Publié dans Le quotidien

Jour 10 : La zone de confort

zone-de-confort2-730x387Le jour 10 c’est le 26 janvier.

Suite à mon message aux élèves, j’ai pris conscience d’un truc. Depuis quelques années j’entends parler d’un concept, la  » zone de confort ». J’en entends parler en développement personnel mais aussi en cours de théâtre ( j’enseigne le théâtre avec des comédiens). J’entends parler de  » se mettre en danger »  » sortir de sa zone de confort » et on me dit que nous n’en sortons pas assez.

Mais moi, je ne comprenais rien à ce concept.

Et en fait, je me suis rendue compte hier que ma zone de co,fort… j’en n’en avais pas, vraiment. je ne me suis jamais arrêté à ce que j’avais pour le garder à tout prix. Si je n’ai pas à  » sortir de ma zone de confort » si je ne ressens pas ce défi c’est parce que pour moi ce n’est pas un défi, c’est ma vie qui est comme ça : je ne reste jamais confortablement dans un truc établi.

J’obtiens, je veux plus, je me bats je vais au-delà. Par exemple les études, je ne me suis jamais satisfaite d’un truc. Le travail pareil. J’en ai eu un, j’ai cumulé avec d’autres. J’ai été prof je me suis mis à écrire et à être publiée. je voulais être prof écrivain et journaliste, je suis toujours allée voir plus loin, j’ai toujours cherché à aller au-delà des limites. Même par rapport à mon dos, si on me disait  » tu ne peux pas, tu ne peux plus » je n’étais pas d’accord.

Evidemment il y a des choses que je m’interdis moi-même de faire, pour ma santé, et ne pas finir en fauteuil roulant, mais plus j’avance et moins j’ai envie de m’y soustraire…  se soustraire… moi je veux multiplier. Les voies et les possibles.

En fait je n’ai jamais eu tendance à avoir peur de perdre un truc en cherchant à évoluer… je n’ai jamais eu peur de l’échec ou de la honte d’échouer. Je me souviens quand je voulais être publiée on ne me parlait que d’échecs et je remarquai que les gens aiment se moquer à l’avance. D’ailleurs on se moque de ceux qui osent parce que ça nous conforte à ne pas oser alors que j’ai toujours admiré et suivi ceux qui osaient. Et puis alors, les préjugés… je n’en ai pas vraiment. Je n’ai jamais écouté ceux qui te disent que tu vas perdre, que tu sais ce que tu quittes et pas ce que tu vas trouver nia nia nia. la preuve : des défis des 100 jours je m’en suis donnée toute ma vie.

Des fois, je me dis aussi que l’on est dans sa zone de confort qui nous entrave quand on est vieux dans sa tête. Moi, j’ai toujours l’impression d’être en devenir et d’avoir 16 ans. Je me demande encore ce que je ferai quand je serai grande. Ce qui ne veut pas dire que je manque de confiance en moi. J’en manque sans doute aussi. mais je crois en l’apprentissage alors ça contre balance et j’ai foi en l’évolution. Je sais qu’on peut apprendre et partir de rien ( je suis issue d’une famille de non lettrés voire d’illettrés alors tu imagines le chemin parcouru en psychogénéalogie!). je crois qu’on peut toujours faire mieux. On n’est jamais arrivé à destination.

Je sais très bien affronter le regard des autres, me mettre en danger en publiant un texte intimiste, me mettre à improviser un personnage devant des inconnus ou des élèves. Tu veux une vidéo de moi au saut du lit ? je l’ai fait mardi matin. D’ailleurs la nuit suivante je rêvais que je faisais un strip tease ( ce que je détesterai j’ai quand même des limites) mais je pense que montrer son coeur c’est bien plus fort que son cul.

