Publié dans Coups de coeur, Le quotidien

La bohémienne

Ekphrasis méditative…

auguste-renoir-la-bohemienne-reproduction-grands-maitres-peinture-sur-toile-galerie-art-artiste-peintre-copiste-professionnel-qualite-tableaux-musee-fra

Cette petite bohémienne a accompagné mon enfance. On la voyait dans les salles d’attente des médecins, enfermée dans son cadre bon marché, laissée en souffrance entre deux chaises inconfortables. Chez mon dentiste, j’eus tout le temps, lors de mes nombreuses visites, d’admirer sa jupe rayée rouge et blanc. J’achetai, heureux hasard, la même jupe quinze ans plus tard, par nostalgie, par tendresse, comme pour marquer ma reconnaissance à cette petite jeune fille qui me tint compagnie tant de fois dans l’ennui des heures à patienter sous le bruit de la roulette crissante du spécialiste des caries. La jeune bohémienne m’offrait l’échappatoire de la rêverie.

On la voyait également sur les étalages et les têtes de gondoles, à Noël, entre les nénuphars de Monet et les boulevards parisiens de Pissaro. On la regardait sans la voie, figée dans sa pause artistique, condamnée à être commune, invisible, œuvre d’art privée de cadre artistique, galvaudée, morne reproduction aux couleurs délavées, affichées dans des lieux inappropriés, chez les bourgeois, dans les supermarchés.

Lise, petite fille égarée dans un corps déjà sensuel de femme. Lise, offerte aux esprits, pour le fantasme, ouvrant la fenêtre de l’imaginaire sur l’étranger, l’étrange, l’orientalisme, la magie des diseuses de bonne aventure.

Lise, une touche d’épice sur la fadeur du quotidien.

Elle est assise, le genou ouvert. S’apprête-t-elle à se lever ? Elle semble incertaine tant ses mains, posées entre ses cuisses, semblent au contraire abandonnées, sans volonté, lourdes de tout le ressentiment de Lise. La main gauche menotte le poignet droit. La main droite tient une fleur qui ne semble pas forcer l’admiration de Lise.

Tout en Lise, pourtant, crie la liberté. Liberté des mœurs dans ce chemisier ouvert, offrant à la vue une épaule débrayée. Invitation à l’éveil des sens en ce jour chaud de printemps inondé de verdure. Liberté du peuple errant. Liberté des cheveux libres, ondulés, que rien ne retient, pas même ce petit ruban de satin rouge. Cheveux qui s’éparpillent sur le coup, les épaules, les bras, la nuque, le dos, la gorge : cascade indolente de boucles, chevelure hypnotique de sirène, sirène de la Bohème, vague cousine d’une Loreleï égarée dans un parc parisien. La boucle d’oreille souligne le lobe clair. Les cheveux cachent et dévoilent, encore, la poitrine à demi offerte aux regards. La bouche rouge, garance épanouie, semble sourire sans sourire, sourire dans la gravité à un souvenir évaporé sous le soleil cruel de la réalité.

Lise, ta jupe de bohémienne est une gageure. Lise, tu erres en vérité uniquement dans tes pensées, enfermée dans ton rêve. Lise, ton teint blanc, ta chair généreuse, dément pour toi. As-tu pleuré ? T’as-t-on forcé à posé pour le grand peintre ?

Ton âme est triste, Lise. Où est cet amoureux qui assombrit ton regard si profond, si grand, si doux ? Tu songes, tu ressasses, tu enlaces un espoir, un amour, tu rejettes hors du temps tous les obstacles tout en sachant combien tout cela est vain. Tes yeux sont résignés au chagrin, ta bouche espère encore. Dans l’arbre derrière toi, il y a comme des clartés qui me font espérer pour toi une échappée. Je sais pourtant que tu ne pourras jamais t’éloigner du cadre. Tu resteras encerclée entre le paysage de mer et la jeune fille trop blonde et trop sage que Renoir a condamné à l’obéissance. Une enfant ou une femme, ce n’est une image figée, Lise.

Egare-toi, Lise. Prends la fuite.

Publié dans ...In corpore sano, Le quotidien

Méthodes de relaxation et de mieux-être : la liaison corps-esprit

P1100587.JPG

Youhou !

