Publié dans Apprendre, Avant t'avais des principes..., Le quotidien, Livres

Les cinq clefs d’une éducation réussie : le miracle !

IMG_20180419_164033.jpgCinq clefs d’un éducation réussie  n’est pas une bible avec des préceptes préétablis que tu dois absolument appliquer au risque d’être traité de parent indigne. Non. Mélusine Harlé fait partie de la Fabrique Spinoza et travaille sur le bonheur, elle est docteur en comunication. Par conséquent, son livre répond à toutes mes questions, et va exactement dans le sens de ce que j’attendais depuis des lustres (5 ans). Du coup, après une lecture avec l’exemplaire de la médiathèque, je l’ai commandé pour le relire, le pratiquer, le consulter. Car en vérité, c’est un livre de pratique et de construction. Rien ne t’est imposé. On t’explique juste les bonnes bases et surtout on t’apprend à te poser les bonnes questions. On ne va pas te dire comment faire, on t’apprend à décider ce que tu veux faire.

Lire la suite de « Les cinq clefs d’une éducation réussie : le miracle ! »

Publicités
Publié dans Apprendre, Développement personnel, Le quotidien, Livres

Trouver sa façon d’éduquer et réussir

Tu te rappelles peut-être mes résolutions de début d’année. Il y en avait une à laquelle je tenais sans vraiment y croire : je cherchais un autre moyen d’éduquer les filles que l’éducation bienveillante, en plein échec, sans pour autant tourner vers l’autoritarisme (que nous vivons toutefois en ce moment pour survivre à la crise de la petite). Je me suis donc lancée dans de nombreuses lectures et j’ai rencontré une ancienne instit qui m’a permis de discuter avec elle de tout cela : L’éducation positive ou bienveillante …

IMG_20180303_195310

Tu as remarqué le singulier ? Oui. Bien. C’est un leurre.

Lire la suite de « Trouver sa façon d’éduquer et réussir »

Publié dans Apprendre, Avant t'avais des principes..., Le quotidien, Livres

Aider son enfant à canaliser son énergie

IMG_20180318_181307.jpgStéphanie Couturier propose une série de petits ouvrages dans la collection » Le cabinet des émotions » chez marabout. J’ai fait l’acquisition de ce titre parce que franchement on ne suit pas. Trop d’énergie, impossible à canaliser, nos deux tourbillons sont ingérables. Elles ne sont pas TDAH , je ne sais pas si elles sont hyperactives, mais elle ne marchent pas, elles courent, elle vont dans tous les sens; Il y a des périodes où la petite n’enchaînent pas les bêtises, elle les superposent. C’est usant pour tout le monde.

img_20180318_181358.jpg

Stéphanie Couturier est psychomotricienne et sophrologue. Dans cet ouvrage, elle propose tout ce que j’aime : des conseils sur l’alimentation, des exercices pour travailler l’estime de soi, des exercices de respirations, des textes de méditation/sophrologie avec visualisation, des petits ateliers de création pour se canaliser et se centrer sur une activité qui demande de la dextérité, des postures de yoga et même des conseils en fleurs de Bach. J’aurais sans doute compléter par un peu d’huiles essentielles , de la phytothérapie et de la lithothérapie mais franchement, cet ouvrage est vraiment une mine. Les explications qui sont données en début de livre sur le fonctionnement de nos enfants tourbillon sont vraiment claires et pleins de bon sens. J’ai très envie d’acquérir les autres titres : Aidez votre enfant à prendre confiance en lui, à bien dormir, à gérer ses colère, à maîtriser ses peurs.

img_20180318_181339.jpg

Mention spéciale pour l’illustratrice Adéjie et l’éditeur : ce livre est joliment présenté, avec de jolies couleurs, des dessins sympas, le papier et le format sont agréables à manipuler.

Chaque ouvrage coûte 5,90 euros.