Bref au final, avec ce qui m’est arrivé, mon défi ce n’est pas sortir de ma zone de confort, éprouver mes limites, m’offrir aux regards … et aux jugements. C’est plutot apprendre à profiter de ce que j’ai sans chercher plus. J’ai lu que ceux qui étaient heureux l’étaient parce qu’ils savaient profiter de ce qu’ils avaient et non pas parce qu’ils avaient tout. Mon défi c’est ça : me poser, me pauser, profiter de ce que j’ai sans chercher à avoir plus. Et être qui je suis. La seule chose que je sens nécessaire par rapport à la zone de confort c’est de ne plus cacher que j’aime ou que je crois à certaines choses. Pas oser plus mais juste dire  » oui, j’aime tel truc et je crois à ça, pas toi, et bien c’est pas grave  » Je n’ai jamais trop chercher à convaincre les gens de croire comme moi mais ils ont toujours chercher à me faire changer d’avis. Pourquoi cette volonté de vouloir faire changer d’avis à tout prix ceux qui croient aux cartes, aux pierres, à la magie, aux dieux, aux anges, à dieu, à la vie, à l’animal totem ? Pourquoi vouloir se mêler, juger et aller à tout prix vers une pensée unique unifiée alors qu’on est à l’ère de la liberté de penser? Tu veux avoir cette liberté de penser mais tu me la refuses ? Pourquoi ?

Bref, ma zone de confort, je vais m’y lover, je vais apprendre la sérénité d’être qui je suis sans chercher plus et sans chercher à être autrement. Et à ne plus porter de filtre ou plutôt ne plus me distancier de mes croyances profondes. C’était peut-être ça ma fausse zone de confort : me distancier de moi pour avoir la paix relative dans la relation à l’autre qui finalement devient un conflit entre moi et moi. Je suppose que chacun a une façon différente de devoir sortir de sa zone de confort, de ces habitudes construites pour plus de sécurité… je vais donc sortir de ma zone de confort pour … plus de confort ah ah ah !

Publié dans défi des cent jours, Le quotidien

Jour 9 : Les pierres

img_20170125_1618241Depuis le début de ce début sur la magie, je ne fais que renouer avec mes croyances et les choses auxquelles je tiens vraiment, ce qui fait que je suis moi.
ce matin, une des cocréatrices du groupe FB sur lequel je suis a proposé un tirage GIF d’un jeu que j’aimerais acquérir un jour ( ou un dans ce genre) qui m’encourageait à aller vers les pierres pour guérir. alors comme je suis en convalescence post pneumonie, que Mon scanner montre encore des séquelles, je me suis dis que c’était une très bonne idée étant donné que les pierres, j’en ai une belle collection que je n’utilise plus. je me suis mise à m’y intéresser à Lamalou les Bains quand je faisais des cures thermales. J’en ai portées quand je voulais tomber enceinte. ET bien me revoilà plongée dans tout cela. Les pierres et nous, nous sommes formés de la même façon finalement; Nous avons des minéraux en nous, nous avons de l’eau, du métal et je trouve très logique qu’elles puissent nous aider. En France on ne croit plus en rien, on s’est coupé de tout depuis la Révolution alors qu’en Suisse ou aux Pays Bas par exemple on continue d’étudier le pouvoir des pierres ( lithothérapie) les zones telluriques et tout ça.

J’ai trouvé ce guide à imprimer qui va filer dans mon planner spécial défi.

Manuel d’utilisation des pierres

J’ai aussi repris ce livre de Julia Boshierodont j’ai souvent lu la page sur FB et qui est quelqu’un d’adorable. je ne sais pas si elle cotinue ses activités mais je vais aller voir

je vais évidemment te présenter très bientôt mon super planner j’en suis très fière.

D’ailleurs je te montrerai toute ma collection parce que la papeterie les scrap les planners c’est une de mes grandes passions !

Je me suis tellement censurée, tellement coupée de ce que je crois de ce que j’aime. Je vis entourée de fous et je me suis forcée à faire comme eux. mais maintenant je m’en moque, je vais renouer avec tout ça et aller encore plus loin parce que des personnes  » dans mon genre » il y en a et que je peux m’en entourer.

Oui, je suis aimable, appréciable et intéressante TELLE QUE JE SUIS ( j’ai le droit de ponctuer par Bordel de cul ou ça fait désordre ? )

Avec tout ça j’ai trop hâte d’aller au salon d’Angers YOUPIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

 

PS: tu peux te dire que je suis perchée tu as le droit mais en fait… je n’en ai plus rien à faire . Tu as le droit de ne pas adhérer, mais tu n’as pas le droit de me dégoûter et de me juger. Chacun sa route chacun son chemin.

Publié dans défi des cent jours, Le quotidien

Jour 8 le 24/01

16195976_10154436698714482_6011746226776284654_n

Hier a été une journée extrêmement productive pour le défi.
Le matin j’ai réussi à m’inscrire pour rencontrer Lilou à deux salons bio : Angers le 24 février et le Mans en avril.

