Publié dans Le quotidien

Je veux me faire comprendre !

Cette chronique était destinée au site Nestlé mais un souci technique n’a pas permis sa diffusion. Elle date de fin 2à15. depuis les choses ont évolué, évidemment, mais j’adorais comment cette petite fille de 8 mois faisait tout pour se faire comprendre. Elle est hyper sociable, c’est un bonheur.

Aujourd’hui, je voulais te raconter comment je fais pour me faire comprendre de mes parents, alors que je n’ai que 8 mois. Tu dois bien te douter que mon vocabulaire est limité. J’ai essayé à peu près toutes les associations de voyelles et consonnes existantes. J’apprécie tout particulièrement les « PRRRRRRRR » et les « Dédé », « Didi ». Je n’ai que quatre mots à mon actif,  » Papa » ,  » Mama »  » Maya » et  » Caca ». Ce dernier, je le dis très à propos car je déteste rester les fesses dans mon caca. Tu me comprends n’est-ce pas ?

 

Par ailleurs, j’ai remarqué que pour prouver son affection, les adultes avaient certaines habitudes qu’ils aimaient que je reproduise : les bisous et les embrassades. Seulement, j’ai bien tenté de faire des bisous à Maman mais ma bouche se contente de rester ouverte sur sa joue et de lui dévorer la pommette. Heureusement, je n’ai encore aucune dent et l’opération s’avère sans danger. Toutefois, quand je tends la main elle approche son visage : je lui fais alors des caresses très appréciées.

Dernièrement, j’ai trouvé un  moyen sympa de dire bonjour sans faire la bise. Je m’en sers également pour dire  » je t’aime » : je montre ma tête, je l’approche de celle  de la personne concernée, puis je me frotte à elle, front contre front. Il semblerait que cette technique permette de bien illustrer mon attachement. Elle remporte un vif succès auprès de mes parents.

Enfin, quand j’ai faim, si Maman me montre un pot et une cuillère, je me redresse vivement de la chaise en sautillant sur mon derrière. Quand je n’ai plus faim, je mets ma main devant ma bouche et je m’essuie les lèvres pour signifier ma  satiété.

 

J’espère que bientôt, j’arriverai à dire  » carotte » et  » biberon ». Je m’entraîne avec assiduité, mais je suis encore petite et il y a tant à apprendre : je suis déjà très habile et j’adore jouer aux petits personnages, à la voiture et au poupon, je suis profondément attachée au mien. Sa bouille ronde est rassurante, tout comme celle du grand monsieur en rouge qui vient de s’installer dans mon salon. Tu sais, celui avec une grande barbe ! Je tente de discuter avec lui mais il ne répond rien, c’est décevant. De même, quand j’essaie de prêter quelques sourires à ma soeur qui boude en rigolant face à elle : ça ne marche pas du tout, elle le prend plutôt mal.

 

J’aime faire de la musique également. C’est d’ailleurs un bon moyen d’attirer l’attention, et j’ai inventé quelques airs avec Maman à base de  » ohohohohohooooooooh et de yayayayayaya » à faire pâlir les fans d’AC/DC. Je ne doute pas que cela propulsera prochainement ma carrière de cantatrice ! Je suis d’ailleurs très attentive aux comptines que me chantent ma maman, je prépare un récital très riche !

 

A bientôt, donc, pour te faire part de mes progrès…

 

Publicités
Publié dans Coups de coeur, Le quotidien, Organisation

Free printable : ton journaling !

11144079_10153126281229482_5014083432886534862_nCela fait longtemps que je ne t’ai pas proposé de free printable. Je suis en pleine mise à jour de mes agenda Tornadori et cie.

Jusque là, je tenais le journaling des filles dans un kikki avec une recharge normale mais j’ai décidé de faire la mienne propre.

J’y ai précisé l’humeur des enfants, deux choses importants, j’ai prévu un espace libre écriture dessin ou photo, j’ai prévu un espace citation par semaine et un espace  » défi Kaïzen » . Si tu te demandes ce que c’est que ce machin-là, je te propose de lire l’article de ce blog ( en plus son auteure est une fille très sympa).

Je me suis inspirée à la fois des Memory Planner et du super agenda de Mister Wonderfull. Pour la reliure je pense opter pour un système arc façon happy planner. Je voudrais garder mon kikki pour moi toute seule.

Me concernant, j’ai retravaillé en français une des recharges de ce site  conseillé par a copine Requia qui a une boutique en ligne ( mysweetboutique) avec plein de trucs sympas.

Si tu veux un agenda tout fait mais fait maison va ici : ma douce papeterie.