Mon petit plus : j’ai offert une calcédoine bleue et un quartz rose à ma grande. elle les place sous son oreiller. Elle les manipule pour se calmer, ses pierres la rassurent et elle dit qu’elles absorbent les cauchemars. Des doudous litho, en somme.

 

 

Publié dans Apprendre, Avant t'avais des principes..., Le quotidien

Sois bienveillant mais aussi à l’heure

img_20180303_195310.jpgNe trouves-tu pas notre société fort exigeante avec nous, les nouveaux parents ? Il faut être bienveillant avec son enfant, mais être à l’heure. Il faut s’occuper de lui et être disponible mais accepter de faire du bénévolat à son travail et des heures supplémentaires le soir pour certaines parents. Il faut être à l’écoute des enfants mais aussi à l’écoute des patrons, des parents d’élèves, des élèves ... Bref, au final souvent, on te file des injonctions qui sont souvent contradictoires. Tu dois être le parent parfait, mais l’employé du mois et la femme d’intérieure parfaite.

Pour être un parent bienveillant je dois donc respecter le rythme de mes filles, les emmener à leurs activités, leur proposer simplement d’ailleurs des activités créatives et sportives variées, je dois leur proposer des repas équilibrés, les préparer, ces fameux repas, tout en répondant à leur multiples questions et en étant disponible.

Tu dois les laisser jouer librement, en autonomie, sans frein à leur créativité, mais tes vitres doivent être impeccables, le sol nickel et tout doit être rangé. Et ils doivent pouvoir jardiner en paix mais revenir au salon les ongles immaculés.

Blancs comme des nacres. Bref, de vrais petits chérubins si bien élevés, si naturellement propres, silencieux, mais pas bridés einh, pas bridés. 

Pour être un parent bienveillant, le matin, je dois rester calme et ne pas brusquer la petite qui met trois heures à faire pipi pot, la grande qui met trois jours à enfiler un pantalon. Mais je dois aussi déposer tout le monde au bon endroit et à la bonne heure, sans retard. Parce que sinon, la grande manque son car pour aller à sa sortie ( c’est arrivé une fois à la crèche) et la petite manque l’heure de musicalité de la crèche. Et puis, les adultes te regardent de travers. T’es encore en retard.

Pour être un bon employé, tu dois et je dois être présente, ne pas compter tes heures. Sauf que ta nounou, ta crèche  et ta garderie font un compte précis des heures passées à s’occuper de ton enfant pendant que toi tu étais au travail. Donc tu paies quelqu’un pour être payée. Et même, parfois ( moi ça m’arrive environ 5 fois par an , mais à peut être plus) tu paies quelqu’un pour faire toi-même du bénévolat. Je pense d’ailleurs à ses infirmières qui font des heures supplémentaires non rémunérées. Et leurs enfants ? La nounou aussi fait crédit ? Mais tu sais, faire du bénévolat au travail, ça ne s’appelle pas être sérieux, consciencieux. Ça n’est pas dans le contrat, tu sais. Ça s’appelle juste être un peu con d’accepter. Dans bénévolat il y a bene et volat, qui veut bien. Moi je ne veux pas bien.

Etre mère au foyer est devenu un luxe, malheureusement. Le peu de mamans qui ont réussi à prendre un congé parental y mettent fin plus tôt que prévu faite de finances…Etre disponible, ne pas travailler cela signifie également sacrifier sur le budget de la famille. Les loisirs , les fringues, tout cela est alors limité.

img_20180302_121756.jpg

Aujourd’hui, il y a plein de combines gratuites pour occuper tes enfants, par exemple dans les centres commerciaux. Nous avons ainsi passé une heure trente d’activités gratuites au centre commerciale d’Auchan la semaine dernière. Mais tu as intérêt à avoir pris ta matinée et ne pas avoir prévu de courses. D’ailleurs en parlant de courses, il faut les faire. Avec eux, ils mettent le bazar et à part IKEA, personne ne prévoir de garderie pour que les parents puissent faire leurs achats ( enfin ceux des enfants au passage) tranquillement. Sans eux, on te regarde bizarrement : ah bon, tu mets tes enfants en garde pour faire les courses ? C’est dommage, tu paies pour rien.