J’ai même tourné une petite vidéo que j’ai partagé sur le groupe FB que j’ai découvert la veille et qui me fait du bien. C’est notre petit lieu de réunion entre cocréateurs c’est très motivant.

je me suis ensuite tourné vers les mudras et je me suis fais des fiches. Je travaille le mudra des poumons pour essayer de guérir plus vite.

Du coup, j’ai avancé dans mon planner spécial défi. Je n’arrivais pas à me décider pour l’organisation de mes planners et là j’ai fait mes intercalaires et je me suis laissé deux emplacements sans titre pour le moment ( ce matin j’ai su que j’avais bien fait). Du coup j’ai mon bullet sérénité pour ce que j’écris à la main, mon planner pour tout ce que je récupère et imprime. J’ai décidé de ne plus me soucier de la perfection du support : les fiches ne sont pas parfaites, les fiches ne sont pas toutes de la bonne taille et bien tant pis. Ca fait deux ans que je me freine parce que mon imprimante ne fait pas des trucs bien carrés et c’est bête.

J’ai ensuite reçu un mail du boulot, je te parle de ça dans un second billet… Au lieu de ne pas trouver de parade à ce qui s’appelle une condamnation en règle et de l’acharnement, j’ai répondu.

Puis, j’ai fait mes deux tableaux de visualisation et ça m’a aidé à préciser mes affirmations et mes intentions.

16195040_10154436698854482_1998747499941004986_n

je me suis lâchée niveau collage alors que je voulais en faire depuis longtemps pour l’art-thérapie et à chaque fois j’ai peur de gâcher, de rater. Là, j’ai dit go !

Les gratitudes aussi sont bien plus riches que les jours précédents. je fais ça depuis le 1e janvier un peu par obligation alors qu’hier soir j’ai vraiment eu l’envie de remercier, le sentiment que j’avais à remercier et que ça me faisait du bien de remercier. C’était sincère et plus un pensum.

Ce fut une journée avec plein de grands pas en avant !

Publié dans Coups de gueule, défi des cent jours

Message pour ceux qui cherchent des excuses

51ojzx2vj8l

Alors voilà. Il y a deux ans quand j’étais en congé maternité mes anciens élèves se sont amusés à me calomnier ( enfin deux et leurs parents). Depuis, je prends quelques précautions. Quand une élève puis la proviseure adjointe m’ont écrit pour me dire qu’ils ne savaient pas comment faire le sujet type bac et qu’ils n’avaient pas assez  » de guidance » et n’avaient pas fait  » les bases  » sous entendant que je ne leur avais jamais fait de cours de méthodologie j’ai tout d’abord rappelé ou appris que je faisais des photographies de mes tableaux en classe pour garder des traces.

Le prof est absent, les parents et les élèves pleurent qu’il n’y a pas de remplaçant, mais moi je leur envoie des documents, des vidéos de cours à regarder, et un sujet à faire. Leur réaction ? Ne rien faire et m’écrire la veille de la date limite pour dire qu’ils ne comprennent rien au sujet. Moi les excuses à la con, je ne supporte plus. Je leur ai donc fait une réponse un peu plus longue dans un second message et ça m’a fait penser à vous. Je l’ai fait lire à mon mari et des amies et tout le monde m’a dit que ça donnait de la motivation et que grâce à moi ils avaient dit oui à un défi professionnel dans la minute qui a suivi.

Alors voici le message en question et dis-moi si ça te met la pêche !

—————————

attention il y a quelques fautes de frappe, je suis tjs en convalescence…je les vois mais je n’ai plus le courage de corriger.

—————————

Re-bonjour

Je viens de recevoir un message de Mme *** et je vais lui copier celui que je suis en train de vous écrire. Je suis super déçue. Alors je vais vous dire ce que je pense vraiment, parce que je crois vraiment en vous. C’est la mission de chaque enseignant.

Peu m’importe que votre premier devoir type bac obtienne une très bonne note. J’imagine bien que les copies ne seront pas parfaites. Mais je m’en fiche. Je vous ai fait faire un QCM avant Noël en prévision, pour que vous ayez une bonne note afin de contrebalancer celle de ce devoir type bac. Peu m’importe que vous réussissiez les exercices si vous réussissez à faire ce devoir entièrement.

La vie c’est des apprentissages et des challenge.