Je te propose mes printable gratuits ici :

Il suffit d’imprimer la première page une fois, sans rien derrière puis de coupler la page 1 et 2 en recto verso. TU peux faire un montage de deux PDF avec ce logiciel : PDFTK Builder

journalingmamantornade

journalingmamantornade2

AVEC DES MARGES pour les perforations

journalingmamantornade2

journalingmamantornade1

Bon c’est de l’artisannal einh, mais tu peux déjà essayer et si ça te plaît investir dans un memory planner Mais tu sais dans un cahier tout simple aussi tu peux faire de jolies choses !

Perso, j’y raconte leur vie et je décore selon leurs goûts ou les événements.

La recharge est faite pour deux enfants. Si tu en as plus, tu peux évidemment faire ton propre montage ! ( Tu peux m’écrire aussi, j’ai une version .doc…)

Voici une petite galerie de quelques pages décorées ( tu reconnaîtras sans doute une page zentangle !)

Je préfère ne pas décorer mon agenda perso et décorer le leur car c’est quand même un budget.

Mais voilà. J’ai de gros soucis d’imprimante, et je me suis renseignée, pour imprimer en couleur c’est galère. Quant au format personal je ne t’en parle pas. le prix des impressions noir et blanc c’est pas mieux;
Alors je me suis tournée vers MINIGOUGUE, je lui ai commandé une recharge personal perforée et une recharge A5 non perforée.
Je pense fabriquer des petits autocollants moi-même avec les humeurs des enfants. On verra l’an prochain si je peux enfin compter sur une imprimante digne de ce nom.

Publié dans Le quotidien

#uneanneeendouzetheme : Aimes-tu les poissons d’avril ?

poisson

Ouh la, drôle de question. En fait, oui j’ai aimé fut un temps, j’en faisais beaucoup. Je trouvais toujours un gag à faire à mes proches ou à mes élèves.
je t’en raconte deux trois…

Mon voisin était garde pêche, je lui ai collé des tas de poissons derrière sa voiture; je lui ai fait croire que j’avais péché un truc énorme dans le Beuvron, genre une baleine dans un ruisseau quoi.

A ma famille, j’ai fait croire que j’adoptais un troisième chat. Déjà que deux c’est compliqué.

A mes élèves, le meilleur je pense de loin le plus original…

Aux Premières, je leur ai fait croire que pour le bac, comme ils avaient Le mariage de Figaro, ils devaient être capables de chantait l’air de la pièce, vu que c’est une comédie ballet.

Cela commence vers 1.57 environ.
Donc de bon matin ( faut les prendre de bon matin, endormis, incapables de réfléchir à la date) je leur annonce la nouvelle : la liste de bac comprend une scène chantée. Il faut l’apprendre. je leur passe l’extrait du film, et hop, je les fais répéter. Les STIGC ( élèves de bâtiment génie civile) y ont cru à mort et sont partis en chantant, flippés. Les S Spo ( sport études) ont appris la nouvelle avant mon cours et sont venus remontés comme des coucous. Je les ai convaincus que c’était pas si mal finalement, que l’originalité plairait à l’examinateur : ils ont chanté aussi. Le plus dur a été de ne pas rire. Je fermais la porte après leur cours pour pleurer de rire en silence. C’était terrible. Ma collègue documentaliste qui officiait non loin pouffait derrière son comptoir.

Au final, le soir, face à la vérité tout le monde a bien ri, et ils ont retenu pour toute leur vie l’air de la pièce.

Quant aux secondes, je leur ai donné un courrier pour leurs parents . Je leur apprenais que désormais le cours du vendredi aurait lieu en téléconférence car les Premières partaient en stage et que je n’étais pas d’humeur à venir en cours pour eux seulement.
Je leur donnais un mot de passe pour accéder à la vidéoconférence : il suffisait de taper la première lettre de chaque ligne. C’était évidemment un acrostiche de POISSON D’AVRIL.

Mais avant de chercher le mot de passe et la supercherie ça a été la révolte. Je n’aurais jamais cru qu’ils auraient réagi ainsi :  » Madame c’est inadmissible, nous nous abandonnez vous n’en avez rien à foutre de nous, nous on a  besoin de vous etc. etc.  » Je pensais vraiment que ce serait l’inverse et qu’ils seraient heureux de ne plus avoir cours. Comme quoi. Les jeunes sont imprévisibles !

Depuis, rien à déclarer. C’était ma deuxième année d’enseignements, le 1e avril tombait pile quand il fallait. C’était l’idéal. Il faut aussi un bon chef d’établissement. Une année aussi j’ai fait faire un poisson d’avril aux cinquièmes d’un collège pour leur prof principal. Ils ont rédigé en alexandrin une lettre anonyme rigolote. Je ne me souviens plus du contenu mais ils le menaçaient choses un peu folles comme de l’obliger à manger un pot de Nutella si le contrôle n’était pas annulé, des bêtises gentilles quoi.