Il faut arriver à se détacher de toutes ces petites voix dans nos têtes de parent, et faire nos choix en conscience, selon nos propres convictions. Cependant, refuser de faire un travail non rémunéré peut parfois avoir des conséquences sur tes relations professionnelles. Tu assumeras seule. Mais après tout… avec qui partages-tu ta vie ? Ton patron, tes collègue ou ton enfant ?

img_20180302_133616.jpg

J’en suis donc arrivée à me dire , quand quelqu’un me regarde de travers parce que je laisse mes filles  faire un truc que d’autres réprouvent ( comme manger une glace bizarrement, ou manger son poulet après la glace, ou simplement manger une glace bourrée de sucre et jouer à sa tablette), ou que je décide de ne pas faire de bénévolat pour passer plus de temps avec elles, que le seul avis qui compte, c’est celui de mes enfants. Dans dix ans, quelle personne sera à tes côtés ?

 

 

 

Publié dans Le quotidien, Livres

10 raisons de lire Devenir une Happy Family en 365 trucs et astuces de Valérie Lavallé ( Allô Maman Dodo)

img_20171125_093531.jpgAllo Maman Dodo, la page au 50000 likes ( et plus !) qui te propose de super printable, des astuces, de l’humour, des fiches pratiques. Alors tu vois, tu connais Valérie ! Celle-ci vient de sortir chez Leduc.s, un éditeur fort sympathique, Devenir une Happy Family en 365 trucs et astuces. Quoi ? encore un ouvrage sur la parentalité positive ? Que nenni. Evidemment, oui, Valérie va te parler d’éducation bienveillante, mais elle a une approche concrète, non culpabilisante, elle écrit avec humour, simplicité, et te partage ses astuces perso, dans de nombreux domaines. La couverture annonce 365 trucs et astuces. Il y en a davantage et surtout aucune leçon de morale. Tu vois, le livre de Valérie devrait ne plus quitter ton sac. Je te jure que c’est vrai, je pense que je vais le garder avec moi tout le temps.

Voici les dix raisons de ne jamais quitter le livre de Allo Maman Dodo

Lire la suite de « 10 raisons de lire Devenir une Happy Family en 365 trucs et astuces de Valérie Lavallé ( Allô Maman Dodo) »

Publié dans Le quotidien, Passions partagées

Les vacances de la Toussaint, c’était tout ça !

img_20171021_1254541-e1509700779757.jpgJe dois te dire déjà que je n’ai pas échappé à la maladie. Et que ce fut une lutte pour arriver à faire à peu près les sorties prévues mais que mon ménage en a pris un sacré coup.
Je vais faire avec toi une petite rétrospective de nos activités de vacances. J’aime bien les vacances de Toussaint car elles sont l’objet de fêtes décalées, par exemple, de festivals sur les contes, et d’un festival du film d’animation enfant. Du coup, on fait plein de choses qu’on avait perdu l’habitude de faire depuis l’été et que l’on regrettait. C’est un moment où l’on se recherche et on retrouve de la joie, après 6 semaines la tête dans le guidon. La rentrée est toujours un moment éprouvant où beaucoup de choses, d’habitudes sont à mettre en place. Les vacances de Toussaint sont vraiment pour moi les indispensables. Nous avons revu une petite copine de ma grande par exemple, pris le temps de manger des gros gâteaux crémeux et de faire des jeux de société , des jeux de construction, des créations.  Voici les moments forts de nos sorties.

Lire la suite de « Les vacances de la Toussaint, c’était tout ça ! »

Publié dans Non classé

Les routines des enfants

routinematinmieuxJ’ai lu plein d’articles vantant le mérite des routines pour enfant. C’est un outil pédagogique très utilisé en milieu scolaire, crèche, et pour enfant autiste par exemple.