Vous devriez prendre ce devoir comme un challenge hyper enthousiasmant : ENFIN on vous fait confiance. ENFIN on vous croit capable de faire un devoir de niveau bac. ENFIN on vous donne une chance  de montrer ce que vous savez faire.

Je vais prendre l’exemple de quelqu’un qui apprend la salsa pendant trois mois et qui ne va jamais danser sur la piste. Ca sert à quoi de savoir danser des pas de salsa et de ne jamais danser sur de la musique, avec des gens, à une soirée ? Cela sert à rien. C’est même assez déprimant à voir, je vous assure. Si je danse et que je vois ça, ça me sape le moral. Un peu comme quand je fais mon commentaire de texte devant vos yeux ébahis mais que personne ne veut s’amuser avec moi à chercher des figures de style alors que vous les connaissez.

En octobre une élève m’a dit  » je ne sais pas faire alors je ne le fais pas parce que je ne saurai jamais le faire ».

J’ai répondu deux choses.

_ la première c’est que vous ne saurez jamais le faire parce que VOUS N’ESSAYEZ PAS, pas parce que vous ne savez pas. la différence entre quelqu’un qui progresse dans la vie et quelqu’un qui végète, quelqu’un qui existe et quelqu’un qui subit, c’est que le premier se dit JE VAIS APPRENDRE.

Vous avez à votre disposition le monde entier ( INTERNET) et je vous ai déjà raconté comment j’allais à votre âge dans une bibliothèque scientifique chercher parmi 15 000 livre la page d’un seul livre que mon sujet de recherche : les manuscrits de la mer morte. Je n’oublierai jamais ce que j’ai cherché et ce que j’ai découvert. Mais j’aurais été bien heureuse de cliquer trois fois sur Google au lieu de me prendre de la poussière dans la figure et de perdre une après-midi

_ la seconde c’est que si quand vous étiez bébé vous aviez pensé  » je ne sais pas je ne fais pas » vous porteriez aujourd’hui des couches en mangeant des petits pots ( donnés à la cuillère par maman!).

La vie c’est un apprentissage permanent.

En cours de français, on apprend aussi beaucoup de choses sur la vie, les sentiments, l’humanité, le sens de l’existence ( je ne parle pas de la philo en Terminale…)

Dites-vous bien que si je suis prof ce n’est pas parce que je sais. Ce n’est pas parce que que je sais pour vous et que je vais vous dire ce que je sais.

Je suis prof parce que J’ADORE apprendre et apprendre avec vous. J’adore vous apprendre à apprendre et vous donner des défis et m’en donner.

Chaque année je me donne un défi différent au moins. l’organisation, l’apprentissage spécial DYS, la découverte de tel domaine, tel savoir etc. Cette année je me suis fixée un défi complètement fou qui dure 100 jours, et c’est un challenge important !  

Vivez chaque devoir comme un super défi ! On est tellement heureux quand on arrive au bout ! On en apprend quelque chose. Ma super prof de lycée me disait toujours  » Ne faites pas un devoir pour savoir si vous savez mais pour apprendre à savoir faire ». Un devoir maison, qui plus est, en temps illimité, c’est un devoir pour apprendre, pour s’exercer. C’est formatif avant d’être une évaluation. Le terme évaluation pour ce genre de devoir est complètement erroné. C’est un devoir FORMATIF.

Je peux vous donner toutes les méthodes du monde, faire 50 dissertations devant vous, vous ne pourrez jamais maîtriser la méthode si vous ne vous y frottez pas vous-même tout seul. Il faut forcément se lancer. Cela paraît toujours trop difficile ( ou trop facile) quand on ne le fait pas pour de vrai soi-même. Alors lancez-vous !

Vous avez la chance d’avoir un buffet à volonté de connaissances à votre disposition ce n’est pas de moi c’est d’Idriss Aberkane). Je vous propose au menu un plat exceptionnellement succulent et hyper méga motivant : un sujet type bac avec une DISSERTATION OU une SUJET d’INVENTION ARGUMENTATIF. Je vous demande de REFLECHIR en utilisant votre RESSENTI. Vous avez à votre disposition des METHODES, ce sont vos couverts ( fourchette, couteau) pour bien manger et bien décomposer. Une fois tous les aliments assimilés il faudra EXPRIMER ce que que vous pensez et ressentez. Je vous demande votre OPINION et de parler de ce que vous aimez, de ce que vous avez lu et aimé. C’est génial, non ? Non ? SI, c’est génial, parce que c’est vous qui avez le pouvoir pour réussir cet exercice.