Voici le troisième article sur les méthodes de relaxation, sophrologie, hypnothérapie et compagnie.
Le but de ses articles est de t’informer sur les points communs et différences comme moi j’ai vécu ces méthodes. ce n’est ni scientifique, ni la référence, c’est juste ce que j’en ai pensé et ressenti.

Dans ces méthodes, l’une des finalités est de détendre le corps. Mais aussi l’esprit grâce au corps.

Je pense que tu as remarqué que lorsqu’on est tendu musculairement on est souvent tendu dans sa tête. Réciproquement, quand on est stressé, irrité, on est aussi tendu dans son corps. Personnellement, je ne suis jamais détendue corporellement parlant. C’est donc pur cela que je me suis tournée vers ces méthodes. Je suis en état de stress post-traumatique depuis des lustres. Ce qui donne des sursauts et des peurs. Et puis des tensions nerveuses.

Donc je t’ai expliqué dans l’article précédant que ces techniques te faisaient faire un parcours du corps et qu’elles utilisent des méthodes différentes. Et pour l’esprit ?
C’est aussi différent selon les approches : en relaxation et sophrologie, on va te faire visualiser des paysages, ou des couleurs. Tu peux faire des sortes de  » parcours ». En sophrologie, on terminera par une sorte de  » programmation » qui fait que quand tu es dans la vie de tous les jours il suffira que tu fasses tel geste ou que tu penses à telle couleur ou tel paysage pour te détendre. En relaxation, on en parle moins. On corrige également certaines postures en sophrologie , on te faire prendre telle position que tu peux reproduire dans la vie pour réinitialiser l’état de détente obtenue lorsqu’une séance.
En hypnothérapie, c’est plus poussé et ça agit plus sur le subconscient. On peut te faire écouter pendant la séance plusieurs voix. une à deux. En relaxation et sophrologie ce n’est qu’une voix. Pourquoi deux voix ? L’une s’adresse à ton subconscient pendant que  l’autre s’occupe de ta conscience. J’ai remarqué qu’en hypnothérapie les phrases étaient conçues en spirale avec beaucoup de répétitions , afin d’endormir la vigilance de la conscience qui arrête d’analyser ce qui est raconté. Du coup, l’air de rien, on passe dans ton subconscient des messages subliminaux. Par exemple, pour la fertilité, on va te faire passer que tu es capable d’être une bonne mère si ta saloperie de famille de merde a passé son temps à te faire croire le contraire.

Dans tous les cas, il y a de la musique.
Sauf en méditation.

La méditation ne cherche pas à te détendre, elle cherche juste à ce que tu prennes conscience de. De la présence d’une tension, d’une douleur, d’une crispation. Dans ton corps, ou dans ton esprit. Tu observes. D’ailleurs, la méditation, finalement, c’est ne rien chercher ne rien attendre, ne rien vouloir.
Par exemple en relaxation les soucis sont des nuages qui partent loin de toi. En méditation, tu observes les nuages qui sont des soucis. Tu observes. ET tu constates. TU es dans  » ce qui est ». mais à force de regarder ce qui est, tu te rends compte qu’il y a  » ce qui est » et ce que tu projettes. Plus tu as ressassé ton problème et plus tu l’as fait grossir; TU confondes tes pensées et ce qui est. En méditation, on veut donc déjà te débarrasser de tes projections et grossissements.

Avec Vittoz, on va plutôt te proposer un détournement de penser. Tu vas observer un truc, un objet dans ta main, et tu coup, accaparé par ce truc tu vas t’oublier et de détendre. TU peux également te concentrer sur tes sensations comme en méditation. C’est la méthode que je connais le moins, avec la PNL donc je ne peux pas t’en dire davantage.
Arrive alors la grande question de l’instant présent ou pleine conscience !

 

 

 

 

Publié dans ...In corpore sano, Le quotidien, Spiritu santo ...

Le corps dans les méthodes de relaxation et de bien-être

 

P1100454.JPGJe continue donc à t’expliquer comment moi j’ai vécu ces méthodes et ce qui est pareil ou ce qui diffère dans les différentes techniques  dont j’ai fait l’expérience.
le corps et son lien avec l’esprit est au centre de toutes ces techniques.

Après une concentration sur la respiration, l’attention est tout de suite portée au corps.
En relaxation, on va te dire de concentrer ton  attention sur chaque partie du corps les unes après les autres. On va te demander par exemple de les contracter pus de les détendre, ou alors de sentir qu’elles sont très lourdes et s’enfoncent dans le sol. le lien, la sensation du sport est souvent évoquée. le but du jeu c’est de détendre, d’enlever les tensions dont on n’a pas conscience.