Cela permet aux enfants de savoir ce qu’il y a à faire sans que les parents ne répètent les consignes. Cela les responsabilisent. cela donne des points de repère pour la journée. Ils aiment bien regarder les pictogrammes et il y a une marche à suivre précise qui dépersonnalise la situation de conflit, quand par exemple, il faut s’habiller pour sortir alors que l’enfant ne veut pas. Il y a des choses qui deviennent alors des automatismes, comme le lavage des mains et qui les aidera toute leur vie. cela aide à grandir, tout simplement.

Mon bébé Comète est plutôt autonome et elle aime bien aider. Elle sait ce qu’il y a à faire mais quelque fois il y a des histoires… Des colères pour un rien. Elle n’a que deux ans donc je ne peux pas lui parler d’heure mais pour un enfant plus grand on vous conseille de fixer une heure pour chaque consigne, ou une consigne sur deux, afin de dépersonnaliser encore plus. Ce n’est pas le parent qui ordonne, c’est la montre qui dit que c’est le moment !

Voici la photo de mes consignes du matin pour enfant de deux ans, sachant que la concernant on ne lave pas encore les dents le matin ( juste le soir c’est suffisant paraît-il…) mais que cela va venir.

Si tu as des idées pour l’améliorer je suis preneuse !

Je te conseillerai pour faire la tienne de noter quelles sont les actions indispensables que tu peux confier à l’enfant. Puis de les écrire, de trouver ensuite une image qui corresponde car même si l’enfant sait lire cela lui permettra de mieux mémoriser.

J’ai fait la mienne moi-même parce que toutes les autres mentionnaient l’école par exemple, ou  » prendre son sac ». Or, elle est trop petite pour prendre son sac ou le préparer.

Quand l’enfant se laver et s’habille seul, on peut même faire des routines détaillées à fixer près de l’endroit où il s’habille. Mais je trouve assez contre-productif les routines de plus de 10 étapes.

Attention, j’ai piqué les dessins sur internet, je ne te propose donc pas cette routine à télécharger ! Je n’en ai pas trouvé les auteurs mais ceux-ci peuvent signer en commentaire. ( J’ai laissé exprès le shabille afin de te dissuader de pomper bêtement mon jpeg pourri).

J’en ai fait une autre pour le soir, pour avant/après le repas et pour avant de se coucher.

Il en existe sur le net pour savoir se laver les mains, mettre la table, aller aux toilettes. Le site Grandir avec Nathan et Femmes débordées ( un autre site génial !) en proposent.

Et toi ?

Publié dans Apprendre, Avant t'avais des principes..., Coups de gueule

La mauvaise éducation

Tu sais, quand tu as des enfants, tu prends conscience que l’éducation que tu leur donnes peut devenir source de conflits. Tout le monde semble croire qu’il a son mot à dire, son conseil à prodiguer, son  » il faut, tu dois » à asséner. Tu as les parents des enfants du même âge, qui savent mieux que toi.

Tu as les parents des enfants plus âgés qui te disent » crois-en ma propre expérience », tu as la maîtresse (nous elle nous fout la paix heureusement), la nounou,  les institutions, les émissions, les mamans blogueuses ( oui, oui, tu sais, ces fameuses mamans qui te vendent des programmes d’éducation à 800 boules), tu as des pédapsychomachins, qui te disent  » crier, taper c’est pas bien mais je n’ai aucune solution alternative à vous fournir ». Ce qui est bien aussi, c’est que tu as tellement de bouquins, que tu peux te faire ta propre idée. Des émissions télé aussi, des sites. Au début, tu vas tout écouter, tu vas engranger des informations. Tu veux tout faire trop parfaitement.

Tu regardes mêmes les vidéos très agaçantes de Filliozat.