Ne restez pas au bord de la piste, dansez !

Ne restez pas avec des petits pots, prenez le meilleur des plats au buffet. Le meilleur des plats c’est l’argumentation où vous allez dire qui vous êtes, ce que vous aimez et ce que vous pensez.

Je me fiche de savoir si ce sera bien  si ça vaut un 15 un 13 un 4. Ce que je veux c’est que vous alliez jusqu »au bout.

Ensuite, prenez une feuille et écrivez au milieu de la feuille: ce que j’ai appris en faisant ce devoir. faites une carte mentale :

ce que j’ai appris sur les méthodes

ceque j’ai appris sur la poésie

ce que j’ai appris … sur moi

Je suis certaine que pour cette dernière flèche il vous faudra une place incroyable.

Nous aurons ensuite un super support pour remédier à tous vos soucis de méthode, de connaissance, de culture. Nous aurons de quoi travailler. Vous avez votre garde-fou : la note de QCM. Vous aurez une note d’oral également.

Alors de quoi avez-vous peur ?

Mon arrière-grand-mère a passé sa vie à regarder des livres sans les lire parce que  » elle ne savait pas ». Elle n’a jamais réussi à dire ce qu’elle pensait, ressentait, voulait. Beaucoup de gens ( dont moi) ont essayé de lui apprendre mais elle ne regardait rien et disait  » A quoi bon, je ne sais pas, je ne sais pas c’est tout ».

C’est triste, non ?

C’est un exemple extrême mais c’est valable pour chaque chose dans la vie.

Par exemple, je suis restée 10 ans de ma vie à ne jamais cuisiner de poisson parce qu’on m’avait dit que je ne savais pas le faire alors je l’ai cru. Et finalement, un jour, j’ai fait une lotte incroyable et depuis je cuisine le poisson. J’ai osé le faire. Même si l’enjeu était de taille : mais qu’est-ce que mes invités allaient penser de moi si la lotte était immangeable ?

Alors réfléchissez bien à tout cela, ne partez pas vaincu d’avance. On prend son courage çà deux mains et on y va !

Décomposez la tâche, planifiez, et travaillez.

Il vous reste encore du temps, il vous reste presque deux semaines. Vous aurez eu le délai le plus long de l’histoire du bac pour faire ce sujet.
En lisant ce mail, vous avez appris un type d’argumentation qui l’argumentation avec des exemples à la fois concrets et métaphoriques. Ils agissent par parallélisme et comparaison, c’est une argumentation par l’analogie qui est actuellement très prisée par les américains en développement personnel et qui se retrouve aussi beaucoup en philosophie, quand tel philosophe compare le mouvement de la mer à l’âme humaine.

http://e-cours.univ-lr.fr/UNT/analogie/co/module_Contenu_20.html

Vous aurez donc appris ce qu’est une argumentation par analogie. Et vous ne vous en étiez même pas rendu compte parce qu‘apprendre n’est pas douloureux.

Soyez enthousiastes !

A bientôt.

 

Publié dans défi des cent jours, Le quotidien

Outils défi magie : deux jeux de cartes

Je te présente en vidéo deux jeux de cartes.
Pourquoi la vidéo ? Parce que je souffre le martyr en écrivant. J’ai mal en parlant mais moins. Si je ne parle pas fort ça va à peu près. En fait je souffre de plus en plus depuis la semaine dernière, et vendredi on est encore passé par un cap d’enfer. Vivement le scanner cet après-midi.
Je te dis à bientôt pour te présenter mes autres outils.

 

Publié dans Le quotidien, Spiritu santo ...

Le défi des cent jours : j’ai commencé

Connais-tu le défi des cent jours ? L’instigatrice est Lilou Macé qui a sorti trois livres d’exercices pour 100 jours qui doivent te permettre d’améliorer ta vie. je ne dirais pas de la transformer même si c’est plutôt ainsi qu’elle en parle, mais de t’épanouir.

51zhnwmjerl__sx373_bo1204203200_

J’ai lu les 60 pages gratuites du premier libre et cela m’a bien plu. C’est tout à fait dans la démarche que je t’ai décrite après ma pneumonie et comme je suis toujours fort malade je peux te dire que j’ai le temps de cogiter et de tenter de me reconstruire.

