages pointus mais concis et clairs à un prix tout à fait abordable.

 

Paul et Gail DENNISON, Kinésiologie pour les enfants, Les éditions le Souffle d’Or, collection kinésiologie, 9 euros.

http://www.souffledor.fr

Publié dans Apprendre, Livres

Apprendre autrement avec la pédagogie positive

img_20180305_155540.jpgJe t’ai parlé récemment du livre pour aider nos petits Zatypiques d’Audrey Akoun et Isabelle Pailleau. Avant ce livre formidable, elles ont sorti un ouvrage devenu un best seller qu’il te faut absolument connaître : Apprendre autrement avec la pédagogie positive. Ce livre s’adresse aux parents, aux enseignants mais surtout aux enfants déjà d’un certain âge ( je dirais 9/10 ans). Le vocabulaire employé et la mise en page leur permet d’en faire la lecture facilement et de se l’approprier.

La première partie met au clair ce que signifie « apprendre » et « réussir » pour tous les acteurs  de l’apprentissage de l’enfant; le point de ve des parents, des enseignants, des enfants eux-mêmes… Elles reprennent les découvertes d’Antoine de la Garanderie ( mon nouveau mentor, tu l’auras compris) et font la chasse aux mythes et aux effets Pygmalion.

IMG_20180305_155606
Dans une seconde partie donne des outils pour apprendre avec la tête, le corps et le cœur. Tu y retrouveras tous les outils dont je parle ici, du timer à la carte mentale en passant par la méthode Vittoz, le brain gym, le tableau des apprentissages, la méthode Kaisen ( ou Kaizen) que j’adore etc. Il y a une partie excellente sur le rôle fondamentale des émotions, à la fois intelligence et mémoire, les émotions influent grandement sur les apprentissages des enfants. Enfin, la partie consacrée au corps propose des exercices très sympas.

La troisième partie développe la pédagogie de la maïeutique selon Socrate, le CQQCOQP, et bien évidemment : Les ccaaaaartes mentaaaales  ( hola générale). Enfin tu apprendras ce qu’est un lapbook ( ce que je pratique depuis toujours sous forme d’expositions).

IMG_20180305_155625

Franchement, ce bouquin est génial, il lance de nombreuses pistes faciles à suivre et il est tellement beau que ton enfant aussi aura envie de lire. La pédagogie positive, c’est pas compliqué, ça ne coûte par forcément des tonnes de frics. C’est juste une autre approche. Et en classe, ça prend plus de temps. Apprendre à chercher soi-même ça s’apprend et ça prend du temps. Créer , ça prend du temps. Mais ce que tu apprends ainsi tu le sais toute ta vie. Alors réfléchis !

 

Publié dans Coups de coeur, Livres

Ce soir, on regardera les étoiles …

img_20180317_0830051.jpgQuand j’ai vu pour la première fois la couverture de ce roman, j’ai tout de suite contacté Belfond pour  faire partie du book club. Chaque mois, l’éditeur propose une rencontre avec un auteur et cette fois, en février, nous devions discuter de ce roman.

Mais ce n’est pas vraiment un roman, c’est une histoire vraie, un témoignage sur l’émigration. Deux enfants de Kaboul perdent brusquement leurs parents dans un bombardement. le plus grand décide qu’il faut fuir et organise avec des amis de la famille leur émigration. Parce qu’ils sont la proie des talibans : s’ils restent, on fera d’eux des enfants soldats. Rejoindre, l’Irak, puis la Turquie, puis la Grèce. Voici le périple que raconte ce roman.

Lire la suite de « Ce soir, on regardera les étoiles … »