En sophrologie également, on va te demander la même chose, peu ou prou. Cependant, tu peux faire de la sophrologie aussi assis ou debout alors que la relaxation m’a toujours été pratiquée couchée. Tu vas pouvoir en sophrologie expérimenter des postures, essayer de corriger une façon de te tenir.
En hypnothérapie, c’est un peu la même chose sauf que la chromothérapie entre en jeu. On va te faire très vite associer une couleur, ou penser à une couleur qui circulerait dans ton corps. ET comme en hypnothérapie la visée thérapeutique est très présente, il est question de détendre mais surtout de débloquer quelque chose pour permettre la guérison. dans mon cas pour les FIV la couleur jaune circulait dans mon corps et je rencontrais mes ovaires ( bonjour bonjour ) pour les débloquer et leur envoyer un message apaisant. Il était question d’enlever les blocages inconscients qui faisaient que je m’interdisais d’avoir des enfants ( merci la famille ah ah ah).

En méditation, il n’est absolument pas question de modifier la respiration comme je l’ai dit. Et bien il n’est pas non plus question de modifier ou de détendre; le but premier n’est pas là même si c’est tout de même une finalité qui est vécue plutôt  comme une conséquence. IL est question juste de sentir son corps, de constater qu’il est là. Un parcours dans le corps est proposé mais c’est tout. Il faut juste être conscient et concentré sur le corps.
Enfin, pour ce que j’ai compris de la méthode Vittoz, on entre plus dans le domaine expérimental : qu’est-ce que cela fait quand je tiens un objet piquant, un caillou ou de l’eau ? Quelles sont les sensations ? Du coup je suis connectée sur le présent, mon ressenti et non sur un jugement, une anticipation, de la pensée abstraite.

Dans toutes ces techniques, la finalité c’est avant tout la conscience, la pleine conscience, c’est-à-dire être présent à son corps, accueillir des sensations quotidiennes mais refoulées, même les douleurs, et en avoir conscience. On oublie , on refoule, on passe outre. Du coup, ces douleurs reviennent plus violentes. Et puis on reprend contact avec son corps mais aussi avec l’instant présent grâce au corps; Quand on écoute le corps, on est forcément dans l’instant présent. On a l’impression que rien ne se passe alors que plein de choses se passent mais on n’écoute plus. Et on prend conscience su e tout est connecté. le bras, ça fait tel truc dans la nuque et réciproquement. Quant à notre esprit, il peut être agacé ou énervé par un truc du corps qu’on a refoulé. J’ai, par exemple, tout le temps mal dans le dos. Je refoule, je refoule et puis je pète un câble parce que ça m’a agacée toute la journée. Cela m’a physiquement tapé sur les nerfs, donc ça me tape sur les nerfs moraux ensuite.

Publié dans ...In corpore sano, Le quotidien, Spiritu santo ...

La relaxation et autres techniques de mieux-être

P1100475.JPGJe suis quelqu’un de très actif, comme tu l’as sans doute constaté. Le blog ne s’appelle pas « Maman Larve » einh, alors forcément si on m’appelle la Tornade il y a quelques raisons. Je suis aussi quelqu’un de stressé et j’ai beaucoup de ressemblance psy avec les personnes qui sont en choc post-traumatique. Je sursaute pour un rien ( voire je crie dès que j’ai peur) je peux me mettre très en colère quand on me fait peur ou qu’on vient m’emmerder. J’ai aussi de très grosses douleurs et j’ai un syndrôme de déficience posturale. En gros je penche comme la tour de Pise ce qui fait que j’ai été opérée trois fois du dos et que j’ai des douleurs osseuses et musculaires dues aux tensions que j’impose à mon corps pour paraître droite. J’ai un métier très stressant, avec de grosses responsabilités quoi qu’on en dise. Je dois supporter pas mal de cons. Et je ne parle pas des élèves mais j’absorbe beaucoup de leur mal-être et de leurs soucis car ils viennent très facilement tout me raconter et m’appellent leur deuxième maman. Faut dire que nous passons quand même 80 % du temps d’une journée avec eux. Bref. Voilà le topo.