J’avais prévu de commencer le 1e février et puis finalement j’ai décidé de me passer du cahier pour faire le défi à ma façon. Je vais également lire les pages gratuites du violet maintenant que je connais les pages du cahier bleu. J’ai l’impression que le violet ( vivre la magie au quotidien)  va m’apporter beaucoup plus parce que finalement quand je regarde bien, des défis des 100 jours j’en fais depuis 5 ans, mais je n’ai pas appelé ça ainsi. J’ai commencé quand je n’arrivais pas à tomber enceinte, j’ai travaillé avec des CD de natalhypnothérapie, et je me faisais des affirmations, des gratitudes, de l’écriture poétique pour vider ma tête. J’ai aussi beaucoup dansé et je danse toujours.

J’avais déjà pris de bonnes habitudes en ce début d’année en faisant mon five minute journal. En vérité je fais déjà pas mal de choses qui sont des habitudes à prendre pendant le défi. je me sens donc plutôt à l’aise sur certains domaines :

_ la relaxation

_ la méditation

_ l’art-thérapie

_ les gratitudes

_ l’intention

_ l’écriture

_ la danse

_ les lectures de développement personnel

_ les affirmations

Ce sont des  éléments communs à pas mal de livres sur ce sujet d’amélioration de soi.

Quand j’ai vu que Lilou avait un jeu de cartes ( j’utilise l’application) j’ai ressorti un jeu de cartes indiens qui me semblent tout à fait dans cet esprit. je lis, et je médite sur le message-conseil donné par la carte.

Lilou conseille aussi l’oracle du monde animal par Arnaud Riou mais si comme moi tu as déjà des oracles ( j’en ai un sur les animaux qui est celte et donc celui des amérindiens) cela fait largement l’affaire. l’important é »tant que ça te parle à toi. Tu ne vas pas lire l’avenir, tu vas accueillir un conseil du hasard. Les oracles ou cartes de ce genre ce n’est pas ce qui manque.

519v8vsd6ml__sx242_bo1204203200_
Je me suis commandée un nouveau jeu je te le montrerai.

Je tiens également un journal avec les actions à faire chaque jour, mes rêves quand je m’en souviens, une citation par jour, la fameuse carte et d’autres choses que je découvre qui m’aide à avancer et que je veux garder. J’ai commencé un bullet journal de sérénité où je note tout ce que je veux garder de mes découvertes pour le futur. Le défi des cent jours tu le fais autant de fois que tu veux.

C’est le jour 4 jour d’anniversaire de ma fille qui fut également une seconde naissance pour moi, une vraie victoire psychologique et physique.

Je note mes humeurs chaque jour et aujourd’hui je suis joviale.

Ce qui m’a poussé à commencer ce défi c’est que je cherche à être plus sereine et à profiter davantage de la vie. Mon déclic a été cette pneumonie à Noël qui a failli me tuer ( youpi). J’ai vu aussi les réactions des gens , plein de trucs dont je parle dans mon message précédent. Et je me suis dis  » maintenant tu dois profiter de la vie, être plus serine et vivre à ta façon ». Je veux faire ce que j’aime et aimer ce que je fais. Et tant pis si les personnes autour de moi trouvent mes idées ridicules. Vous restez statiques dans votre petit vie, vous vous moquez parce que vous n’avez pas le courage d’évoluer vous-mêmes donc vus souhaitez mon échec puisque le vôtre est couru d’avance. Mais maintenant je m’en moque. Finalement ça fait depuis ma naissance que je grandis dans l’adversité des idées.

Mon intention de défi est celle-ci.

Je vais sans doute bifurquer  vers le défi de la magie très prochainement…

51ojzx2vj8l

En attendant je te ferai découvrir mes lectures, mes livres chouchous et magazines top, j’ai un peu craqué ces derniers jours !

 

 

Publié dans Le quotidien, Organisation

Une fiche remède pour tes potions

p1100583

Oui, quand on est malade, on organise ses médicaments.
Et quand on ne guérit pas avec les voies allopathiques, on se tourne vers d’autres remèdes.
j’utilise des plantes, de l’homéopathie et des huiles essentielles.
je me suis dit que c’était le moment de me faire des fiches pour mon planner. Je n’ai rien trouvé sur le net alors voilà, cadeau

C’est fait pour convenir à tout type de potion magique.

ma-fiche-remede