Lire la suite de « La mauvaise éducation »

Publié dans Défi des cent jours, Le quotidien

Jour 1 : les certitudes

Ça y est, je suis dans la saison 2 de mon défi des 100 jours, cette fois sur le thème de l’intuition. Ce premier jour m’a beaucoup parlé, puisqu’il était question des certitudes. Ces certitudes qu’on nous inculque dès l’enfance et même parfois avant même notre naissance. Tu sais, ces petites phrases qui font sentence ou proverbe dans une famille, ces vérités anodines que l’on dit à tout bout de champ et parfois même en pensant que c’est tout à fait gratuit, sans conséquence.

Par exemple, dans ma famille, le travail n’est perçu comme honnête et réel que s’il est lié à une fatigue et une souffrance physique. Inutile de te dire que je suis une grosse feignasse depuis ma naissance. J’ai fait des études et je suis la seule à l’avoir fait. J’aime lire, et écrire, et dessiner. Et le théâtre. Que de choses purement inutiles.

Je ne dis pas que quelque fois cela n’a pas été appréciée, je dis en revanche qu’on a toujours tout fait pour me rappeler que cela n’avait rien à voir avec un  » vrai travail » un travail  » de vrai travailleur  » comme tu peux l’entendre en ce moment à la télévision. Pourtant dans mon travail, on en bave et j’ai vécu de sacrées épreuves en 2005. Etant donné les réactions de ma famille, je suis obligée de taire leurs propos.  Dernièrement, j’ai vécu d’autres épreuves personnelles et honnêtement j’ai préféré ne pas avoir ma famille à proximité : cela aurait été pire. Rien ne compte dans ma vie selon eux, si ce n’est eux. Ils devaient être ma priorité. Je devais passer après eux dans l’ordre de ma vie. Alors pour avoir une vie, j’ai fui.

Et puis, j’ai le malheur d’être fille unique. Sache -le, les enfants uniques sont des feignasses, égoïstes, pourris gâtés, et donc branlent rien. Personnellement je suis devenue individualiste et solitaire par la force des choses. Enfant unique, tu apprends à ne compter que sur toi et à être mis à l’écart. Tes copines préféreront toujours leur frère ou leur sœur. Et toi tu ne connaîtras jamais ça. Donc oui, tu deviens perso parce que tout le monde t’as appris à jouer perso. On ne naît pas enfant unique. On le devient. Et surtout on porte sur soi l’égrégore des enfants uniques : un ensemble de pensées à la con que tout le monde véhicule sans que ce ne soit jamais prouvé. Tu arrives quelque part et paf, tu es catalogué. Tu me diras c’est pareil quand t’es immigré, noir, handicapé… C’est vrai, ce sont les égrégores, çà colle à tout.

Du coup, cela pose des questions sur ce que nous pouvons nous-même véhiculé comme sentences, comme certitudes qui vont barrer la route des rêves de nos enfants.
L’important c’est d’arriver à se démarquer de tout ça. De ne pas se faire enfermer par des paroles et des pensées qui ne sont que des paroles et des pensées.  J’ai longtemps été enfermée par ces paroles, je les entendais résonner dans ma tête plus fort que mes propres pensées. Dès que je faisais un truc en rapport avec ça, j’entendais ces pensées. Ca les faisait grossir encore plus.

Dans le même temps, j’ai toujours entendu dire  » il n’y a pas de sot métier ». C’était une façon pour eux de valoriser les métiers manuels ou ingrats. Et bien aujourd’hui je réponds : non , il n’y a pas de sot métier, et c’est valable pour moi aussi.

J’ai d’autres fausses certitudes ancrées bien profondément, sur l’argent, la santé, le sens de la vie, ce qu’on doit faire, ce qui est important, le sens des priorités , le mal, le bien. Par exemple, dès qu’un événement arrivait, on n’en voyait que les aspects négatifs. En particulier les aspects négatifs concernant le point de vue d’une certaine personne qui ne voyait le monde et notre vie que sur son centre à elle. Qu’on ne vienne pas me parler d’égocentrisme, j’ai vécu avec quelqu’un qui maîtrisait très bien. Tu lui annonçais un truc bien pour toi, si jamais elle pensait que ça allait lui nuire, elle le détruisait à belles dents.