P1100583.JPG

Du coup il y a plus de dix ans maintenant, en 2004, j’ai découvert la relaxation. J’ai pris des cours privés avec une dame. Puis je me suis tournée vers la sophrologie en séance privée et en groupe. J’ai fait de la sophrologie avec trois thérapeutes différents. Pour mes FIV, histoire de mettre toutes les chances de mon côté, j’ai pratiqué l’hypnothérapie, avec des CD du Canada. J’ai ensuite fait une séance privée pour essayer de virer les cauchemars que je fais ou du moins de mieux les vivre mais je n’ai pas pu financièrement faire tout le processus. J’ai ensuite repris la relaxation avec des CD de Sophie Roucoules. Et dernièrement je me suis donc mise à la méditation avec Christophe André que j’ai découvert grâce à un livre offert avec Psychologies magazine. J’ai aussi parlé PNL avec des personnes et même CNV (communication non violente) et puis je me suis intéressée à la méthode VITTOZ suite à une rencontre. J’ai aussi lu les quatre accords toltèques et franchement c’est ce que j’ai lu de plus profond dans ce domaine. Enfin, j’ai tenté le Yoga et je fais de l’art-thérapie. Avec tout ça, j’ai une vue d’ensemble assez panoramique.

P1100584.JPG
Aujourd’hui, j’aimerais te faire part de ce que j’ai appris, et de ce qui me semble finalement commun à toutes ces méthodes. Il y a de grosses différences et je ne suis pas une pro. je  vais juste te confier ce que moi j’ai retenu de mon parcours. libre à toi ensuite de te tourner vers l’une ou l’autre voie.

P1100304.JPG

Pour moi il y a des principes communs à toutes ces méthodes :

 

_ la respiration

_ l’écoute du corps

_ le lien corps-esprit

_ la pleine conscience de l’instant présent

_ l’absence de jugement de soi, des autres, des événements

_ la capacité à accueillir les événements, les choses, ce qu’on ressent.

_ le plaisir de vivre, la capacité à profiter de la beauté du monde

_ les effets bénéfiques sur le moment et dans la vie.

 

Je te parlerai aussi de ce qui diffère

 

_ le travail de la respiration

_ le travail sur le corps

_ les exercices actifs ou de visualisation

_ la place de l’inconscient

_ le volonté ou non de  » reprogrammer » l’esprit ou le corps, de  » corriger »

P1100454.JPG

Je vais donc commencer par la respiration.

Elle est au centre de toutes ces approches. Elle est la seule activité que l’on ne peut pas arrêter, dont on ne peut pas se passer mais que l’on fait sans y penser. C’est aussi une activité que l’on néglige. On respire mal, peu, pas assez pleinement. Selon la méthode que tu aborderas on te fera travailler cette respiration ou juste l’observer. En méditation par exemple, il n’est pas question de la forcer, de la changer. Aucune modification n’est à apporter. Il s’agit juste de prendre conscience de son mouvement, de prendre conscience de son souffle. Au contraire en relaxation et sophrologie, on te fera travailler la respiration, en doublant le temps d’expire sur le temps d’inspire, en inspirant très fort au préalable. Du coup tu es hyper oxygénée et tu te sens plus détendue, voire même tu as la tête qui tourne un peu. Tu es dans un état plutôt agréable. On peut aussi te demander de serrer légèrement la glotte pour produire une résonance de cette respiration dans ton corps. En hypnothérapie, on associe la respiration à des couleurs : on inspire une couleur et on expire ne autre couleur; Une couleur bénéfique est inspirée, une couleur néfaste représente nos soucis, nos maladies, nos douleurs etc.

Pour résumer, la méditation est dans le constat, la relaxation et la sophrologie dans la régulation et l’hypnothérapie est déjà dans la valorisation, l’interprétation symbolique. Elle s’adresse déjà, dans cette approche de la respiration, à quelque chose en toi, que tu peux appeler inconscient par exemple, qui a chargé de valeurs les choses. Elle s’adresse également à une symbolique collective et utilise la chromothérapie dès cette étape.

 

Cela t’intéresse ? Alors fais-le moi savoir, que je continue cette petite approche des méthodes de mieux-être à ma façon ! je te le répète, je suis un peu comme le rédacteur du petit Futé qui te dit ce qu’il en a pensé. C’est un peu la rubrique  » j’ai testé pour vous » d’un magazine. Je ne suis pas une pro. Mais des fois, c’est bien de savoir comment ça se passe et ce qu’on ressent de la part de gens lambda.