J’aime bien me faire prendre aux articles un peu loufoques de la presse, en général c’est de bon goût. je n’aime pas les blagues méchantes. je n’aime pas les moqueries ou les désignations de tête de turc.

Ah oui, une dernière pour la route : j’étais en 3e, mes amies de la danse et moi-même avons organisé le plus gros poisson d’avril de notre vie : nous avons annoncé à tour de rôle à la prof de danse que nous ne serions pas là pour la dernière répétition, ou carrément le spectacle. je clôturais la série des catastrophes en annonçant que je partais en Espagne la veille du spectacle. la prof de danse était si désemparée qu’elle en a oublié de gueuler. Au final elle prend sur elle ( franchement elle nous a étonnées sur ce coup-là) et elle met la musique en route. L’une d’entre nous avait subtilisé la K7 pour mettre Guns N Roses à la place. Le choc, presque la crise cardiaque. Au final quand on a crié  » Poisson d’avril » le soulagement était tel que j’ai cru qu’elle allait pleurer. Dans ce cas précis ne faites pas durer le suspense trop longtemps, ça peut être dangereux.

En dehors de la date précise du poisson d’avril j’ai envie de vous raconter la  » blague » que j’ai faite à mon prof de philo durant un an : celui-ci ayant débattu avec nous de la question de l’influence du nom sur la personnalité , j’ai inscrit un faux nom sur ma première copie; Puis sur les suivantes. A chaque fois il y avait un message caché puisque j’empruntais des noms célèbres d’artistes . Un jour, c’est non pas le prof mais la proviseure adjointe qui a relevé nos copies. Wladimir Wladimirovitch Wispiansky n’étais pas connu du lycée, mon prof ( et non moi) a été convoqué chez le proviseur. Mon dernier nom de l’année : Fernando Pessoa évidemment ! Mon prof se demandait bien comment j’allais terminer. Oui, on a bien ri mais je comprendrais que ça ne vous fasse pas rire.

Finalement cette chronique est sympa. Cela ne m’inspirait pas mais je dois avouer que ce sont de bons souvenirs .

PS: il manque quelques majuscules ici et là mais WordPress étant capricieux je n’ai pas le temps de corriger. Désolée…

gerer-colere-enfant

Publié dans Projet52

#projet52-2015 #motifs #semaine6

6Cette semaine, il était question de motifs dans le projet 52. Et justement : j’ai décidé de m’y mettre enfin : les lessives tournent et tournent encore pour préparer l’arrivée de Petite Soeur. J’ouvre les cartons, je tombe sur les vêtements que portait Bébé Comète à sa naissance et les semaines suivantes. Du un mois, du trois mois. Je retrouve ceux qui ont partagé avec nous les premiers instants : le tour de lit Petite souris, la turbulette assortie, le sac de couchage Winnie… Des animaux, des fleurs, des coeurs, des motifs de petite fille, des rayures rose et blanc, des arabesques et des broderies.
C’est bien dommage de les utiliser que quelques semaines, et heureusement la deuxième arrive. On retrouve le plaisir des tout petits vêtements. Les souvenirs aussi : les coliques, les nuits blanches, les bisous, le parfum de sa peau, le désarroi d’un pleur inexplicable, les vaccins, les câlins, les peau à peau. Tout cela dans le désordre. La tête de papa Comète qui dit  » qu’est-ce qu’il faut faire ? » comme si Maman Tornade avait eu un mode d’emploi du bébé … Mais non. Toutes ces fois où il me retrouvait avec Bébé Comète collée à moi:  » Mais pourquoi elle dort sur toi, lâche la un peu ». « Bien sûr, je vais la remettre dans son couffin alors que j’ai mis trois heures à la faire dormir : rêve !  » Et puis le premier sourire, les premières interactions. Et ces petites tenues si mignonnes qui lui donnaient un air encore plus craquant. Tout cela est contenu dans chacun des motifs de ces petits habits : celui-là, elle le portrait le jour où le médecin la fait beaucoup pleurer, celui-là, la première fois qu’elle a réussi à faire tourner la petite fleur au-dessus de son lit, celui-là c’est le cadeau d’une collègue et j’ai fait des photos avec pour une séance avec un pro… Après bébé 2, certains seront venus, d’autres seront gardés… Parce que jamais la petite souris ne partira de notre maison, ah ça non. La petite souris, c’est mon premier achat pour bébé Comète. Elle sera notre amie, pour la vie, na !