Aujourd’hui j’ai réussi à avoir mon propre système de valeur, être en congruence. Ne pas me laisser parasiter par le système des pensées des autres, qui m’éloigne de moi.  Si tu savais le nombre de personnes qui viennent à moi pour me faire faire des trucs pour eux, à leur place, parce que ça les arrange, et gratuitement en plus.

Je ne veux plus obéir à des gens qui viennent me créer des priorités qui les arrangent et qui viennent me pomper l’air au sens littéral. Ma priorité, je la connais, elle a deux têtes et plein de boucles dans les cheveux. FB_IMG_1490873617427.jpg

 

Publié dans Apprendre, Coups de coeur, Coups de gueule, Le quotidien

Mes zèbres sont des enfants comme les autres

41qigyeu-al__sx330_bo1204203200_Coucou !

Non, non je ne vous ai pas oubliés ! Ni les fans de planners, ni les amatrices de soupe, et encore moins les fans de méditation. Mais voilà : j’ai une angine très forte, je suis très fatiguée. Et puis tu sais, mes deux filles me crèvent. Je les aime, mais elles sont usantes !!! Ca me fait penser que je voulais te conseiller depuis longtemps un bouquin que j’aimerais lire bientôt si mes filles m’en laissent le temps un jour . Un  bouquin sur les zèbres. Non, pas les zèbres du zoo, mais les enfants précoces, les drôles de zèbres.

Tu as peut-être déjà remarqué que mes filles ne sont pas raccord avec l’âge requis pour les activités. Selon les boîtes de jouets, Comète aurait 6 ans et Tempête 24 mois. Tempête a 19 mois et Comète a 3 ans et demi. Pour Comète, c’est clairement allé en s’amplifiant de mois en mois. Elle évolue par pallier et non linéairement. Il existe aussi des décalages entre ses capacités qui ne sont pas toutes au même point d’évolution, et cela la rend grave en colère.

Je ne me pose même plus la question : sont-elles précoces ? Elles le sont. En tout cas Comète l’est clairement et fortement. Ce que je me demande c’est à quel point, faut-il tester ? Et pour le moment je pense que non, car nous avons une maîtresse qui gère, avec une classe de Maternelles qui mélange les niveaux.

Evidemment tu peux te dire que je vante mes filles, que j’exagère, comme beaucoup de parents, crois-tu qui pensent que leur enfant est très intelligent. En vérité, c’est pas vraiment le problème. Si je le dis, c’est que j’en ai ma claque des jouets reçus dont elles se moquent parce que ce n’est déjà plus de leur âge. J’en ai ma claque des vêtements trop petits parce qu’on a cru que je mentais sur leur taille ( oui elle sont ET précoces ET géantes). Vous pouvez croire que je connais mes filles mieux que vous ?

Le vrai problème ? Ce sont les normes. C’est ce qu’on attend de mes filles, comme on voudrait que mes filles soient. On me dit  » A tel âge on fait ça  »  » on pense ça »  » on ressent ça ». Mes filles n’ont pas de case, n’ont pas d’étiquette. Et je n’en avais pas d’ailleurs. Aujourd’hui j’avoue avoir séché des cours en CE2. J’avoue ne pas avoir fait mes devoirs cette année-là et avoir grugé le maître qui devait vérifier notre cahier de textes que je ne remplissait jamais. M. Beau, je vous ai menti une année entière et vous n’avez rien vu ! Je me suis ennuyée, je me suis cachée. Je n’ai rien osé dire.

Et puis, on n’est pas forcément en avance en tout quand on est très douée quelque part. En 4e je suis devenue archi nulle en maths, sans doute à cause d’un souci de communication avec ma prof. La situation a empiré, alors que j’avais plus de 16 en 5e que j’adorais ça. Bizarrement, en L, je suis tombée sur un peu prof, en hop, j’ai à nouveau adoré les maths, parce que c’étaient des maths qui me parlaient. Avec la prof que je n’aimais pas j’avais 6, et sur le même contrôle de probabilités, le même sujet d’étude, j’avais 19 avec l’autre prof !

Tout ce qui ne passait pas par le plaisir de découvrir ne rentrait pas. Je fonctionnais  » à l’affectif » mais si j’en crois mes dernières lectures, c’est le mode d’apprentissage le plus performant dans la nature. C’est ce qui fait partie de l’instinct. Des lois naturelles de l’enfant et des bébés animaux aussi.

Quand on est zèbre, on avance aléatoirement, anarchiquement, par pallier, sans progression très claire.  On régresse des fois, on gère mal ses émotions, mais une chose dont je me souviens, c’est que les autres te regardent de travers et voient ta différence. Certains l’apprécient et sont tes amis. La plupart te rejette. Tu écris des cahiers entiers de poèmes, tu écris un roman à 8 ans. Il y a même des adultes pour ne remarquer que les fautes d’orthographe. Sérieusement, si un enfant de 8 ans vient vers toi avec un roman qu’il a écrit, ne sois pas con, lis-le et ne regarde pas les fautes. Des fois, je me dis que cela traduisait sans doute un dépassement de la situation, une jalousie. C’était une façon de vouloir me remettre à ma place d’enfant, moi qui n’avait ni le vocabulaire ni les loisirs des enfants. En tout cas, pas seulement.

Ma fille n’est absolument pas rejetée. Car grand bien pour elle, je crois bien que les enfants comme elle sont de plus en plus nombreux.

Tu sais quoi ? Je crois qu’il n’y a plus de norme et que peut-être simplement, il n’y en a jamais eu. Que tout simplement cette répartition en âge est complètement conne. Que les enfants devraient être libres de progresser à des rythmes différents et différemment selon les matières, activités, centres d’intérêt ou de désintérêt. Précoce, pas précoce, ils sont eux-mêmes avec leur personnalité, leurs capacités qui changeront peut-être. Ce que je mets par exemple en place pour les DYS est utile pour TOUS LES ENFANTS.  Ce qu’il faudrait mettre en place pour les zèbres, tel est mon avis serait le BON FONCTIONNEMENT POUR TOUT LE MONDE. OU PLUTOT POUR CHACUN. Tout le monde, cela n’existe pas. Il n’y a que des personnes, pas des groupes. Le concept de groupe n’a d’intérêt en ce qu’il apporte aux personnes, individuellement.

On apprend autant de ceux qui sont en difficulté, une difficulté qui peut devenir une force que de ceux qui sont en avance, une avance qui peut vite devenir un handicap. On est souvent trop intelligent pour être heureux. Ajoutons à cela une multipotentialité souvent partagée par les personnes haut potentiel, et tu comprends pourquoi ces zèbres-là ont bien du mal à savoir qui ils sont. Je suis cotre l’idée de dire qu’ils doivent trouver leur place. Ils en ont plusieurs et notre monde nous amènera à tous changer de place plusieurs fois dans notre vie. Non, ce qu’il faut trouver c’est le moyen d’exprimer tout notre potentiel, dans sa diversité, tout l’éventail des capacités qui nous mettent en joie.

Du coup, je te laisse et je te préviens : Bientôt je te parlerai de ABERKANE et d’ALVAREZ.

Lé révolution est en marche, pour le bien des enfants qui ne sont pas des légos à trier, pas des pièces à mettre dans des cases et pas de braves petits soldats formatables.

Je te bise.

NOËL

PS: ce que je veux dire quand je dis que ce sont des enfants comme les autres ce n’est pas que je veux nier leurs particularités mais que ces enfants ont le droit à une enfance.